Accueil

04/09/2017
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

QR Code

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 

Equipe nationale
Un naufrage programmé pour les Verts
 


 La défaite, bien que décevante, de la sélection nationale face à la Zambie n'est en fait pas une surprise si l'on prend compte d'un nombre de paramètres et de facteurs qui fait que l'EN n'arrive pas à redresser la barre.

Par Mahfoud M.

Il faut savoir que l’équipe n’a pas pu bénéficier de la préparation qu’il faut pour ce genre de rencontres qui demandent plus de sacrifices et une concentration totale. Les Verts, eux, étaient en pleine hibernation, ne bénéficiant d’aucune préparation spécifique et se permettant même le luxe de rater les dates-FIFA qui n’ont pas été prises en considération pour préparer les matchs très importants. Pour revenir à ce match face aux Chipolopolo, les Algériens se sont fait prendre comme des novices, d’abord avec une erreur de casting du coach, Alcaraz, qui a aligné des joueurs qui n’étaient pas vraiment prêts pour ce genre de rencontres et notamment le jeune Hassani qui a joué son premier match international et dans un poste très sensible qui est l’axe central. Il n’y avait aussi aucune stratégie de jeu, ni grinta de la part de ces joueurs qui marchaient carrément sur le terrain. Même à dix, les Zambiens étaient mieux inspirés et ont réussi à nous malmener avec une équipe dont la moyenne d’âge ne dépassait pas les 20 ans.

 Il faut savoir que tout est à revoir dans cette équipe et un grand coup de balai doit être donné par le sélectionneur national et la FAF qui ne doit garder que les joueurs susceptibles de donner un plus à l’équipe et surtout les éléments qui sont prêts à se donner à fond et ne trichent pas sur le terrain, comme c’est le cas de certains qui semblent complètement perdus et ne se sentent pas concernés par les couleurs nationales. La qualification au Mondial est renvoyée aux calendes grecques mais cela ne veut pas dire qu’il faut tout abandonner. Au contraire, il faut penser dès maintenant aux prochaines échéances en se préparant comme il se doit.

M. M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Werder Brême
L’instabilité chronique de Belfodil


  L’international algérien, Ishak Belfodil, débute une nouvelle aventure dans sa carrière footballistique en intégrant les rangs de la formation allemande de Werder Brême, pour laquelle il s’est engagé en fin de semaine passée à titre de prêt, soit son huitième club dans son parcours professionnel, alors qu’il n’a que 25 ans. Du coup, Belfodil reste fidèle à sa réputation de joueur «globe-trotter», traduisant une instabilité chronique qui est en train tout simplement de lui jouer un mauvais tour, estiment les observateurs. Belfodil grandit tout d’abord en Algérie, à Mostaganem, jusqu’à ses sept ans puis s’installe en France, à Elancourt dans le quartier des Nouveaux horizons. Il suit une formation à l’OSC Elancourt puis au Trappes FC. Il passe par les centres de formation du Paris Saint-Germain, puis joue à l’AC Boulogne-Billancourt et enfin au Clermont Foot 2. Meilleur buteur des 16 ans nationaux avec treize buts inscrits sur les quinze de son équipe, il est repéré par Gérard Bonneau et Rémi Garde. Il signe alors à l’O Lyon, le 12 novembre 2008, un contrat de jeune d’une durée de quatre ans. Durant la saison 2008-09, il joue avec l’équipe des moins de 18 ans. En Coupe Gambardella, il atteint la demi-finale, joue six matches et marque sept buts. Il intègre le groupe professionnel de l’Olympique lyonnais lors de la saison 2009-2010 et dispute son premier match officiel en Ligue 1 à l’âge de 17 ans et 8 mois, face à l’AJ Auxerre, le 22 août 2009. Trois jours plus tard, il entre en jeu en Ligue des champions, lors du match de barrages retour du 25 août 2009 contre Anderlecht. Lors de la 29e journée de Ligue 1, il remplace à la 84e minute de jeu, face à l’Olympique de Marseille. Le 20 août 2011, à l’occasion de la 3e journée de Ligue 1, il est titularisé par Rémi Garde.

Une instabilité qui l’écarte de la sélection algérienne
En janvier 2012, il est prêté pour six mois au FC Bologne, pensionnaire de la Série A italienne sans option d’achat. En Italie comme à Lyon, il joue peu, mais parvient néanmoins à séduire les dirigeants de Parme, club avec lequel il signe en juin 2012 pour 2,5 millions d’euros (hors bonus). Il commence la saison avec la confiance de son entraîneur et est souvent titularisé. Il marque son premier but en Série A le 2 septembre 2012 contre le Chievo Vérone d’un coup de tête qui frappe la barre transversale lors de la victoire 2-0 de son équipe. Le 5 juillet 2013, il signe un contrat de cinq ans avec l’Inter Milan. En plus d’avoir consenti au départ de son attaquant Antonio Cassano vers Parme, l’Inter devrait débourser 10 millions d’euros pour le rachat de la copropriété de l’ancien Lyonnais. En manque de temps de jeu, lors du mercato d’hiver 2014, Belfodil est prêté avec option d’achat jusqu’à la fin de la saison à l’AS Livourne, en Italie toujours. En 2014, il rejoint l’équipe de Parme. Le 6 mai 2015, il résilie son contrat à l’amiable, le club parmesan étant en grande difficulté financière. Le 27 juillet 2015, contre toute attente il signe aux Emirats arabes unis au Bani Yas. Il ne va y rester que l’espace d’une saison, pour atterrir par la suite au Standard de Liège à la fin d’août 2016. Là aussi, il ne va rester qu’un seul exercice avant de poser bagages à Werder Brême, club de la Bundesliga. L’Allemagne devient alors le cinquième pays où il va monnayer son talent. Les spécialistes sont unanimes à regretter ce changement de clubs fréquent du longiligne attaquant (1,92 m), estimant qu’il aurait réussi un meilleur parcours sur le plan personnel s’il avait prôné une certaine stabilité. En tout cas, cette instabilité s’est déjà répercutée sur la carrière internationale du joueur, qui ne compte que 14 sélections avec l’équipe nationale algérienne où il n’est plus convoqué depuis près de deux années. 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Antar Yahia :
«Il faut mettre de côté toutes les émotions»
  

 
  L’ancien capitaine de la sélection algérienne de football, Antar Yahia, a estimé samedi qu’il était temps pour la Fédération algérienne de football (FAF) d’analyser la situation délicate dans laquelle se retrouve désormais la sélection nationale et penser à la meilleure manière à même de favoriser une reconstruction sur des bases solides du team algérien en vue des prochaines échéances. Antar Yahia s’exprimait au micro de beIN Sport pour laquelle il a commenté le match de la sélection algérienne battue à Lusaka par la Zambie (3-1), dans le cadre de la troisième journée des qualifications au Mondial-2018, une défaite qui met les Algériens déjà hors course, eux qui totalisent seulement un point, alors que le leader du groupe B, le Nigeria en l’occurrence, en compte neuf. «C’est une grosse déception que l’on ressent après ce match. Je crois que le moment est venu pour que la FAF analyse la situation en ayant la tête froide et en mettant de côté toutes les émotions. Il faudra penser à bâtir une équipe solide, et cela passe d’abord par stabiliser l’effectif, notamment en défense», conseille le libéro de charme des Verts entre 2003 et 2012. «Comme notre formation est engagée également dans les éliminatoires de la Coupe d’Afrique de 2019, alors qu’il lui reste aussi à livrer trois autres rencontres pour le compte des qualifications au Mondial-2019, il faudra en profiter pour travailler la cohésion. La priorité devra être donnée dans ce registre au secteur défensif qui connaît des changements fréquents dans sa composante, ayant fini par lui jouer un mauvais tour», a-t-il encore regretté.

Aux yeux d’Antar Yahia aussi, le style de jeu à adopter sur les terrains des pays subsahariens devra également être remodelé en raison des paramètres extra-sportifs y régnant. «A l’époque de l’ancien sélectionneur national, Vahid Halilhodzic par exemple, on procédait par un jeu vertical en raison des difficultés rencontrées aussi bien en matière de climat que de la qualité des pelouses sur lesquelles on évoluait», a-t-il expliqué, faisant remarquer au passage que les camarades d’Islam Slimani ont mis beaucoup de temps pour revenir dans le match face à la Zambie, avant de s’incliner logiquement. Enfin, l’actuel directeur sportif de l’US Orléans (Ligue 2, France) s’attend à un dur temps pour le sélectionneur national, Lucas Alcaraz, une fois de retour à Alger, car les supporters algériens sont réputés pour leur attachement à leur sélection allant jusqu’à ne pas digérer facilement les contre-performances, et celle de Lusaka est venue l’enfoncer davantage. Alcaraz vient de subir son deuxième revers dans le cadre de son aventure algérienne en l’espace de quelques jours. Sous sa houlette, la sélection nationale A’ a été éliminée, le 18 août dernier, des qualifications au Championnat d’Afrique des joueurs locaux par la Libye (défaite 1-2 à Constantine et nul 1-1 à Sfax). L’ex-driver de Granada, relégué en fin de saison passée en deuxième division espagnole, a été désigné à la tête de la barre technique de la sélection algérienne fin mars dernier, quelques semaines après une participation ratée des Verts en Coupe d’Afrique des nations (CAN-2017) au Gabon. 


Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png