Région

Retour

 04/01/14

 

Port de Béjaïa

Le terminal à pétrole consigné

La fuite a été déplorée le 29 décembre dernier au niveau d’une lyre de chargement, (un raccord entre les installations du port et le bateau). Elle s’était matérialisée par la formation au niveau du plan d’eau d’une nappe d’hydrocarbures de 1 000 m3. Le terminal à hydrocarbures du port de Béjaïa, siège récemment d’une fuite, a été placé sous consignation, en attendant le résultat des expertises diligentées pour en déterminer les causes, a indiqué jeudi à l’APS le directeur général de l’entreprise portuaire de Béjaïa, Djelloul Achour. «Le chargement des navires n’est pas pour autant arrêté», a-t-il tenu à préciser, indiquant que cette prestation est assurée, à titre temporaire, à partir du sea-line, une bouée de chargement se trouvant en rade, et destinée habituellement à avitailler les tankers de plus de 150 000 tonnes. La fuite a été déplorée le 29 décembre dernier au niveau d’une lyre de chargement (un raccord entre les installations du port et le bateau). Elle s’était matérialisée par la formation au niveau du plan d’eau d’une nappe d’hydrocarbures de 1 000 m2, d’un volume de l’ordre de 5 m3, a-t-on expliqué. Immédiatement après sa découverte, intervenue à la fin du chargement d’un navire, le «Benbatuta», battant pavillon maltais, il a été procédé à l’interruption de l’opération, la mise en place d’un barrage flottant, le confinement de la nappe et son pompage, ainsi que la mise en rade du bateau, a-t-il encore ajouté. «Ni les infrastructures, ni les installations, ni leur maintenance ne sont en cause», a observé, M. Achour, qui en a attribué, a priori, les raisons, à une «dilatation de la lyre». Des experts du Laboratoire des études maritimes (LEM) et de la compagnie «Sonatrach» sont à pied d’œuvre pour en déterminer les causes exactes, a-t-il encore indiqué, soulignant que la levée de la consignation du terminal interviendra «dès la fin des investigations qui ne sauraient dépasser quelques jours».

 Par Bahidja I./APS

 

Haut

 

Copyright 2003-2011 Le Jour d'Algérie.