Sport

Retour

 12/01/14

 

Equipe nationale

Raouraoua promet une forte prime à Halilhodzic

Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, aurait promis une forte prime au sélectionneur national, Halilhodzic en cas de qualification au deuxième tour et d’une bonne participation des Verts au prochain Mondial qui aura lieu au Brésil.

 En effet, le patron de la Fédération a décidé de stimuler le premier responsable de la barre technique de l’EN pour le pousser à réussir un bon parcours, surtout après sa décision de quitter la sélection à la fin de ce rendez-vous mondial quels que ce soient les résultats de cette équipe. La décision de Raouraoua devrait emmener Halilhodzic à revoir ses plans et se donner à fond pour réussir une belle participation même s’il voulait vraiment réussir à décrocher une qualification au deuxième tour au moins et qui sera très importante pour son CV surtout qu’il envisage de revenir entraîner en Europe, après avoir déjà travaillé en France et en Croatie. Sur un tout autre plan, les tractations vont bon train pour tenter de trouver des spparings-parteners pour jouer des matches amicaux en préparation au Mondial. Il faut savoir qu’hormis la Slovénie qui a confirmé le match amical, ce n’est pas le cas avec les autres adversaires et notamment le Japon qui n’a pas encore confirmé le match qui était prévu entre les deux sélections. Des sources affirment même qu’il se serait désisté et a prétexté le fait qu’elle est invitée pour un tournoi à Miami aux USA. Les choses commencent donc à se corser et les Verts auront de nombreuses difficultés à trouver des équipes qui accepteraient de donner la réplique aux Fennecs surtout que la plupart des équipes ont déjà ficelé leurs programmes et il sera difficile de placer une date  pour un match amical.        

A. M.       

 

Coup-franc direct

A quoi joue Raouraoua ?

Pour tenter de déstabiliser Halilhodzic et l’emmener à accepter une prolongation de son contrat, tous les coups sont permis par le premier responsable de la FAF. Ainsi, ce dernier est allé jusqu’à promettre de ramener Lippi qui travaille en Chine et qui touche 100 millions d’euros. Comment donc ramener un entraîneur avec ce fort salaire alors que la sélection peut se contenter d’un coach avec un salaire à la portée ? Ce prix ne peut être donné qu’à un entraîneur qui serait capable de ramener un titre de grande envergure à notre pays. Le président de la FAF aurait mieux fait de se garder d’annoncer de tels contacts s’il ne peut réellement pas concrétiser et donc se tourner vers des coachs qui peuvent réellement prendre en main l’équipe qui a plus besoin de stabilité. En plus, comment se tourne-t-il vers des écoles qui n’ont pas pour habitude de travailler en Algérie ? Ramener Lippi alors que ce dernier n’a jamais travaillé dans un pays africain. Il faut être donc logique et faire avec les moyens du bord et ne pas miroiter des noms qu’on sait qu’ils ne peuvent pas travailler en Algérie.                                              

 Par Anouar M.

Haut

Copyright 2003 Le Jour d'Algérie. Conception  M.Merkouche