Sport

Retour

 04/01/14

 

Mondial 2014

Raouraoua : la mention de la qualification au 2e tour dans le contrat de Halilhodzic

Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, a affirmé qu’une clause dans le contrat de l’entraîneur national, Vahid Halilhodzic, stipule qu’il est tenu de qualifier les Verts au deuxième tour de la prochaine Coupe du monde 2014 au Brésil.

«C’est mentionné noir sur blanc dans son contrat. L’objectif d’Halilhodzic lors du prochain Mondial est de se qualifier au deuxième tour. La FAF a d’ailleurs mis tous les moyens à sa disposition pour atteindre cet objectif», a déclaré le premier responsable du football algérien, invité du forum de la chaîne de télévision privée Dzaïr TV. «J’ai réécouté les déclarations de l’entraîneur national sur la chaîne de télévision France 24. Je pense qu’il s’est mal exprimé, surtout qu’il ne maîtrise pas très bien la langue française. Je suis persuadé toutefois qu’il n’ira pas au Brésil en touriste», a commenté le président de la FAF. «J’entretiens toujours de bons rapports avec lui, en dépit de tout ce qui se dit à ce propos ces derniers temps. Mais je sais faire la différence entre les relations amicales et celles professionnelles», a-t-il ajouté. Halilhodzic, dont le contrat avec la FAF expirera après la coupe du monde, est toutefois tenu de trancher sur la proposition de sa prolongation jusqu’à la coupe d’Afrique des nations-2015 avant la fin du mois en cours. «Pour assurer la continuité, notamment en vue de la prochaine CAN, j’ai proposé à Halilhodzic de prolonger son contrat. Pour l’instant, il n’a encore rien décidé, mais il a un ultimatum qui s’étale jusqu’à la fin de ce mois de janvier pour y trancher», a encore indiqué Raouraoua.  Le patron de la FAF a souhaité, en outre, que la réponse d’Halilhodzic soit «positive», surtout que les Verts seront appelés à entamer les éliminatoires de la CAN-2015 au Maroc à partir du mois de septembre prochain, soit après quelques semaines seulement de la fin de la coupe du monde.  Par ailleurs, le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, a assuré que son instance a «tout réglé» en vue de la participation des Verts à la prochaine coupe du monde au Brésil (12 juin- 13 juillet), annonçant que les Algériens prendront leurs quartiers près de la ville de Sao Paulo. «Tout a été ficelé en matière d’organisation. On a réservé le site devant accueillir notre équipe nationale non loin de la ville de Sao Paulo. Il dispose, entre autres, de quatre terrains d’entraînement, d’un hôtel de 32 chambres ainsi qu’un autre en voie de construction», a déclaré le président de la FAF.  S’agissant du programme des rencontres amicales que les protégés d’Halilhodzic, devraient livrer avant de se rendre au pays de la «Samba», l’orateur à confirmé la tenue de trois joutes d’application. Seulement, la FAF n’est, jusque là, fixée que sur un seul sparring-partner, à savoir la Slovénie qui affrontera les coéquipiers de Madjid Bougherra, le 5 mars prochain au stade Mustapha-Tchaker à Blida.

«On est en contacts avec plusieurs fédérations pour la programmation de deux autres rencontres amicales le 31 mai et le 5 juin, mais aucun accord final n’est encore conclu dans ce registre», a-t-il expliqué. Seule certitude à ce propos : la rencontre du 31 mai aura lieu en Algérie, alors que celle du 5 juin se déroulera à l’étranger. Elle intervient à la veille du déplacement des Verts au Brésil, selon Raouraoua.             

Par Anouar M.

Haut

 

Coup-franc direct

Les présidents ne retiennent pas les leçons

Même si la FAF a l’intention d’être ferme pour ce qui est du plafonnement des salaires des joueurs, on a l’impression que les présidents de clubs, qui pourtant avaient demandé à appliquer cette mesure, n’ont pas l’intention d’y adhérer. En effet, il faut souligner que certains patrons de clubs et sous la menace de leurs galeries respectives qui exigent des résultats et des titres, souhaitent obtenir les meilleurs joueurs du moment disponibles sur le marché des transferts et pour cela ils sont prêts à payer le prix qu’il faut pour avoir ces éléments dans leurs rangs. Ils ne reculeront certainement pas devant aucun obstacle pour avoir les meilleurs joueurs qui devraient donner ce plus attendu d’eux. Un ex-patron de club qui a fait une déclaration sur une chaîne privée tout récemment a montré le paradoxe cultivé par ses anciens pairs. Ainsi, il souhaite que la masse salariale des clubs soit revue à la baisse, mais dans le même temps, il aurait souhaité avoir les meilleurs joueurs pour jouer le titre, s’il était encore en place. Cela démontre que ces présidents ne semblent pas avoir retenu la leçon et veulent toujours avoir les moyens de s’acheter les meilleurs joueurs du marché, surtout qu’ils craignent être inquiétés par les fans surtout pour les grands clubs qui jouent le titre.                                                    

A. M.

Haut

Copyright 2003 Le Jour d'Algérie. Conception  M.Merkouche