Retour a la page d'accueil

   

POINT chauds Par Fouzia Mahmoudi 15/12/2016

Dissensions

 Si certaines figures du Front National ont accusé ces dernières semaines les médias d’essayer de déstabiliser leur mouvement en créant et en amplifiant des tensions et des déchirements, Marion Maréchal-Le Pen, elle, se laisse aller à ce jeu et participe à fragiliser le parti présidé par sa tante. Après une semaine chargée de disputes internes avec Florian Philippot, la benjamine s’est affichée cette semaine à un meeting de Philippe de Villiers qui après des années de traversée du désert connaît un grand succès grâce à ses livres très conservateurs. Et si pour le moment ces batailles internes du FN n’ont pas encore heurté les chiffres de Marine Le Pen dans les sondages, cela risque de produire une image de conflit qui ne pourrait que déstabiliser ceux qui se sont déjà «incertains» de leurs votes. Mais pour le moment, Marine Le Pen n’a pas lieu de se plaindre et fait toujours partie des favoris pour 2017. En effet, François Fillon et Marine Le Pen arrivent en tête des intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle de 2017, selon la neuvième vague de l'enquête Ipsos-Sopra Steria pour le Cevipof et Le Monde publiée hier. Le candidat investi par la droite remporte entre 26% et 29% des intentions de vote contre 24% et 25% pour la présidente du Front national suivant les quatre scénarios esquissés par l'institut de sondage (présence ou non de Manuel Valls, d'Arnaud Montebourg ou de François Bayrou). Dans les quatre hypothèses, Emmanuel Macron, fondateur du mouvement «En marche !» et le candidat de «La France insoumise» Jean-Luc Mélenchon se disputent la troisième place, avec des intentions de vote comprises respectivement entre 13 et 18% et 13% et 14%.

 L'ex-Premier ministre Manuel Valls se trouve lui en quatrième position (entre 11% et 12% selon les hypothèses) tout comme Arnaud Montebourg (7%). En cas de présence de François Bayrou, l'ex-ministre du Redressement productif perd une place (6%) et cède un point au président du MoDem. Ainsi, le plus grand ennemi de Marine Le Pen, mis à part les déchirements internes, reste bien François Fillon. Et la présidente du FN en est bien consciente et a commencé une attaque en règle cette semaine contre le candidat de droite. La présidente frontiste a fustigé «le pire programme de casse sociale qui n'ait jamais existé», évoquant le volet social du programme de François Fillon. Outre la suppression de 500 000 fonctionnaires et le concept du «travailler plus pour gagner moins», c'est son programme sur la Sécurité sociale, qui prévoyait de ne plus rembourser le «plus petit risque» qui était visé par le FN : «Il n'existe aucun petit risque médical […] La bénignité d'une maladie n'est avérée qu'après coup. Comment va-t-on donc faire techniquement pour déterminer ce qui sera remboursé ou non ?», écrivait lundi le parti dans un communiqué. Reste à savoir si cette stratégie, dont le volet social ressemblera beaucoup à celles des candidats de gauche, séduira les électeurs patriotes qui attendent surtout de Marine Le Pen qu’elle adresse les problèmes liés à l’immigration et à la sécurité. Et les dissensions au sein du mouvement même risquent de nuire également à la crédibilité qui a mis tant d’années à se construire une image «dédiabolisée» aux yeux des Français.
 
 

 

 

Partagez sur Facebook Twitter Google

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                              © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                   Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png