Accueil

10/09/2016
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 


Cinémathèque d'Oran
Le film révolutionnaire à l’honneur


  La cinémathèque d'Oran organise, durant le mois de septembre, un cycle filmique à l'honneur du film révolutionnaire. Plusieurs productions célèbres relatant la guerre de Libération nationale sont proposées au public, à l'image de «La Bataille d'Alger», «La Citadelle» (El Kalaa), «Hors-la-loi» et autres.

Par Abla Selles

Un cycle de projections dédié au film révolutionnaire est proposé tout au long du mois de septembre au public de la cinémathèque «Ouarsenis» d'Oran, a-t-on appris mardi auprès du directeur de cet établissement culturel. Plusieurs œuvres mettant en relief le sacrifice consenti par le peuple algérien durant la lutte de Libération nationale sont à l’affiche dans le cadre de ce cycle programmé par le Centre algérien de la cinématographie, a précisé à la presse Abdelkrim Bouazla.

Avec deux séances de projection par jour, l’assistance pourra découvrir ou revoir nombre de longs métrages comptant parmi les plus belles créations du 7e art national, ainsi que des documentaires réalisés par des cinéastes étrangers anticolonialistes. «La Bataille d’Alger» de Gillo Pontecorvo (1965), «La Citadelle» (El Kalaa) de Mohamed Chouikh (1989), et «Rachida» de Mina Chouikh (2002), figurent au programme de cette première semaine de projections.

Le public prendra également plaisir à revoir «Hors-la-loi», de Rachid Bouchareb (2010), qui fut, pour rappel, projeté en avant-première à la cinémathèque d’Oran en présence de plusieurs comédiens campant un rôle dans cette œuvre, à l’instar de Chafia Boudraa et Ahmed Benaïssa.
Le film documentaire est lui aussi à l’honneur de ce cycle, avec notamment «L’avocat de la terreur», réalisé en 2007 par Barbet Schroeder en hommage à l’anticolonialiste et grande figure des prétoires Jacques Vergès (1925-2013), et «Ils ont rejoint le Front pour libérer l’Algérie» de Jean Asselmeyer (2012).
Le registre documentaire est encore marqué par la programmation de l’œuvre «Octobre à Paris», réalisée par l’anticolonialiste Jacques Panijel (1921-2010) au lendemain de la répression sanglante de la manifestation pacifique du 17 octobre 1961 à Paris.
«Octobre à Paris» fut interdit de diffusion en France, même après l’indépendance de l’Algérie, et sa sortie officielle eut lieu en 2011 seulement, après un demi-siècle de censure.

Cinéaste français d’origine roumaine, Jacques Panijel est aussi connu pour avoir été le cofondateur du comité Maurice Audin, du nom du mathématicien français torturé à mort en 1957 pour son soutien à la cause algérienne. 
Il est à noter que le but majeur de ce cycle filmique est de rendre hommage à toute personne ayant contribué à la libération de notre pays ainsi qu’un rappel pour la jeunesse du courage des hommes pour voir l’Algérie prendre son indépendance .
 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La déprogrammation du documentaire «Vote Off»
La décision relève de la commission de visionnage


  Le ministère de la Culture a indiqué mercredi dans un communiqué que la «non programmation» du documentaire «Vote  Off» du réalisateur algérien Fayçal Hammoum aux 14es Rencontres cinématographiques de Béjaïa (RCB), relevait «des compétences et attributions exclusives de la commission de visionnage». L’association «Project’heurts», organisatrice de cette manifestation, avait, dans un communiqué rendu public mardi, annoncé que le documentaire «n’avait pas reçu le visa de projection».

Le réalisateur avait qualifié dans une lettre publique la non programmation de son film qui devait être projeté jeudi en avant-première de «cas flagrant de censure». Le ministre de la Culture a précisé que «le film Vote Off comporte des contenus portant atteinte aux symboles de l’Etat et de sa souveraineté», rappelant que la décision de la commission «composée d’experts et de professionnels», «ne relève aucunement de considérations liées à l’art cinématographique mais procède de l’application de la loi». Le ministère de la Culture a par ailleurs exprimé son soutien aux rencontres cinématographiques de Béjaia, considérées  comme un «acquis important» dans le domaine du cinéma et de la culture en général». Produit par Thala Films, le documentaire a été tourné lors des dernières élections présidentielles de 2014. Vingt-six autres films dont une grande partie présentée pour la première fois en Algérie, sont au programme de ces rencontres qui se poursuivent à la cinémathèque de Béjaïa jusqu’au 9 septembre.

M.B.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Concours du meilleur texte dramatique Mohia d'or
Dépôt des textes avant le 15 novembre  

  Les auteurs dramatiques souhaitant participer à la 3e édition du concours du meilleur texte dramatique en tamazight Mohia d’or, sont invités à déposer leurs textes avant le 15 novembre prochain, a-t-on appris, mercredi, auprès de la direction locale de la culture de Tizi-Ouzou. Ce concours qui récompensera le 7 décembre prochain, à l’occasion des 7es journées théâtrales en hommage au dramaturge Mohia, les trois meilleures dramaturgies, a pour objectif «la promotion de la pratique théâtrale et l’encouragement des jeunes à la création artistique en général et à l’écriture dramatique ainsi qu’à la production théâtrale en particulier», a-t-on indiqué. Le texte doit dépasser 15 pages.

 La participation qui doit être anonyme, se fera avec un seul texte, selon le réglement du concours. Un jury constitué de dramaturges, metteurs en scène, scénographes et universitaires spécialisés dans la littérature, la linguistique et le théâtre amazigh, sera chargé de la lecture et de l’évaluation des textes en lice, a-t-on observé à la direction de la culture. Ce concours, lancé en 2014, est organisé annuellement par la direction de la culture de Tizi-Ouzou en collaboration avec la maison de la culture Mouloud- Mammeri, le théâtre Régional Kateb-Yacine, le comité des activités culturelles et artistiques et en partenariat avec l’Assemblée populaire de wilaya (APW de Tizi-Ouzou), a-t-on indiqué. Des récompenses de 300 000, 200 000 et 100 000 DA sont prévues pour les trois lauréats du concours.

L.B.

 


Partagez sur Facebook Twitter Google


DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png