Accueil

16/04/2018
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 


«Sen Art Galery»
Des œuvres de Malek Salah exposées aux Algérois


  L'artiste peintre Malek Salah partage depuis samedi dernier ses dernières œuvres artistiques avec le public algérois. C'est dans le cadre d'une exposition intitulée «Chuchotements de l'âme» que ces œuvres de peinture abstraite sont exposées à la galerie d'art «Sen Art Galery». Une trentaine de toiles inédites de Malek Salah ainsi que deux sculptures dont l'inspiration est la beauté de la Méditerranée sont à découvrir jusqu'à la fin du mois courant.

Par Abla Selles

Une exposition de peintures abstraites, invitant le visiteur à la méditation et à la découverte d'un processus de création évolutif sur plusieurs œuvres, est ouverte au public algérois par l'artiste peintre Malek Salah. Organisée par la galerie d'art «Sen Art Galery», l'exposition intitulée «Chuchotements de l'âme» comporte une trentaine de toiles inédites de Malek Salah ainsi que deux sculptures.
Dans une première série intitulée «Effets du silence», l'artiste propose plusieurs toiles arborant des formes géométriques simples et explorant des couleurs apaisantes comme le bleu, le jaune, le noir et le gris. Réalisées à la peinture acrylique, ces toiles évoquent un procédé de création qui évolue d'une toile à l'autre pour être rassemblées en une seule œuvre.
Cette série invite à la méditation sur l'instant d'inspiration démarrant d'une toile unie peinte en bleu et prenant forme avec des mouvements amples au pinceau et des traits au crayon que l'artiste célèbre toujours dans ses œuvres et qui enrichissent la peinture de départ. La deuxième série intitulée «Ordre et désordre» présente des fonds aux couleurs pastel où le trait est un peu plus présent. Le dessin, que Malek Salah affectionne particulièrement, se laisse découvrir dans deux œuvres de la série «Narration» où il reproduit des sculptures gréco-romaines au crayon tout en gardant visible le même travail sur les couleurs, les mêmes formes géométriques de base et le même univers de départ. Cette exposition, inédite, puisant son inspiration dans la méditation, peut se dévoiler comme un seul travail évoluant d'une toile à une autre comme plusieurs étapes d'un seul travail détaillé en plusieurs haltes.
«Chuchotements de l'âme» comporte également deux sculptures : «Le veilleur», grand totem bleu évoquant autant la hauteur du phare que le regard du gardien, et «Leyla» sculpture peinte d'une tête de femme sur résine.
Diplômé des Ecoles des beaux-arts d'Alger et de Paris, Malek Salah a enseigné à Alger de 1980 à 1987.
Il a été commissaire de plusieurs expositions en Algérie et à l'étranger, avant de faire l'ouverture en 2007 du Musée d'arts modernes d'Alger (MaMa) avec l'exposition «Majnûn Laylâ». Artiste prolifique favorisant un graphisme épuré, Malek Salah a produit, ces dernières années, plusieurs collections exposées dans différentes galeries algéroises. Les œuvres du plasticien sont conservées dans plusieurs collections publiques et privées.

A. S.


Retour a la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Patrimoine
L'archéologie en Algérie en débat


  Le moteur de survie du patrimoine archéologique est la population capable d'initier des actions locales pour protéger des sites menacés, ont considéré les participants à un café littéraire et philosophique sur l'archéologie en Algérie, tenu samedi à Tizi-Ouzou.
Lors de cette rencontre, organisée par l'entreprise d'organisation des événements culturels, économiques et scientifiques et qui a été animée par des membres de l'Association algérienne pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine archéologique (AASPPA), l'accent a été mis sur l'état de dégradation dans lequel se trouvent de nombreux sites archéologiques du fait des aléas du temps, du pillage, de l'avancée du béton et en l'absence de travaux de restauration.
La secrétaire générale de l'AASPPA, Farida Benouis, a observé que l'action de préservation des sites archéologiques «doit émaner des locaux, soit des citoyens, du mouvement associatif local, des comités de villages ou autre organisation de la société civile et dont l'action peut faire réagir les autorités afin de prendre les mesures nécessaires pour protéger ce patrimoine, en attendant sa restauration».
Mme Benouis a cité, à ce propos, l'exemple de la population d'Ain Témouchent qui s'est mobilisée et a obtenu la protection du mausolée du roi numide Syphax. «Ce monument exceptionnel était la cible de chasseurs de trésors qui s'attaquaient au site à coup de marteaux piqueurs», a-t-elle rappelé.
«Des citoyens, des associations, des universitaires, ont réagi en signant une pétition remise aux autorités locales afin d'arrêter ce massacre.
Un citoyen avait même menacé de recourir à une grève de la faim», a-t-elle indiqué, précisant que cette mobilisation «a payé puisqu'aujourd'hui le site a été clôturé et un gardien y a été affecté». Les personnes présentes au café littéraire, dont des passionnés d'archéologie et autres spécialistes, ont insisté sur la nécessité de sensibiliser les populations à l'importance de la protection des sites archéologiques de leur région et les impliquer dans des actions de sauvegarde, à l'instar de celle lancée par l'AASPPA avec l'association locale les amis de Medghacen, dans une région entre Biskra et Batna, pour nettoyer le site de Ghouffi et à laquelle la population a pris part.

L. B.

Retour a la page d'accueil



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Opéra d'Alger Boualem-Bessaih
«Hymne à la joie» de Beethoven présentée au public  

  La symphonie n°9 de Ludwig Van Beethoven sera interprétée par l'Orchestre national et son Chœur à l'opéra d'Alger le samedi 21 avril 2018. L'Hymne à la joie est un célèbre poème de l'écrivain Allemand Friedrich Schiller, écrit en 1785, puis légèrement révisé un peu plus de vingt ans plus tard. Mais il n'est devenu célèbre que grâce à son utilisation par Beethoven au quatrième mouvement de sa Symphonie numéro 9. Considérée aujourd'hui comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre de la musique classique dans le monde, la symphonie n°9 de Beethoven a été composée en deux ans et présentée pour la première fois sur scène à Viennes en 1824. Elle est actuellement une des symphonies les plus jouées dans tous les opéras du globe. L'Opéra d'Alger n'est pas une exception puisqu'il jouera cette merveille le samedi 21 avril à 19h00, sous la direction du Maestro Amine Kouider.

F. H.

Retour a la page d'accueil


Partagez sur Facebook Twitter Google


DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png