Culture

Retour

 05/01/14

 

Cinémathèques des villes de l’intérieur du pays

Projection de films récents

Les salles de cinéma de plusieurs villes du pays verront la projection de trois longs métrages récents. Il s’agit de «Yema» de Djamila Sahraoui, «L’Héroïne» de Chérif Aggoune et «Parfums d’Alger» de Rachid Benhadj. Le but majeur de cette programmation est d’offir aux cinéphiles des villes de l’intérieur du pays l’occasion de voir les dernières productions cinématographiques. 

Trois films algériens récents entrent en diffusion dans une dizaine de salles à travers le territoire national. Il s’agit de «Yema» de Djamila Sahraoui, «L’Héroïne» de Cherif Aggoune et «Parfums d’Alger» de Rachid Benhadj. Cette programmation, initiée par le ministère de la Culture et organisée par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), va permettre aux cinéphiles des villes intérieures du pays de découvrir trois œuvres cinématographiques algériennes récentes qui ont déjà obtenu une reconnaissance dans différents festivals.

Produit en 2012, «Yema» de Djamila Sahraoui, est un long-métrage bouleversant de vérité, racontant avec beaucoup de réalisme, à travers le destin de Ouardia, le combat de milliers d’autres femmes algériennes durant la décennie noire. «Yema» est aujourd’hui l’un des films algériens qui a obtenu le plus de prix dans les festivals étrangers. Si le dernier en date est le Premio Espressione Artistica (prix de l’Expression artistique) décerné par le 19e Medfilm Festival de Rome, Djamila Sahraoui en a décroché beaucoup d’autres, notamment le Prix d’interprétation féminine au Festival international du film francophone de Namur, la Meilleure image, la Mention spéciale pour la meilleure actrice, l’Etalon d’argent de Yennenga au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), le prix Fipresci au Dubaï International Film Festival, le Prix de la ville d’Amiens au 33e Festival du Film International d’Amiens et autres.

Le premier long métrage de Cherif Aggoune, «L’Héroïne», a été projeté en avant-première en mai 2013, tandis qu’en novembre il concourait pour décrocher l’Amayas d’or au Festival culturel maghrébin du cinéma d’Alger. il n’a pas été  primé mais a néanmoins été très applaudi par les festivaliers ayant apprécié la trame de cette histoire qui nous replonge au cœur d’une période douloureuse de l’histoire récente de l’Algérie.

Quant à «Parfums d’Alger» de Rachid Benhadj, il a pris part à plusieurs festivals et reçu le prix du Public 2013 au Festival du film africain de Vérone ainsi que la mention spéciale du prix Don Quichotte de la Fédération internationale des ciné-clubs (FICC), dans le cadre d’une remise des prix parallèles à la 24e édition des Journées cinématographiques de Carthage.

Par Abla Selles

Haut

 

Copyright 2003-2011 Le Jour d'Algérie.