Retour a la page d'accueil

   

POINT chauds Par Fouzia Mahmoudi 13/01/2016

Désolidarisation

Si Nicolas Sarkozy a décidé, une nouvelle fois, de miser sur la droitisation de son discours et de son parti en vue des élections présidentielles de 2017, cette fois-ci ceux qui s’opposent à cette stratégie sont visiblement bien décidés à le faire savoir. Parmi ceux-là, Gérald Darmanin, maire de Tourcoing, dans le nord de la France. Il a été l'ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP en 2014. Mais il vient surtout de quitter la direction des Républicains. Dans une interview accordée au quotidien «Le Parisien», il critique ardemment le chef du parti, qui, selon lui, ne «comprend pas la séparation entre lui» et une partie de la droite. «Je le dis clairement : en ce moment, il se trompe. Il semble ne pas comprendre la séparation et l'incompréhension entre lui et le peuple de droite qui exigerait une remise en question de sa part», dénonce Gérald Darmanin, nouveau vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Le maire de Tourcoing, porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy avait déjà annoncé son intention de quitter la direction nationale des Républicains. Il encourage Nicolas Sarkozy à changer d'«entourage et de méthode». «Nicolas Sarkozy avait réussi à créer ce magnifique désir du rêve français en 2007. Nous ne retrouvons pas cette magie. J'en suis nostalgique», détaille-t-il dans «Le Parisien». Selon lui, «fonder l'essentiel de nos propositions sur l'identitaire, c'est loin du discours social, méritocratique et républicain qu'attendent les Français». Lydia Guirous, ancienne porte-parole de LR, critique elle aussi la direction de son parti mais préfère pour le moment épargner Sarkozy lui-même. «Vous êtes bien plus grand que ceux qui vous entourent», a ainsi affirmé il y a quelques jours celle qui a été démise de son poste début janvier. Si elle a refusé le strapontin de déléguée aux nouveaux adhérents, c'est parce que, dit-elle, «les signaux que je reçois de la direction du parti n'ont pas résonné en moi. Je n'ai pas souhaité taire mes convictions pour un poste, même si je reste attachée à ma famille politique», affirme-t-elle également. Reste à savoir si ces deux défections ne sont qu’un début à ce qui ressemble déjà à une très mauvaise phase pour la droite qui a raté lors des élections régionales sa chance de briller et de montrer sa force. Au lieu de cela l’on constate que malgré la faiblesse actuelle de la gauche, à droite la mobilisation est difficile et risque de s’annoncer encore plus difficile en 2016 alors que le parti préparera sa première élection primaire. D’ici là Sarkozy devra trouver un moyen de redresser la barre ou il perdra définitivement toute crédibilité aux yeux même des militants qui le chérissaient hier encore. F. M.

 
 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                              © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                   Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png