Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 01/03/2016


Accalmie


 Le cessez-le-feu en vigueur depuis trois jours en Syrie semble dans l’ensemble respecté entre les différents groupes de l’opposition non catalogués de terroristes, ou du moins pas par toutes les parties au conflit, et le régime syrien, sous réserve toutefois des violations partielles dont, il est vrai, on manque rarement de s’accuser de part et d’autre dans ce genre de situation. Ce serait néanmoins aller vite en besogne que de conclure sur la base de la relative accalmie observée sur le terrain depuis samedi que le pari fait par les Russes et les Américains est en voie d’être gagné, qu’il existe une volonté partagée des forces en présence de suspendre les hostilités pour donner sa chance à la négociation, censée d’ailleurs reprendre sous peu. Pour qu’on soit raisonnablement fondé à faire cette projection, il faut attendre que l’apaisement actuel se prolonge quelques jours de plus, sans perdre de vue le fait que le cessez-le-feu est de toute façon partiel, puisque en sont exclus et Daech et Djabhat Al-nosra, le groupe affilié à Al-qaïda. Mais il suffirait qu’une semaine s’écoule sans que la guerre renoue avec son intensité d’avant pour que les espoirs d’une solution politique du conflit s’en trouvent renouvelés, confortés. Ce serait en effet dans ce cas le signe très fort donné conjointement par les deux camps qu’ils sont réellement intéressés à une issue pacifique à la crise. Ce n’est pourtant pas là le meilleur gage de cet état d’esprit.

Une juste compréhension des termes du cessez-le-feu leur commande implicitement de saisir l’occasion ainsi offerte pour réunir leurs forces et tenter d’en finir avec les groupes terroristes, puisqu’ils n’ont plus rien à craindre les uns des autres. En effet, le cessez-le-feu ne serait pas partiel sans Daech et Djabhat Al-nosra, il serait complet, sinon définitif. Et dans ce cas son respect par l’opposition et le régime syrien préluderait effectivement à des négociations sérieuses entre eux. A contrario, il ne peut y avoir d’arrêt durable des hostilités entre les parties concernées si dans le même temps il existe une guerre partielle, dans la guerre d’ensemble, qui elle doit se poursuivre, puisqu’elle se mène contre les seuls terroristes. A fortiori si sur ce front seule l’armée syrienne, avec l’aide de ses alliés, est engagée. L’opposition non cataloguée de terroriste, ni par les Américains ni par les Russes tout au moins, a tout intérêt à y prendre sa part. Or il est évident qu’elle n’en ferait rien. Le voudrait-elle d’ailleurs qu’elle ne le pourrait pas, car il est un fait qu’elle a perdu toute autonomie par rapport aux pays alliés de la région, emmenés par l’Arabie saoudite. Dans ces conditions, l’accalmie observée actuellement n’a pas beaucoup de chance de se transformer en un véritable cessez-le-feu, premier pas en direction d’une négociation sérieuse. Elle peut tout au plus être perçue comme un arrêt des combats dont la finalité en particulier est de permettre aux secours de parvenir aux populations des villes assiégées. Dès lors que cette opération humanitaire se sera achevée, les combats reprendront comme si de rien n’était. Il est prudent cependant de réserver son opinion, car dans un conflit, comme dans tout d’ailleurs, il y a ce que l’on peut voir, qui est destiné à être vu, et il y a ce qui se fait exprès à l’abri des regards. Il n’y a pas d’arrêt, même tout relatif, des hostilités qui ne donne lieu à d’intenses tractations plus ou moins secrètes ou discrètes. C’est probablement ce qui se passe en ce moment même à différents niveaux. Attendons donc de voir.


 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png