Retour a la page d'accueil

   

POINT chauds Par Fouzia Mahmoudi 06/09/2016

Pique

 Pour quelque raison que ce soit, François Fillon reste persuadé que sa seule voix de salut, alors qu’il ne récolte que peu d’intentions de votes dans les sondages concernant la prochaine primaire de droite, est de critiquer Nicolas Sarkozy autant que faire se peut. Comment si la décrédibilisassions de l’ex-chef de l’État était la solution miracle à la médiocrité du nombre de ses soutiens. Et si au tout début de sa campagne, il y a déjà trois ans, lorsqu’il fut le premier à ouvertement exposer ses ambitions présidentielles, l’on comprend qu’il ait cherché à se démarquer de son ancien patron à l’image éreintée, son acharnement d’aujourd’hui semble un peu exagéré. Après tout, Nicolas Sarkozy n’est même pas le candidat favori des français, ni même des sympathisants de droite, Alain Juppé devançant encore largement l’ancien président auprès des uns et des autres. Mais cela ne semble pas émouvoir Fillon qui continue méthodiquement à cibler Sarkozy avec toutes les munitions qu’il peut trouver. L’ancien Premier ministre a ainsi lancé une pique empoisonnée sur la probité en politique visant Nicolas Sarkozy, en maintenant qu'un homme mis en examen ne devrait pas être candidat à la présidentielle, mais considère en revanche qu'Alain Juppé, condamné en 2004, «a payé pour d'autres». «En effet, imagine-t-on le général De Gaulle mis en examen ?» a répété François Fillon, candidat à la primaire de la droite, hier, une semaine après avoir prononcé cette phrase lors de sa rentrée politique et alors que dimanche à La Baule Nicolas Sarkozy a appelé à une primaire sans «pugilat» à droite.

«Je pose un principe général, je dis que l'exemplarité est nécessaire pour gouverner notre pays, et d'autant plus nécessaire qu'il va falloir le redresser, c'est-à-dire demander des efforts aux Français. J'énonce un principe général qui me paraît être le minimum de ce qui est exigible, et après, chacun naturellement est devant sa conscience et doit agir en fonction de ce principe», a développé l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy. «C'est ma conviction personnelle. Je pense que c'est très difficile de gouverner un pays dans un climat comme celui que nous connaissons aujourd'hui. Comme à gauche et à droite il y a des affaires dans tous les sens, je dis qu'il faut revenir à une conception plus rigoureuse de l'exercice du pouvoir», a-t-il ajouté. Pourtant, malgré ses sorties répétées à l’encontre de Sarkozy et sa propre probité qui n’est pas mise en doute, la probabilité que Fillon atteigne ne serait-ce que le deuxième tour de la primaire est des plus improbables. Pourtant, il semble bien décidé à aller au bout et surtout à tout faire pour bloquer la route à l’ancien président de la République.
 

 

 

Partagez sur Facebook Twitter Google

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                              © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                   Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png