Culture

Retour

 07/01/14

 

Directeur du théâtre national algérien

M’hamed Benguettaf n'est plus

 Hier, une foule nombreuse, composée principalement d'artistes du théâtre et du cinéma,  a accompagné à sa dernière demeure, au cimetière d'El Alia, l'homme de théâtre Benguettaf.

Le directeur du Théâtre national algérien (Tna) et célèbre dramaturge M'hamed Benguettaf est décédé dimanche soir à Alger à l'âge de soixante-quinze ans des suites d'une longue maladie, a-t-on appris auprès du chargé de communication du Tna, Fethelnour Benbrahim.

Né le 20 décembre 1939 à Hussein Dey (Alger), M'hamed Benguettaf a étudié à la medersa de Constantine. Il intègre la Radio algérienne en 1963 avant de se lancer dans le 4e art en tant qu'auteur et adaptateur au Théâtre national algérien entre 1966 et 1989.

En 1990, il fonde la compagnie «Masrah El Kalâa» (Théâtre de la Citadelle) avec le dramaturge Ziani Chérif Ayad avant de diriger le Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi à partir de 2003.

Auteur d'une quinzaine de pièces de théâtre comme «Djeha et les gens» (1980), «Arrêt fixe» (1995) ou encore «Fatma, le bruit des autres» (1998), M'hamed Benguettaf s'était également illustré en tant que comédien en interprétant des rôles dans des œuvres de dramaturges algériens ou du répertoire universel comme Shakespeare, Molière ou Brecht.

 Par Racim C.

 

Quelques créations et mises en scène

«Hassna oua Hassan», mise en scène de Sid Ahmed Agoumi, Annaba, 1975

«Stop», mise en scène de Hadj Omar, Théâtre national algérien, Alger 1979

«Djeha oua Nass», mise en scène de l'auteur, Théâtre national algérien, Alger 1980

«Djilali Zin el haddad», mise en scène de Fellag, Théâtre national algérien, Alger 1986

«Le Cri», mise en scène de Ziani-Chérif Ayad, Théâtre de la Citadelle, Alger 1989

«Fatma», mise en espace de Ziani-Chérif Ayad, Théâtre de la Citadelle, Alger 1990

«Fatma», mise en scène de Christophe Merle, avec Dariétou Keïta, compagnie Les Voix du Caméléon, 2005/2007

«La Répétition ou le rond-point», mise en scène de Ziani-Chérif Ayad, Festival International des Francophonies en Limousin, 1994

«Arrêt fixe», mise en scène de Ziani-Chérif Ayad, 12e et 13e Festival International des Francophonies en Limousin, 1995 et 1996 ; mise en scène par Ivan Romeuf, Théâtre de Lenche à Marseille, novembre 2008

«Quichotte, l'homme qui n'y était pour rien», mise en scène de Bruno Thircuir, Fabrique des Petites Utopies, Grenoble, 2003

«Matins... de quiétude», mise en lecture par Yvan Revol avec Louis Beyler, compagnie L'Avis des artistes, au Théâtre international de langue française, samedi 31 janvier 2004, dans le cadre de «Les pré-textes, à la découverte des auteurs francophones»

Haut

 

Copyright 2003-2011 Le Jour d'Algérie.