Accueil

18/01/2016
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

QR Code

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 


Salle Atlas de Bab El Oued
Une pléiade d’artistes rend hommage à Cheikh El Hasnaoui


  Plusieurs artistes dont Aït Menguellet, Akli Yahiaten, Kamel Hammadi, Réda Doumaz, Nacer Mokdad, ainsi que les comédiens Hassen Benzerari et Sid Ali Bensalem étaient également présents à une soirée artistique organisée samedi soir à la salle Atlas en hommage au regretté Cheikh El Hasnaoui, un des maîtres de la chanson algérienne.
Par Abla Selles

Un vibrant hommage a été rendu samedi à Alger au regretté Cheikh El Hasnaoui, un des maîtres de la chanson algérienne, dans une grande cérémonie qui a réuni plusieurs artistes de renom et à travers laquelle un coffret-CD regroupant le parcours artistique de l’homme a été présenté.
La salle Atlas, à Bab El Oued comble de monde, la cérémonie pouvait commencer, avec deux légères chorégraphies menées par quatre couples de danseurs du Ballet national sur les mouvements valse et rumba, composés par Cheikh El Hasnaoui.
La chanteuse «Djura», Djouhra Abouda de son vrai nom, fondatrice en 1979 à Paris du trio féminin «Djurdjura», a ensuite rejoint la scène pour entonner en solo un «achwiq» avec une voix suave, avant d’enchaîner la lecture d’une de ses poésies intitulée «Je suis celle qui porte le nom de femme». «Cheikh El Hasnaoui Dhi Thimlilith» (Cheikh El Hasnaoui à travers une rencontre), documentaire d’une dizaine de minutes, réalisé par Abderrezak Larbi Chérif, (1er Prix au 14e Festival du film amazigh de Tizi Ouzou – octobre 2015) a été projeté au public, retraçant le parcours de l’artiste marqué par l’exil, soutenu par quelques témoignages ainsi qu’un entretien réalisé par l’ethnomusicologue Mahfouf M’henna.
Dirigés d’une main de maître par H’çen N’Ath Zaïm, les 15 instrumentistes et les quatre choristes de l’Orchestre éponyme ont, par la suite, brillamment accompagné Abdelkader Chaou, Nassima Chabane, Khaloui Lounes, Hamidou, Rachid Koceila, Takfarinas, Nouria Yasmine, et El Hasnaoui Amechtouh, qui se sont succédé, interprétant les belles inspirations de l’artiste à l’honneur, laissant au public le soin de méditer son œuvre et son génie créatif. Les chansons, «Entsa’th tavghayi neq vghight’s», «Intès ma Dyès», «Adhrouhagh Adhrouhagh», «Cheikh Amokrane», «Ya Noudjoum Ellil», «Arwah Arwah», «Adjini Aâlmini Fehmini», «Sani Sani Atrouhadh», «Adh Chekragh Thi Kvaïliyine», «Th’Rouha’dh Thedjidhiyi», «Ya la la Ya la la la», «Choufou Choufou», «Anda Ra Thafegh», «A yema yema», «Ijah Arrayis», «El Ghorva Thaw’ âar», «La maison Blanche», «A Rebbi El Maâboud» et d’autres encore, ont été brillamment rendues dans leur beauté mélodique et la densité de leurs textes, devant un public euphorique.
Cheikh El Hasnaoui, Mohamed Khelouat de son vrai nom, est né le 23 juillet 1910 à Tadart (village) Tamuqrant dans la commune de Beni Zmenzer (Tizi Ouzou).
Son nom d’emprunt se réfère à l’Aarch des Ihesnawen auquel il appartenait. Il mourût le 6 juillet 2002 à l’âge de 92 ans laissant derrière lui un riche répertoire artistique.




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Salle Ibn Zeydoun
Le groupe «Algerian tenors» donne son premier concert à Alger


  «Algerian tenors», un groupe de musique nouvellement créé, a donné samedi soir à Alger son premier concert en interprétant de grands noms de la musique classique devant un public enchanté.
Le concert, animé à la salle Ibn Zeydoun, a drainé un nombreux public venu découvrir et apprécier ce jeune groupe qui les a gratifiés de célèbres pièces de l’opéra classique interprétées en solo et en duo.
Composé de Khiati Zinedine, Adel Brahim (vocalistes) et Nabil Belghanem (pianiste), les membres du groupe ont brillé sur scène en donnant un cachet particulier à la musique classique. Se succédant tour à tour sur le pupitre, Khiati Zinedine et Adel Brahim ont interprété, entre autres titres de l’opéra classique, «Sérénades», «Love story», «Polyuchka», «The impossible dream», «Ave Maria» ou encore «Kalinka» et «Ardh ajdadi» (La terre des mes ancêtres).
Pour sa part, le pianiste Nabil Belghanem a gratifié le public en interprétant en solo de grands noms de la musique classique dont le pianiste français Richard Clayderman, ressuscité à travers son tube «Mariage d’amour».
Le concert était une occasion pour «Algerian tenors» pour faire découvrir au public ce groupe et ses œuvres musicales.
Fondé en 2015, le groupe se produit pour la première fois à Alger.
Choristes, Zinedine et Adel ont fait partie de plusieurs chorales dont notamment «Ebène», chorale polyphonique de la Radio algérienne. Le pianiste Nabil Belghanem, lui, a fait ses cours au Conservatoire d’Alger.
Une collection de compositions et de chansons, dont des reprises de grands noms de l’opéra, est en cours d’enregistrement.


M.K.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mostaganem
Le doyen de la chanson chaâbie, Maazouz Bouadjadj, honoré

  Le doyen de la chanson chaâbie, Maazouz Bouadjadj, a été honoré samedi par la wilaya de Mostaganem qui célèbre le 81e anniversaire de sa naissance en reconnaissance de son parcours artistique.
Cette cérémonie, à laquelle ont assisté les autorités locales, le président du conseil national des arts et des lettres, Abdelkader Bendaamache, les artistes et hommes de culture, a été mise à profit pour rendre un hommage appuyé au maître de la chanson chaâbie en signe de reconnaissance à son riche répertoire.
L’artiste Rachid Guettafa et son orchestre ont animé une soirée musicale offrant à l’auditoire un bouquet de chansons de Maazouz Bouadjadj dont «Sidi Belkacem» et «En-Nabi Mustapha».
Le président du conseil national des arts et des lettres, Abdelkader Bendaamache a estimé, dans une déclaration à l’APS, que cheikh Bouadjadj le doyen de la chanson chaâbie est le successeur de Hadj M’hamed El Anka et un des leaders du genre chaâbi du 20e siècle.
«Cet hommage est à l’honneur et à la hauteur de cheikh Bouadjadj, une mémoire de la poésie melhoun qui souffle sa 81e bougie et continue à donner», a-t-on souligné, ajoutant que cheikh Bouadjadj est un «élément incontournable du patrimoine immatériel en chant chaabi».
Né le 16 janvier 1935 à hai Tijditt à Mostaganem, Cheikh Maazouz Bouadjadj a chanté des qacidate de grands poètes dont Sidi Lakhdar Benkhlouf, Ben M’saib et El Maghraoui. Cet artiste a interprété, dès l’âge de 17 ans, une chanson intitulée «El Achika» de cheikh El Mekki El Fassi. Il a, à son actif aujourd’hui, plus de 250 chansons dont «Khelkhal Aouicha», «El Waciya» et «Youm El Djemaa khardjou leriam».

F.H.

 


Partagez sur Facebook Twitter Google


DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                              Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png