Sport

Retour

 05/01/14

 

USM El Harrach

«Essafra» veut sortir de la crise

La formation de l’USM El Harrach est en pleine crise après la décision du président Mohamed Laïb de démissionner de son poste, suite à la pression qu’il subit de la part des supporteurs très remontés contre sa gestion du club, sachant que les joueurs n’ont pas touché leur dû depuis un bon moment.  Pis, les deux joueurs africains, le Malgache Amada, et le Sénégalais, Silla, se considèrent même comme des immigrants clandestins étant donné qu’ils ne bénéficient d’aucune attention de la direction qui les a complètement abondonnés. Pour tenter de désamorcer cette crise, certains proches d’El Harrach ont pris attache respectivement avec les anciens dirigeants du club, Meziane Lefki et Djilali Dahmani ainsi que l’ancien président de l’USM Alger, Saïd Allik.

Ce trio serait prêt à intégrer le bureau directeur de l’USMH et acheter des actions pour tenter d’aider le club à sortir de la crise dans laquelle il se trouve. D’ailleurs, une réunion était prévue hier pour trouver une manière de faire intégrer ces trois personnalités qui bénéficient du soutien des fans harrachis qui ont en marre de voir leur club galérer malgré le fait qu’il dispose de très grands atouts et notamment avec une équipe composée de joueurs talentueux et surtout avec un staff technique compétent. Les Jaune et Noir souhaitent donc sortir de cette situation difficile, surtout qu’ils traversent un passage à vide en championnat justement à cause de cette crise financière. Les supporteurs souhaitent que cette crise connaisse une fin pour réussir un nouveau départ. En tout cas, les jours à venir seront décisifs pour le club qui doit resserrer les rangs s’il souhaite terminer la saison sur une bonne note, surtout que la deuxième phase du championnat sera certainement difficile.                                        

Par Anouar M.

Haut

 

Coup-franc direct

Le choix difficile

 Certains joueurs professionnels sont entre deux feux. Ceux  qui évoluent dans un club prestigieux, aimeraient bien y rester même s’ils ne jouent pas régulièrement et manquent terriblement de temps de jeu. Mais ils ont également en tête la déclaration du coach national, qui a clairement déclaré qu’il ne comptera que sur les joueurs auront  comptabilisé du temps de jeu en évoluant régulièrement avec leurs équipes respectives. Cela veut dire qu’ils sont dans l’obligation de trouver des équipes qui leur permettraient de jouer régulièrement pour avoir la forme idéale et être prêts pour le rendez-vous planétaire au mois de juin prochain. Le choix est donc difficile pour ces joueurs qui auraient pourtant aimé pouvoir s’imposer dans ces «grands» clubs. Pour quelqu’un de sensé, il aurait été préférable de changer de club et d’opter pour une équipe qui lui permettrait de jouer, ce qui lui sera bénéfique, et ensuite de retrouver un autre club qui cadrerait avec ses ambitions. L’essentiel donc est de faire le bon choix et de ne pas se contenter de chauffer le banc.

A. M.  

Haut

Copyright 2003 Le Jour d'Algérie. Conception  M.Merkouche