Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 20/01/2016


L'année des déficits


 La nouvelle année est encore à ses débuts, mais l'on sait déjà avec une bonne approximation par quoi elle sera dominée. Ce sera en tout premier lieu par l'effondrement des cours du pétrole, car désormais c'est bien de cela qu'il s'agit, et des difficultés économiques qui en découlent pour le pays. C'est peut-être la première fois qu'on puisse être aussi sûr de ce que réserve quant à l'essentiel une année qui commence. En règle générale, en effet, l'éventail des possibilités est bien plus large à cette aube, si large d'ailleurs qu'il ne vient même pas à l'idée de se livrer à cet exercice si incertain consistant à lire dans ce qui par définition n'est pas encore écrit. La concentration sur ce thème sera d'autant plus grande que 2016 est une année sans la moindre échéance politique en perspective, capable de capter au moins une partie de l'attention et de l'intérêt de l'opinion, et d'abord celle des médias, notamment lorsque son tour sera venu d'occuper le devant de la scène. Il n'est qu'un seul cas où les difficultés économiques passeraient au second plan, quand bien même elles se seraient aggravées entre-temps : dans la mesure où la santé du président flancherait de nouveau, ce que bien sûr tout le monde ne lui souhaite pas, car alors il n'y en aurait plus que pour sa succession. On verrait alors la politique, plutôt d'ailleurs dans ce qu'elle a de pire que dans ce qu'elle a de meilleur, reprendre tous ses droits, le baril aurait-il déjà crevé le plancher en théorie infranchissable des 20 dollars, serait-ce avec l'air de réaliser un nouveau record dans son mouvement de chute.
Mais ce scénario n'est pas aussi probable que son contraire, celui de la poursuite de l'amélioration de la santé présidentielle. De sorte qu'il est plus raisonnable de prévoir une année dominée par les questions économiques qu'une année vouée aux affrontements politiques, qu'ils soient livrés sur la scène publique ou dans les coulisses. Ces difficultés économiques, loin de nous singulariser, nous normalisent au contraire, en ce sens qu'elles nous ramènent au niveau de la plus grande partie du monde, qui les subit depuis bien plus longtemps, au moins depuis le début de la crise économique mondiale, de l'avis de quasiment tout le monde la plus grave depuis celle de 1929. Ce n'est qu'à partir du milieu de 2014 qu'elle a vraiment commencé pour nous, alors qu'elle sévit depuis bien longtemps dans le reste du monde. On peut être sûr que les déficits, et la baisse du niveau de vie des Algériens, se trouveront en bonne place dans les médias, notamment dans ceux qui depuis des années s'emploient à faire tomber Bouteflika, comme ils croient avoir fait tomber son prédécesseur, agissant à la manière d'un parti, mais qui toutefois serait clandestin, disposant d'ores et déjà de son propre candidat, qu'il s'impatienterait de porter au pouvoir. Il n'y a pas qu'en économie que l'informe fait des siennes. En politique, il est plus actif encore, où les vrais partis ne sont pas ceux que l'on croit, ni ceux que l'on voit. Déjà à trente dollars le baril, il en est qui ne cachent plus leur satisfaction, qui se montrent déjà sûrs que le pouvoir va plier sous le poids des déficits, si l'on peut dire, et des protestations populaires. Alors, à 20 dollars, et peut-être, avec un peu de chance, plus bas encore, à coup sûr c'est l'explosion, la conflagration plutôt, que dis-je, la révolution - à laquelle s'apprête le Parti des travailleurs, lequel en sait un bout - qui se trouvera à l'ordre du jour. C'est ce qu'on peut lire depuis un certain temps déjà en filigrane, et même parfois en toutes lettres, dans les journaux qui depuis longtemps en appellent, mais en vain, au putsch.



 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png