Accueil 

05/08/2017
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

QR Code

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 

Bedoui à propos des incendies de forêt
Pas d’indemnisation avant de procéder à des investigations 

  Ces derniers jours, le pays est le théâtre de terribles incendies. Alors que l'été n'est pas encore terminé, le feu a ravagé des milliers d'hectares de forêts et de plantations d'arbres fruitiers. Plusieurs wilayas sont touchées.

Par Meriem Benchaouia


C’est beaucoup, comparé aux dégâts de l’an dernier à la même période : 5 440 hectares en 2016. Certains foyers sont encore actifs. Le bilan devrait s’alourdir dans les prochains jours. Malgré les efforts des autorités faits auprès des citoyens pour protéger l’environnement, les feux semblent de plus en plus violents chaque année. Revenant sur ce fléau plus dévastateur que les années précédentes, le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, a affirmé, jeudi à El-Tarf, lors d’une séance de travail avec les cadres et les directeurs des différents services, consacrée au dossier relatif aux feux de forêt, qu’«il n’y aura pas d’indemnisation avant de procéder à des investigations afin que les indemnités soient versées aux véritables victimes et ce, conformément aux instructions du président de la République». Le ministre a affirmé que «les responsables de ces incendies seront traduits en justice», précisant que «certains ont tenté d’endommager les ressources forestières à des fins personnelles». Après avoir rappelé que la wilaya de Béjaia a été «la plus touchée», M. Bedoui a souligné que l’Etat, en application des instructions du président de la République, a mis en place tous les moyens nécessaires pour maîtriser ces incendies. Le ministre a appelé à une meilleure coordination entre la Protection civile algérienne et son homologue tunisienne pour faire face aux incendies au niveau des régions frontalières. M. Bedoui, qui inspectait une opération d’extinction des incendies dans les communes de Souarekh, Oum Tboul et El Aioun, a rassuré les citoyens du soutien de l’Etat tout en les incitant à prêter main-forte aux éléments de l’Armée nationale populaire (ANP), de la Protection civile et de la Direction des forêts, avant de saluer les efforts déployés par ces derniers face à cette situation.

Arrestation de plusieurs pyromanes
Par ailleurs, plusieurs individus qui «étaient à l’origine» des feux de forêt que connaissent certaines wilayas, ont été arrêtés et présentés devant la justice, a annoncé, jeudi à Souarekh, commune frontalière d’El Tarf, le ministre de l’Intérieur. «Ces incendies sont principalement dus à la canicule mais il y a des criminels qui ont usé de tous les moyens pour aggraver la situation. Certains ont été arrêtés suite à des enquêtes menées par les différents services de sécurité (Police et Gendarmerie nationales)», a précisé le ministre lors de son inspection d’une opération d’extinction des feux de forêt par les services de la Protection civile. «Les responsables de ces incendies seront traduits en justice», a souligné M. Bedoui. Il a indiqué, à ce propos, que 4 personnes ont été arrêtées dans la wilaya d’Annaba et d’autres dans la wilaya de Bouira. Le ministre a appelé les cadres de la Protection civile et de la Direction des forêts à la protection du Parc national d’El Kala et à une meilleure coordination avec leurs homologues tunisiens. M. Bedoui a par ailleurs indiqué qu’un décès a été enregistré dans la wilaya de Boumerdès, et a présenté les condoléances du gouvernement à la famille de la victime. Le ministre a incité les citoyens et les élus locaux à prêter main forte aux agents de la Protection civile et aux services de la Direction des forêts sachant que cette région est caractérisée par une couverture forestière dense.


M. B.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la protection de leur richesse forestière
Les autorités publiques disposées à accompagner les particuliers 

  Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a affirmé, hier à Béjaïa, que les autorités publiques étaient disposées à accompagner les particuliers pour la protection de leur richesse forestière, à travers un programme similaire à celui destiné à la protection des superficies forestières publiques. Evaluant les dégâts causés par les feux de forêt dans la commune de Toudja, M. Bedoui qui a également écouté les préoccupations des citoyens de la commune, a indiqué que les autorités publiques «sont disposées à accompagner les particuliers pour la protection de leur richesse forestière, à travers un programme similaire à celui destiné aux superficies forestières publiques», d’autant que «50% de la superficie forestière de la wilaya de Béjaïa sont détenus par des particuliers».

 Ce programme prévoit «l’ouverture et l’aménagement de sentiers, chemins et routes de forêts et la mobilisation de tous les moyens pour la protection de la richesse forestière du pays», a-t-il précisé. Le ministre a indiqué que plus de 1 200 feux de forêt avaient été recensés dans 13 wilayas, évoquant des motifs criminels à l’origine du déclenchement de ces feux. Les services de sécurité et de gendarmerie poursuivent leurs enquêtes pour déterminer les véritables causes de ces feux, soulignant que plusieurs suspects avaient été arrêtés dans plusieurs wilayas sinistrées et présentés à la justice. Dans la commune de Toudja, M. Bedoui a salué l’élan de solidarité des comités de villages et leur contribution dans l’extinction des feux, outre les efforts des forces de l’Armée nationale populaire (ANP), des unités de la Protection civile et des agents forestiers.

R. N.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les hadjis de 2015 ou 2016
Les autorités saoudiennes imposent une taxe supplémentaire de 60 000 DA   


 Le pèlerinage coûtera plus cher aux hadjis qui l’ont déjà accompli en 2015 ou 2016. Ces derniers sont appelés à se rapprocher des services de la Banque d'Algérie pour s'acquitter d'une taxe supplémentaire de 60 000 DA, imposée par les autorités saoudiennes. Mais les citoyens âgés de 70 ans qui n'ont pas été tirés au sort pendant dix années de suite, devraient bénéficier d'un traitement de faveur pour leur donner plus de chance.

Taxe supplémentaire de 60 000 DA pour les hadjis de 2015 ou 2016 et un tirage au sort pour les malchanceux. Un tirage au sort exceptionnel a eu lieu dans les différentes wilayas du pays pour donner plus de chance aux candidats ayant plus de 70 ans et n’ayant jamais bénéficié du passeport après 10 tentatives lors des successifs tirages au sort dont le dernier remonte au 25 mars dernier. Tels sont les nouveautés du Hadj 2017.
En effet, cette année l’Office national du Hadj et de la Omra (ONHO) a invité mercredi passé les pèlerins ayant effectué le Hadj en 2015 ou en 2016 et devant se rendre aux Lieux saints cette année, à se rapprocher des services de la Banque d’Algérie pour s’acquitter d’une taxe supplémentaire de 60 000 dinars algériens imposée par les autorités saoudiennes. «Les autorités saoudiennes ont imposé aux pèlerins ayant accompli le Hadj en 2015 ou 2016 et devant se rendre aux Lieux saints cette année de s’acquitter d’une somme supplémentaire estimée à 2 000 rials saoudiens», a précisé l’ONHO dans un communiqué. L’Office a invité les pèlerins concernés par cette mesure à se rapprocher des services de la Banque d’Algérie pour s’acquitter de la taxe (60 000 DA) avant de quitter le territoire national, en veillant à présenter, au niveau des aéroports de départ, le reçu de paiement de cette taxe accompagné du reçu de règlement des frais du Hadj auprès des services de la banque. Autre nouveauté, les «malchanceux» qui s’inscrivent chaque saison sur les listes des candidats pour accomplir les rites du Hadj, ont eu un traitement de faveur. Un tirage au sort exceptionnel a eu lieu dans les différentes wilayas du pays pour donner plus de chance à ces candidats n’ayant jamais bénéficié du passeport après 10 tentatives lors des successifs tirages au sort dont le dernier remonte au 25 mars dernier. A noter que plus de 18 000 candidats répondant à ces deux critères participent à cette opération. Une injustice que le ministre des Affaires religieuses a corrigée cette année en indiquant qu’il recherchait un nouveau mécanisme pour permettre aux citoyens n’ayant pas été tirés au sort, pendant dix années de suite, d’accomplir le Hadj.
Le ministre, qui tient toujours a amélioré le déroulement du Hadj pour la prochaine saison, fera savoir que l’Algérie est prête à coopérer avec l’Arabie saoudite en matière de visa électronique.
S’agissant de la nouvelle taxe de 2 000 rials (l’équivalent de 500 euros), imposée par l’Arabie Saoudite au titre du visa d’entrée sur son territoire pour les personne ayant accompli le Hadj au cours des 5 dernières années, le ministre indique que l’Arabie saoudite «est libre et souveraine dans ses décisions». Il ajoute, à ce propos, que la Commission de préparation du Hadj 2017 s’est réunie sous la présidence de la tutelle et a pris toutes les mesures nécessaires pour l’identification des hadjis (plus de mille) tenus de s’acquitter de cette taxe supplémentaire. Le ministre indique également
qu’une demande a été adressée aux services du Premier ministre en vue d’approuver «le transfert de ces montants vers l’Arabie saoudite».
Pour rappel, le premier départ des hadjis est prévu le 6 août prochain.

L. A. R.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Caches pour terroristes découvertes, mines et substances explosives saisies
L’ANP sur tous les fronts   


 Deux caches pour terroristes dans lesquelles se trouvaient trente-quatre mines, des substances explosives et des moyens de détonation, des munitions, ainsi que 12 téléphones portables prêts à exploser, ont été découvertes avant-hier à Médéa. De même, 80 kg de substances explosives, un obus pour mortier et une mine de confection artisanale ont également été trouvés à Boumerdès et Batna par les détachements de l’Armée nationale populaire relevant des zones concernées.

Veillant au grain, les détachements de l’Armée nationale populaire (ANP) multiplient les assauts, dans le cadre de la lutte antiterroriste, dans différentes régions du territoire national, notamment celles connues pour avoir été le fief des groupes terroristes dans les années de braises et bien après afin d’éradiquer les résidus du terrorisme. A ce titre, outre la traque quasi quotidienne des terroristes résiduels qui s’entêtent aveuglement avec leur désir de nuire, ou le démantèlement de réseaux de soutien au terrorisme, il ne se passe pas en effet une semaine sans que les éléments de l’ANP ne mettent la main sur des abris de terroristes pour la plupart faisant guise d’atelier de confection d’armes artisanales, dans lesquels sont effectivement trouvées des substances chimiques pour la fabrication d’explosifs, des munitions et autres armes à feu et armes blanches. Dans ce contexte, deux coups de filet ont été opérés par les forces de l’ANP. Le dernier remonte à avant-hier où deux caches pour terroristes dans lesquelles se trouvaient trente-quatre mines, des substances explosives et des moyens de détonation, des munitions, ainsi que 12 téléphones portables prêts à exploser ont été découverts. Le deuxième a été effectué mercredi dernier dans les régions de Boumerdès et Batna où pas moins de 80 kg de substances explosives, un obus pour mortier et une mine de confection artisanale ont également été décelés, selon des communiqués parvenus séparément à la rédaction. De ce fait, s’il est clair que l’épisode des années qui a ensanglanté le pays est bel et bien derrière nous, la conjoncture régionale explosive impose une vigilance permanente de la part de tous, mais particulièrement des forces de sécurité, toutes confondues.

Par ailleurs, à cette mission de sécurisation du territoire, les éléments de l’ANP sont également sur le front, tout aussi dangereux, de la criminalité organisée. Drogue, contrebande, immigration et émigration clandestines... restent aussi leur lot quotidien. A ce sujet, un détachement de l’Armée nationale populaire relevant du secteur militaire de Béchar a arrêté trois narcotrafiquants en possession de trois kilogrammes de kif traité. A Illizi et In Amenas, des détachements de l’ANP ont intercepté près des frontières trois fusils de chasse, une quantité de munitions, deux véhicules tout-terrain, dont un chargé de produits pyrotechniques. Par ailleurs, 14 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été arrêtés à Tlemcen et Tiaret. D’autre part, des unités de gardes-frontières et de la Gendarmerie nationale ont déjoué à Souk Ahras, Tébessa, El-Taref et Khenchela, des tentatives de contrebande de plus de 22 434 litres de carburant. Par ailleurs, un détachement de l’ANP relevant du secteur militaire d’Oran en coordination avec les éléments des Douanes de Maghnia, wilaya de Tlemcen, ont arrêté «deux narcotrafiquants et saisi 92 kilogrammes de kif traité, ainsi que deux véhicules». A Tamanrasset, un détachement de l’ANP a intercepté, quant à lui, «treize contrebandiers et saisi 2 véhicules tout-terrain, 11 détecteurs de métaux et un téléphone satellitaire», tandis que d’autres détachements ont saisi «un véhicule tout-terrain chargé de plus de 3 360 unités de produits détergents à In Guezzam, ainsi que des explosifs et des moyens de détonation», a noté le ministère de la Défense nationale. D’autre part, des unités de gardes-côtes ont déjoué à Annaba des tentatives d’émigration clandestine de «trente quatre personnes à bord d’embarcations de construction artisanale», tandis que «22 immigrants clandestins de différentes nationalités africaines» ont été arrêtés à Tindouf et Illizi.

Lynda Naili.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



Décès d'une femme et de son bébé à Djelfa
Le Conseil national des droits de l’Homme s’implique 

 Suite à l'affaire du décès d'une parturiente et de son bébé à Djelfa, le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) s'implique et dépêche une délégation sur place pour s'enquérir des circonstances du drame.

Par Yacine Djadel

Une première une Algérie. La mort récente d’une femme enceinte de 23 ans et de son bébé dans la wilaya de Djelfa, après s’être vu refuser la prise en charge dans trois CHU, a suscité moult réactions au sein de la société. Au vu des circonstances encore pas claires du décès de la jeune femme, le ministère de la Santé a tout de suite réagi en instruisant une enquête immédiate pour déterminer les causes réelles de sa mort. Dans un communiqué rendu public samedi dernier via l’agence officielle, le ministère promet des sanctions sévères contre tous les auteurs de la négligence. «Toute personne ayant fait preuve de négligence et de laisser-aller dans cette affaire sera sévèrement sanctionnée à la lumière du rapport définitif que remettra la commission d’enquête, et ce, parallèlement à l’action en justice en cours», a-t-il indiqué. Pour montrer l’engagement de l’Etat dans le secteur de la santé publique, de l’affaire a suscité la réaction du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH). Ce dernier a indiqué mercredi qu’une délégation s’est rendue dans la wilaya de Djelfa pour s’enquérir des circonstances du décès de la parturiente. Il n’a pas manqué de souligner qu’il suit avec intérêt la situation sanitaire dans le pays. Il s’agit d’une responsabilité dans le cadre de sa mission en tant qu’instance constitutionnelle nationale indépendante, a indiqué un communiqué du Conseil. C’est une première en Algérie par le fait de réagir massivement lors d’un incident de ce type. Une manière de répondre aux récentes mesures annoncées par le ministre de la Justice, Tayeb Louh, concernant l’application sur le terrain des textes de loi en vigueur. Le wali de Djelfa, Hamena Guenfaf, a quant à lui instruit la Direction de la santé de sa wilaya à l’effet de prendre des mesures pour suspendre et faire passer en conseil de discipline les responsables de la négligence ayant causé la mort d’une femme et de son bébé, ont fait savoir, hier, les services de la wilaya. Dans une déclaration à la presse jeudi, le wali a insisté sur l’impératif de prendre les mesures fermes conformément à la loi quant à de tels incidents, d’autant qu’il s’agit-là de vies humaines. A ce propos, selon le CNDH il est important de rappeler que le droit à la santé est un droit fondamental étroitement lié au droit à la vie, a ajouté la même source. Et de souligner que le droit à la santé est garanti par la Constitution et les Chartes internationales adoptées par l’Etat algérien. Apportant son soutien sans faille à la famille de la victime, le CNDH a indiqué qu’il publiera prochainement, à l’occasion de ses visites à travers le territoire national, un rapport sur la situation de la santé en Algérie. En somme, il est clair que la société civile se doit de réagir elle aussi davantage pour que ces incidents dramatiques ne se reproduisent plus.

Y. D.
 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



Le propriétaire s'apprêtait à les jeter dans un oued
25 quintaux de pomme de terre avariée saisis à Aïn Defla 
 

 Les éléments de la Gendarmerie nationale de Khémis Miliana (Aïn Defla) viennent de saisir 25 qx de pomme de terre avariée que le propriétaire s’apprêtait à jeter dans un oued limitrophe de la ville, a indiqué le commandant de la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de cette localité. Au cours d’un contrôle routinier effectué sur la route nationale (RN) 4, les gendarmes ont arrêté un camion dont la fouille a permis de trouver 25 qx de pomme de terre impropres à la consommation dont le propriétaire était sur le point de le jeter dans l’oued Soufaye limitrophe de la ville dans le but de s’en débarrasser, a indiqué le commandant Djouldane Djelloul, en marge d’une opération inopinée de lutte contre la criminalité lancée mercredi dernier en soirée dans les régions de Khémis Miliana et Djendel. Une fois les procédures réglementaires achevées, un PV a été dressé à l’encontre du mis en cause avant de le présenter aux instances judiciaires, a précisé la même source. Par ailleurs, 91 bouteilles de boissons alcoolisées de diverses marques ont été retrouvées pratiquement au même endroit, a signalé la même source. S’exprimant sur l’opération inopinée ayant ciblé les fiefs de la criminalité à Khemis Miliana et Djendel, le responsable de la police judiciaire du groupement de la Gendarmerie nationale de Aïn Defla, le commandant Mouhalel Sofiane, a déclaré qu’elle visait la lutte contre le crime sous toutes ses formes en vue d’en prémunir les citoyens de ses effets nuisibles. Cette opération vise également à arrêter les personnes condamnées dans des affaires criminelles et qui sont recherchées par les services de sécurité et les instances judiciaires, a-t-il ajouté. La même opportunité a également permis de mettre en évidence la place qui échoit au citoyen dans l’équation sécuritaire, a-t-on précisé de même source, invitant le citoyen à signaler tout comportement qu’il juge à même de porter atteinte à l’ordre public en appelant le 10 55. Dans le sillage de cette opération inopinée, une campagne de prévention contre les accidents de la route a été organisée au profit des automobilistes en vue de les sensibiliser sur les risques encourus par l’excès de vitesse et le non-respect du code de la route particulièrement durant la saison estivale caractérisée par un grand trafic sur les routes proches du littoral.

Ghania C.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



Au 3e jour des inscriptions universitaires 2017-2018
81,74% des nouveaux bacheliers se sont préinscrits


  Le nombre des nouveaux bacheliers qui se sont préinscrits au niveau des universités s’élève, au troisième jour de cette opération (avant-hier), à 279 341, soit 81,74% du nombre total des bacheliers, selon les statistiques globales fournies par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le nombre d’accès (signatures) des nouveaux bacheliers au site des inscriptions, s’est établi à 326 992 à 14h32, soit 95,68% du nombre total des bacheliers, précise la même source. Un total de 341 744 bacheliers ont décroché le baccalauréat cette année, selon la même source. Le ministère suit les opérations de pré-inscription en temps réel au niveau national grâce à un système informatique performant, a-t-on précisé. Le calendrier des opérations d’inscription à l’université pour les nouveaux bacheliers au titre de l’année universitaire 2017-2018 s’étalera du 1er août au 16 août, rappelle-t-on. La période des préinscriptions s’étalera du 1er au 3 août 2017, alors que la confirmation des inscriptions aura lieu les 4 et 5 août. Cette opération coïncide avec les portes ouvertes sur les établissements d’enseignement supérieur qui s’étalent du 26 juillet au 5 août prochain.

Le traitement des fiches de vœux est prévu du 6 au 11 août prochain et les résultats des pré-affectations seront annoncés le 11 août au soir. La phase des concours et entretiens aura lieu les 12 et 13 août prochain. Le ministère de l’Enseignement supérieur avait annoncé dans ce cadre que la plateforme électronique dédiée aux demandes de changements autorisés sera ouverte les 5 et 6 septembre. Ces demandes seront examinées entre le 7 et 9 septembre, la période des inscriptions finales étant fixée entre le 10 et 14 septembre. Par ailleurs, les nouveaux bacheliers auront la possibilité, cette année, d’adresser les demandes d’hébergement à partir du 16 août prochain, date à laquelle ils seront fixés quant à leur orientation. La rentrée universitaire pour les nouveaux étudiants aura lieu le 17 septembre 2017, alors qu’elle débutera, pour les anciens, le 5 du même mois. Mustapha Z..


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Construction de l'usine d'ammoniac de Mers El Hadjadj
Sonatrach annonce le règlement à l’amiable du conflit  
 

  La société EI Djazairia El-Omania Lil Asmida (AOA) d’une part, et Mitsubishi Heavy Industries Ltd (MHI) et Daewoo Engineering & Construction Co Ltd (DEC) d’autre part, sont parvenus récemment à un accord global, portant règlement à l’amiable des différends relatifs au contrat pour la construction d’une usine d’ammoniac et d’urée à Mers El Hadjadj (Arzew), conclu en avril 2008 entre AOA et MHI-DEC, a indiqué Sonatrach sur son site web. Cet accord qui met fin, à l’amiable, aux procédures d’arbitrage «permet de renforcer davantage les relations de coopération dans l’intérêt des parties», note la même source. Cet accord permet ainsi «le redémarrage immédiat de l’usine et la reprise de la production», précise-t-elle.
Pour rappel, ce complexe de production de l’ammoniac et de l’urée, mis en service en 2015 pour un coût d’investissement de 2,6 milliards de dollars, est situé sur le prolongement de la zone pétrochimique d’Arzew vers Mers El Hadjadj, sur une superficie de 75 hectares. La société EL Djazairia El Omania Lil Asmida (AOA) est une filiale commune du groupe Sonatrach (qui en détient 51% du capital) et du groupe omanais Suhail Bahwan.

R. N.


 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Coopération algéro-britannique
L'énergie au centre des discussions entre Guitouni et Lord Risby   


 Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a reçu, jeudi à Alger, l'envoyé du Premier ministre britannique pour les affaires économiques et commerciales avec l'Algérie, Lord Richard Risby, avec lequel il a évoqué les opportunités de coopération énergétique entre l'Algérie et le Royaume-Uni, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Par Salem K.

Lors de cet entretien, les deux parties ont échangé leurs points de vues sur la situation économique et énergétique mondiale, la sécurité énergétique dans le monde ainsi que l’évolution des marchés pétroliers et des efforts déployés pour les équilibrer sur les moyen et long terme, note la même source. Ils ont également abordé les relations de coopération entre les deux pays qu’ils ont qualifiées d’«excellentes», tout en évoquant notamment les opportunités d’affaires et d’investissements et les voies et moyens de faciliter la concrétisation des projets menés en commun. M. Guitouni a donné, à cette occasion, un aperçu général sur la politique énergétique algérienne et les opportunités offertes dans l’amont pétrolier et gazier, en particulier dans le renforcement des capacités et moyens de production, et dans l’exploration, y compris en offshore.

Le ministre a aussi insisté sur la volonté de l’Algérie
d’œuvrer davantage pour mieux valoriser ses ressources en hydrocarbures et pour explorer et exploiter son patrimoine minier en hydrocarbures en investissant dans le domaine de la pétrochimie et des industries de transformation. Lord Risby a manifesté, quant à lui, la volonté de son pays de développer les relations d’affaires avec l’Algérie, avec qui le Royaume-Uni entretient des relations «excellentes». «La réputation de l’Algérie est d’être un fournisseur fiable», a-t-il déclaré avant d’ajouter que «le Royaume-Uni veut investir davantage en Algérie et continuer de construire des relations d’affaires aussi fructueuses que celles déjà concrétisées avec de grandes entreprises britanniques».

Le ministre reçoit l’ambassadeur de France en Algérie
Par ailleurs, le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a reçu, jeudi à Alger, l’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, avec lequel il a évoqué les opportunités d’investissement et de partenariat dans le domaine de l’énergie entre les deux pays, a indiqué le ministère dans un communiqué. Les deux parties «ont passé en revue l’état des relations de coopération et de partenariat entre les deux pays dans le domaine de l’énergie et ont évoqué les opportunités d’investissement et de partenariat, notamment dans le domaine de l’exploration, la production et la transformation des hydrocarbures ainsi que dans les énergies renouvelables», a précisé la source.
Les deux parties ont également évoqué l’évolution des marchés pétroliers et la situation économique et énergétique mondiale.
S. K./ APS .


 




 
Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png