Culture

Retour

«Tlemcen, capitale de la culture islamique»

Une occasion pour «corriger la vision sur l’islam»

 18/04/11

«Tlemcen, capitale de la culture islamique»

Une occasion pour «corriger la vision sur l’islam»

 Dalil Boubakeur s’est déclaré très «satisfait» de ce qu’a connu la ville de Tlemcen durant la dernière décennie, comme développement économique, extension urbaine et intérêt accordé à son patrimoine.

La manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» avec ses différentes activités scientifiques, religieuses et artistiques, représente une bonne occasion pour «corriger la vision des Européens sur l’islam et sa tolérance» et «ouvrir un véritable dialogue des civilisations rapprochant les peuples et les religions», a indiqué samedi à Tlemcen, Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris.

D’ailleurs, les délégations présentes à Tlemcen, notamment celles non-musulmanes, ont exprimé leur fascination pour l’histoire et l’authenticité de cette civilisation, qui reflète réellement le patrimoine culturel national, a-t-il précisé. A propos de la parade populaire organisée vendredi à cette occasion, et qui a mis en exergue la richesse et la variété du patrimoine islamique (architecture musulmane et progrès scientifique), l’intervenant affirme qu’elle a réussi à donner une conviction que la «civilisation musulmane, qui était la source principale de la renaissance européenne, contribuera au rapprochement des peuples». Par ailleurs, le recteur de la Mosquée de Paris, qui a exprimé sa joie de participer à la cérémonie d’ouverture de la manifestation, a fait observer que les musulmans sont aujourd’hui plus que jamais dans le besoin de montrer au monde les trésors du patrimoine que recèlent nos villes, comme Tlemcen, Adrar et Ghardaïa. Il a appelé également  «à œuvrer pour répertorier et classer tous les vestiges historiques et civilisationnels pour les protéger et les valoriser».

Dalil Boubakeur s’est en outre déclaré très «satisfait» de ce qu’a connu la ville de Tlemcen durant la dernière décennie, comme développement économique, extension urbaine et intérêt accordé à son patrimoine, tout en rappelant la relation qui l’attache à «la perle du Maghreb arabe» et aux  personnalités de la ville qu’il a connues, comme le docteur Tidjani Heddam, ancien recteur de la Mosquée de Paris.           

Par Abla S.

  Haut

 

Copyright 2003-2011 Le Jour d'Algérie.