Retour a la page d'accueil

   

POINT chauds Par Fouzia Mahmoudi 10/05/2017

Parrainage

 L’un des grands déçus de cette campagne présidentielle, au-delà des noms évidents qui viennent immédiatement en tête, est certainement Manuel Valls, qui après avoir claqué la porte de Matignon, certain d’être vainqueur de la primaire de la gauche et investi comme candidat officiel, qui, surtout après les ennuis judicaires de François Fillon, avait toutes les chances de victoire de son côté, s’est vu refuser cette opportunité par les électeurs. Les électeurs de gauche l’on ainsi durement sanctionné, peut-être pour sa politique trop libérale, ou même peut-être pour sa déloyauté envers François Hollande à qui il avait pourtant juré d’être à ses côtés jusqu’au bout et qu’il a fini par critiquer violemment avant de quitter son poste de Premier ministre. Par la suite, peut-être par la force de l’habitude, Valls a ensuite fait une nouvelle fois montre de déloyauté en tournant le dos au candidat légitime de la gauche désigné par la primaire. Le candidat Benoit Hamon qu’il avait juré de soutenir au soir des résultats de la primaire ainsi que dans la charte qu’il avait signée avant de pouvoir participer à la course à l’investiture. Il a ainsi décidé de soutenir le candidat Macron, qui avait les sondages de son côté. Or, aujourd’hui, Manuel Valls, après la victoire du candidat qu’il a soutenu semble croire qu’il a droit à une compensation sous la forme d’une investiture pour les élections législatives. En effet, Manuel Valls a annoncé hier vouloir être candidat dans la première circonscription de l’Essonne pour la majorité présidentielle. Sauf que le camp Macron le lui fait sentir : il ne bénéficiera d’aucun traitement de faveur.

«Je veux la réussite d’Emmanuel Macron, de sa majorité (...). Parce que je suis un républicain, parce que je reste un socialiste, je ne suis pas en embuscade. Donc, et j’invite tous les progressistes à le faire, je serai candidat de la majorité présidentielle, et souhaite m’inscrire dans son mouvement qu’est la République en marche». Le député d’Évry fait un constat pessimiste à propos du PS : «Ce Parti socialiste est mort, derrière nous. (…) Dans une même formation politique avoir ceux qui veulent soutenir clairement la majorité présidentielle, ceux qui veulent une alliance avec Jean-Luc Mélenchon (…) et au milieu, ceux qui ne savent pas où ils sont, ça fait trois blocs. Tout ça est fini, tout ça n’a plus aucun sens». Sauf que la proposition de Valls n’a pas été accueillie chaleureusement par La République en marche. Le président de la commission nationale d’investiture a déclaré que la première circonscription de l’Essonne était déjà attribuée : «Nous avons déjà arrêté sur la circonscription de M. Valls une candidate». «Nous allons analyser s’il s’est inscrit à En marche !, s’il a déposé sa candidature ou non (…). La règle s’applique à tous», ajoute Jean-Paul Delevoye. De son côté, Benjamin Griveaux, porte-parole d’Emmanuel Macron, s’est empressé d’indiquer qu’il n’avait pas vu le nom de Manuel Valls à la commission d’investiture. «Il lui reste 2 jours», lance-t-il. Un accueil assez humiliant pour l’ancien Premier ministre qui, pensait-il, a encore quelques mois être le prochain locataire de l’Élysée. Mais il n’a pas le choix d’accepter ce traitement alors qu’il vient de brûler ses ponts avec le PS. Reste à savoir si à En Marche ! l’on acceptera sa requête et surtout si l’on est prêt à travailler avec lui, qui, il l’a assez démontré, n’est pas très loyal ou constant.  
 

Partagez sur Facebook Twitter Google

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                              © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                   Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png