Région

Retour

 25/01/14

 

Jijel

Bellara «candidate» pour un second grand projet industriel

La zone industrielle de Bellara (Jijel) est «candidate» pour recevoir un second grand projet industriel à l’image de celui qui vient d’être officialisé avec Qatar Steel, donnant naissance à l’Algerian Qatar Steel, a indiqué jeudi le wali, Ali Bedrici.

Répondant aux questions des élus de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) réunis en session ordinaire, le chef de l’exécutif local a affirmé que la zone de Bellara est «apte» à accueillir un projet de la taille de celui envisagé dans cette zone en partenariat entre l’Algérie et le Qatar pour la production de 4,2 millions de tonnes d’acier par an.

Lundi dernier, les statuts portant création de la société mixte algéro-qatarie dénommée AQS (Algerian Qatar Steel) ont été signés au siège de la wilaya de Jijel par les responsables de Sider et de Qatar Steel, rappelle-t-on.

La zone industrielle de Bellara (523 hectares), située dans la commune d’El Milia (sud-est de Jijel), considérée d’importance nationale, a reçu comme premier chantier, fin octobre dernier, les travaux de réalisation d’une méga-centrale électrique de 1 600 mégawatts.

La wilaya de Jijel dispose également d’une autre zone industrielle localisée à Ouled Salah (Taher) d’une superficie de 84 hectares et de deux zones d’activités (ZAC) en cours d’aménagement dans les communes de Kaous et d’Oudjana, a indiqué le directeur de wilaya concerné, lors des travaux de l’APW.

Ali O.

 

Boumerdès

Arrestation d’un dealer en possession de 30g de kif traité

Un dealer a été arrêté et mis en détention au centre de rééducation de Tidjelabine sur instruction du procureur de la République près le tribunal de Boumerdès. Lors de son interpellation par les gendarmes, il était en possession d’armes blanches. En vertu d’un mandat de perquisition de son domicile, les  éléments de la Gendarmerie nationale de Boumerdès ont retrouvé 30 g de kif traité prêts à la consommation, une somme de 14 950 DA et une chaîne dissimulés dans un coin de l’habitation. Soumis à un interrogatoire, le mis en cause a reconnu les faits. Placé sous mandat de dépôt, il répondra à l’audience des chefs d’inculpation de «consommation et commerce de drogue et port d’arme prohibés sans autorisation».

Haut

 

Copyright 2003-2011 Le Jour d'Algérie.