Accueil 

16/04/2018
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

QR Code

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 

Intempéries
Inondations, routes coupées et vols déroutés 

 Les fortes précipitations marquées par d'importantes chutes de pluie dont les cumuls ont dépassé les 70 mm en 24 heures dans certaines régions, ont fortement perturbé la circulation automobile et plusieurs axes routiers se sont retrouvés sous les eaux. Il faut relever qu'aucun mort n'a été enregistré jusque-là.

ar Meriem Benchaouia

Les fortes averses de pluie qui ont touché plusieurs régions du Centre et de l’Est du pays depuis 48 heures, ont généré beaucoup de désagréments avec notamment des routes coupées à la circulation et des inondations. En effet, ces fortes précipitations marquées par d’importantes chutes de pluie dont les cumuls ont dépassé les 70 mm en 24 heures dans certaines régions, ont fortement perturbé la circulation automobile et plusieurs axes routiers se sont retrouvés sous les eaux. Il faut relever qu’aucun mort n’a été enregistré jusque-là. Dans certaines wilayas, les détachements de l’Armée nationale populaire sont intervenus, pour rouvrir les routes et porter assistance aux habitants. Ainsi, la circulation automobile sur l’axe Médéa-Chiffa, route nationale
N1, a été déviée tôt hier vers d’autres routes nationales suite au débordement des eaux de l’oued Chiffa et des éboulements à l’entrée d’El-Hamdania, a-t-on appris auprès du groupement de gendarmerie de Médéa. Toutefois, le tronçon routier a été rouvert en milieu de journée à la circulation, au moment où l’accès à la Chiffa demeure interdit en raison de la crue de l’oued éponyme, selon le directeur des travaux publics. La circulation automobile a été rétablie sur l’axe Médéa-El-Hamdania, sur la route nationale N1, après le dégagement des éboulements qui avaient entraîné l’arrêt total du trafic automobile sur cet axe, a expliqué Yahia Meziane. Seuls les automobilistes résidant dans la localité d’El-Hamdania et des villages situés dans la partie nord de Médéa, en l’occurrence Oued-Atteli, Tadinarte, Haouch Messaoudi, Sidi-Ali et Guezzagza, étaient autorisés à emprunter de nouveau ce tronçon, après la levée de la mesure d’interdiction de circulation prise suite à ces éboulements, a-t-il signalé. L’axe El-Hamdania-Chiffa reste fermé, en raison du débordement des eaux de oued Chiffa, a indiqué la source, assurant qu’un dispositif a été mis en place, en étroite collaboration avec la direction des travaux publics de Blida, afin de bloquer la circulation sur ce tronçon, jugé encore dangereux dans l’après-midi pour être emprunté. Batna est l’autre wilaya qui a été très affectée par ces fortes averses provoquant la fermeture des routes comme celle de Tazoult. Plusieurs maisons ont été également inondées ainsi que dans d’autres régions touchées par ces mauvaises conditions climatiques. En effet, les ruissellements dus aux fortes précipitations de pluie et de grêle abattues samedi après-midi sur la ville de Batna et certaines communes voisines se sont infiltrés à nombre de maisons et occasionné des dommages à certains axes routiers. Ces précipitations d’environ 50 mm ont provoqué en l’espace d’une heure l’obstruction partielle des regards du réseau d’assainissement et les ruissellement des eaux ont causé des infiltrations d’eaux notamment dans les cités basses dont Kéchida, Zmala, Bouakal, Parc-à-forage et Route de Tazoult, selon le chargé de la communication à la Protection civile, Takieddine Benaziz. Les dégâts relevés ont été des fissures sur les murs de certaines habitations, l’effondrement de toits de certains autres et endommagement de certains biens publics à cause des infiltrations d’eau, a indiqué la même source. De son côté, le chef du service exploitation et entretien du réseau routier à la direction des travaux publics, Abdelkarim Belkacem, a indiqué que les écoulements d’eau et l’amassement des grêlons ont endommagé les lisières de certaines routes nationales et chemins de wilaya dont la RN-3 jusqu’aux limites de la wilaya d’Oum El Bouaghi et la RN-87 vers Khenchela et causé un glissement de terrain à hauteur d’ouvrage d’art sur la RN-28 à la sortie de la commune de Tilato. Des dommages ont été également occasionnés au chemin de wilaya CW-165 reliant la RN-3 à la commune de Boumia, au CW-26 entre la commune de Fesdis jusqu’aux limites administratives de la wilaya d’Oum El Bouaghi et aux voies de contournement de la ville de Batna. De son côté, le directeur de l’unité de Batna de l’Office national de l’assainissement (ONA), Fateh Kada, a déclaré que les chutes considérables de grêlons et leur entassement ainsi que les ruissellements d’eau de pluies chargés de boue et autres détritus ont causé l’obstruction de regards en dépit de la présence des unités de l’ONA sur les points bas de la ville considérés comme «points noirs» dont l’intervention s’est poursuivie jusqu’aux premières heures d’hier. Les services de wilaya ont fait savoir, dans un communiqué, que ce qui s’est passé samedi après-midi à Batna «ne constitue point des inondations» et la situation a été maîtrisée «en quelques heures de pluie». Le communiqué souligne aussi que les services concernés sont aussitôt intervenus pour enlever les tas de grêlons et l’opération se poursuit «jusqu’à ce moment» au niveau de la route de Tazoult, situé sur une zone élevée mais à proximité de la montagne. Le trafic automobile a repris son cours normal sur la majorité des axes routiers de la wilaya, selon les services des travaux publics. L’aviation civile a été aussi affectée, puisque certains vols d’Air Algérie qui devaient atterrir aux aéroports d’Alger et de Béjaïa ont été déroutés vers Oran en raison de mauvaises conditions métrologiques, a-t-on appris auprès d’Air Algérie. Au total, 4 vols (3 vols internationaux en prévenance de la France et un quatrième domestique reliant Alger à Djanet) ont été déroutés samedi vers d’autres aéroports du pays en raison de mauvaises conditions métrologiques, a indiqué la responsable de la communication Air Algérie, Mounia Bertouche.

M. B.


Retour a la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeunes et service national
Le général-major Benbicha explique le «non-fondement» des appréhensions

  Le général-major Mohamed Benbicha, lors de son passage à la Radio nationale chaîne III, explique aux jeunes algériens «le non- fondement» de leurs appréhensions vis-à-vis du service national qu’il considère comme étant le «pilier de la citoyenneté».
A ce titre, abordant la question de l’engagement des jeunes vers le service national depuis son institution en 1968, le général-major Mohamed Benbicha, dira qu’au même titre des mutations intervenues dans la société algérienne, contrairement aux premières promotions, celles actuelles éprouvent une certaine «appréhension» à s’acquitter de ce devoir national «parce qu’ils ont des informations non fondées». Et «c’est justement pour amener ces jeunes à aller vers le service national que sont organisées ces Journées portes ouvertes, pour leur expliquer le non fondement de ces appréhensions, et la noblesse de ce devoir», a-t-il expliqué. Ainsi, poursuivant sur les appréhensions des jeunes vis-à-vis du service national, il dira qu’il s’agit d’«un mélange d’une peur vis-à-vis d’une astreinte à la rigueur et à la discipline». Toutefois, «une fois à la caserne et qu’ils subissent leur formation, ces préjugés s’effondrent». Quant à l’intérêt de l’accomplissement du service national pour lequel s’ouvrent depuis hier jusqu’au 18 avril à l’occasion du 50e du service national, des Journées portes ouvertes sur le service national, l’officier évoquera «un apport philosophique de citoyenneté et de contribution à la défense du pays et sa construction économique et sociale». S’agissant de l’apport du service national au développement du pays, selon le général-major Benbicha, qui soulignera que la réduction du service national de deux à une année, prédispose  beaucoup de jeunes, parmi lesquels nombre d’universitaires, à vouloir s’intégrer dans les rangs de l’ANP, il dira que les jeunes ayant bénéficié d’une formation durant la période de leur service national pourront effectivement trouver un emploi une fois revenus à la vie civile. Par ailleurs, il estimera la dimension stratégique du service national «de pilier de la citoyenneté», et faire contribuer la jeunesse à la reconstruction de l’Algérie, au lendemain de l’indépendance en participant à l’époque au grand chantier du développement du pays notamment pour la réalisation du barrage vert, de la transsaharienne. Abordant la question des jeunes insoumis appréhendant une incorporation, l’officier considérera que ces journées représentent une opportunité pour eux de prendre connaissance des conditions de régularisation de leur situation, au lieu de continuer à rester dans une «situation contentieuse». Enfin, commentant l’organisation des Journées portes ouvertes sur le service national, organisées en divers endroits du pays, il explique qu’elles visent à informer les futurs conscrits sur les conditions de leur présence au sein de l’armée, sur l’octroi d’une éventuelle exemption ainsi que les étapes marquant leur période de casernement. Ceci avant de présenter ses «sincères condoléances aux familles des victimes du crash de l’avion militaire survenu mercredi dernier, soulignant l’esprit de solidarité exprimé par l’ensemble des citoyens envers l’Armé nationale populaire».

 Lynda Naili

Retour a la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Mme Eddalia plaide pour la prévention
Objectif : lutter contre les violences faites aux femmes   


  La violence faite à l'égard des femmes est toujours d'actualité en Algérie. Un phénomène social dont le gouvernement fait une priorité. Selon la ministre de la Solidarité nationale, Ghania Eddalia, la stratégie de lutte contre le fléau est la prévention.

Par Louiza Ait ramdane

La ministre de la Solidarité nationale a plaidé, hier à Alger, pour la prévention contre les violences faites aux femmes en Algérie. En vue d’endiguer toute forme de violence faite aux femmes, une base de données administratives appelée «Amane» a été mise à la disposition des professionnels du secteur de la Solidarité. S’exprimant à l’ouverture du cycle de formation destiné aux acteurs sociaux, la ministre a souligné que «l’utilisation de la base de données ‘’Amane’’ est destinée aux acteurs sociaux et professionnels du secteur de la Solidarité intervenant dans la prise en charge des femmes victimes de violences et en situations de détresse». Abordant l’intérêt de la plate-forme «Amane», elle a considéré que son département accordait la priorité à l’action préventive. Pour ce qui est de la lutte contre le phénomène des violences faites aux femmes, «l’incitation à la prise de conscience chez les citoyens et les familles est de mise», a-t-elle rappelé en substance. Elle a également relevé l’importance du travail de «médiation», la promotion de la culture de «tolérance» au sein de la population. Réintégrer les femmes victimes d’atteintes à leur intégrité physique ou morale est aussi importante, a-t-elle fait comprendre. Mme Eddalia a estimé que «le lancement de la base de données Amane renforcerait les mécanismes et les dispositions inhérents à la prise en charge de cette catégorie fragilisée de la population». Un principe de recueil de données et d’écoute pour encadrer le phénomène, a laissé entendre la première responsable du secteur. La ministre a expliqué également que cette base consiste à répertorier les différents cas de violences dont sont victimes les femmes à travers un fichier électronique. Celui-ci permet d’enregistrer et d’analyser les données collectées par les cellules d’écoute relevant des Directions de l’action sociale (DAS) du pays et du département ministériel qu’elle gère. Pour précision, «Amane» se présente comme «un outil d’orientation du travail» permettant l’élaboration de «programmes idoines, plus ciblés et plus adaptés aux besoins de prévention contre les violences à l’égard des femmes. Un mécanisme d’accompagnement», a poursuivi la ministre. Par ailleurs, «la mise en place de cet outil s’inscrit dans le cadre de la modernisation et de la numérisation du ministère de la Solidarité nationale», a-t-elle ajouté. Pour rappel, la plate-forme «Amane» , lancée en février dernier par le ministère de la Solidarité nationale avec le soutien technique et financier du Programme des Nations unies pour les Femmes (ONU-Femmes), vise l’informatisation de la collecte des données administratives sur les femmes en situation de détresse. Le programme et l’initiative visent le Renforcement de l’égalité des droits entre les femmes et les hommes 2015-2018.

L. A. R.
 

 

Retour a la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Au sud du pays
Saisie de plus de12 tonnes de denrées alimentaires    


 Un camion chargé de 12,4 tonnes de denrées alimentaires a été saisi samedi à Bordj Badji Mokhtar, par un détachement de l'Armée nationale populaire, alors qu'un narcotrafiquant en possession de 93 kg de kif traité a été appréhendé à Béchar par des éléments des de gardes-frontières, indique hier le ministère de la Défense nationale dans un communiqué.

Par Hani Y.

«Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, un détachement de l’Armée nationale populaire a saisi, le 14 avril 2018 à Bordj Badji Mokhtar, un camion chargé de 12,4 tonnes de denrées alimentaires, 5 740 litres d’huile de table et 1 200 litres de carburant», précise la même source. Dans le même contexte, des éléments de gardes-frontières «ont appréhendé à Béchar un narcotrafiquant en possession de 93 kilogrammes de kif traité, tandis que 14 448 unités de différentes boissons ont été saisies à El-Oued et Mostaganem». D’autre part, des éléments de la Gendarmerie nationale «ont arrêté trois individus et saisi deux armes à feu à Djelfa et Batna, alors que des immigrants clandestins de différentes nationalités ont été interceptés à Tlemcen», rapporte également le communiqué.

Vers le développement de la culture de la micro-algue spiruline
Des démarches ont été entreprises pour développer la culture de spiruline (micro-algue) dans le sud du pays, au regard de son intérêt commercial et économique, ont indiqué hier des responsables de la Chambre inter-wilayas de la pêche et de l’aquaculture (CIWPA) basée à Ouargla. Cette instance régionale, qui coiffe six wilayas de la région sud-est (Ouargla, Biskra, El-Oued, Illizi, Ghardaïa et Laghouat), «s’engage à encourager les agriculteurs désireux d’investir dans ce domaine, en multipliant les activités liées à l’ensemencement et la culture de cette espèce aquatique, très riche en vitamines, protéines et autres éléments nécessaires à la santé humaine», a précisé à l’APS le directeur de la chambre, Faouzi Habita, en marge d’une session de formation en aquaculture. «Il s’agit de les inciter à créer des micro-entreprises versées dans le domaine de la production de la spiruline, à la lumière d’une stratégie économique durable», a-t-il expliqué. Encadrée par des spécialistes de l’Institut technologique de la pêche et de l’aquaculture de Collo (Skikda) et de l’Université Kasdi-Merbah de Ouargla (UKMO), cette session de formation de trois jours (15-16-17 avril), à laquelle prennent part près de 70 agriculteurs et investisseurs ainsi que des étudiants, a pour objectif de mettre en exergue les techniques modernes pratiquées dans la culture de la spiruline, dont les normes écologiques requises (eau, climat, salinité, etc.), en plus de ses multiples utilisations, selon la même source . La culture de la spiruline enregistre, depuis quelques années, des résultats «probants» dans le sud du pays, notamment dans la wilaya de Tamanrasset qui dispose d’un important gisement naturel de cette espèce aquatique considérée aujourd’hui comme l’une des principales ressources économiques dans différents pays du monde. Le programme de cette session de formation comporte notamment un atelier sur «l’utilisation de végétaux aquacoles y compris la spiruline», ainsi qu’une présentation sur les études et recherches sur la spiruline, menées par l’enseignant à l’UKMO Ali Saggai. Organisée en partenariat avec l’association locale de l’apiculture et de l’aquaculture, cette manifestation scientifique, qu’abrite le Centre de formation et d’apprentissage «Salah-Eddine-El-Ayoubi» (chef-lieu de wilaya), est une occasion d’améliorer les connaissances en matière de culture de la spiruline, tout en encourageant la consommation de ce type d’espèces (micro-algue bleu-vert de la famille des cyanobactéries), selon les organisateurs. La spiruline constitue un complément alimentaire idéal pour plusieurs personnes, dont les végétariens et les sportifs, en raison de son apport en énergie et endurance au corps.

H. Y. /APS.

 

 

Retour a la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



Cinquantenaire du service national
Un site web pour la promotion de l'action administrative militaire

 Un site Web du service national dédié à la promotion de l’action administrative militaire et à la valorisation de la relation avec le citoyen sera lancé «très bientôt», selon l’annonce faite, hier à Blida, par le commandant du Centre du service national de la wilaya, le colonel Larbi Mohamed U-Idir. Un site Web interactif, englobant des informations diverses en direction des citoyens, est actuellement en cours d’études en vue de son lancement «très prochainement», a indiqué à l’APS le colonel U-Idir, en marge de l’ouverture de la cérémonie de célébration du cinquantenaire de l’institution du service national au centre d’information territorial Chahid «Mohamed-Madi» de Blida. Le futur site Web, dont les informations seront sécurisées, permettra aux citoyens de s’informer, entre autres, des différentes situations inhérentes au service national et de ses avantages, et leur éviter d’être en infraction avec la nouvelle loi relative au service national, a ajouté cet officier supérieur, signalant l’inscription de cette initiative au titre du programme de modernisation lancée par la Direction du service national visant, notamment, le rapprochement de l’administration militaire du citoyen. Dans son allocution d’ouverture de la manifestation, le colonel U-Idir a souligné que le service national aide au fusionnement de la jeunesse algérienne, tout en lui offrant l’opportunité de «participer à la défense de son pays et d’enrichir son expérience personnelle avec une somme de connaissances susceptibles de l’aider à mieux intégrer la vie professionnelle». «La nouvelle orientation prise par le service national permet également une intégration réelle de la jeunesse dans l’acte de développement global, tout en étant imprégnée des valeurs éternelles de Novembre», a-t-il déclaré, citant pour preuves les réalisations déjà concrétisées à travers le pays. Encore plus, les jeunes du service national peuvent s’enorgueillir, selon la même source, d’«avoir contribué à réduire à néant le terrorisme, en payant le tribut du sang pour défendre le pays et la pérennité de l’Etat algérien», a-t-il soutenu. Le commandant du Centre du service national de Blida a, par ailleurs, relevé l’existence de bureaux du service national au niveau de toutes les wilayas du pays, voire même au niveau de certaines daïras reculées, à l’image de celles d’Ain Salah et Ain Guezam, «ce qui permet aux jeunes concernés de régler facilement leurs situations vis-à-vis du service national». Il a, en outre, cité le raccordement de tous ces bureaux au réseau Internet de l’Armée nationale populaire (ANP), facteur ayant contribué à la facilitation de toutes les tâches administratives, avec la prise en charge idoine des préoccupations des citoyens. Dans son intervention à l’occasion, le directeur régional de la communication, de l’information et de l’orientation auprès de la 1re Région militaire, colonel Ben Slaim Ali, s’est félicité de la célébration de cet événement (cinquantenaire du service national), estimant que le service national confère au citoyen «une conscience nouvelle du véritable sens de la citoyenneté et de la défense des acquis de son pays». La manifestation a été ouverte par l’observation d’une minute de silence à la mémoire des victimes du crash de l’avion militaire de Boufarik, avant la projection d’un film documentaire sur le service national depuis son institution en 1968, à ce jour. Ces «portes ouvertes» de trois jours englobent également des expositions axées sur le service national avec moult informations, en direction des jeunes, sur l’accomplissement de ce devoir national, ainsi que sur les réalisations concrétisées par les jeunes du service national.

K. L.
 

 

Retour a la page d'accueil  


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



Sommet arabe
Messahel : une conjoncture «très sensible» 
 

 Concernant le Sommet arabe, M. Messahel a souligné qu'«il intervient dans une conjoncture très sensible, au sens, a-t-il précisé, où notre nation arabe n'a jamais été confrontée à des défis aussi grands et aussi graves qu'aujourd'hui. Les crises et les conflits qui secouent les pays arabes se sont aggravés en raison de l'ingérence étrangère dans nos affaires intérieures», a-t-il déploré.

 Par Ihsane Ch.

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, s’est félicité de la relation «privilégiée» entre l’Algérie et l’Arabie saoudite qui sera, a-t-il dit, hissée à un «plus haut niveau» à la faveur de la réunion de la commission mixte algéro-saoudienne, prévue demain à Riyadh, appelant les Etats membres de la Ligue arabe à conjuguer leurs efforts, à dépasser les différends et à placer les intérêts arabes au-dessus de toute autre considération. Dans un entretien au journal saoudien «Al-Riyadh», à la veille de la tenue du 29e Sommet arabe à Dhahran (Arabie saoudite) et des travaux de la commission mixte algéro-saoudienne, M. Messahel s’est félicité de la relation «privilégiée» entre l’Algérie et l’Arabie saoudite, notamment entre les dirigeants des deux pays «frères», le Président Abdelaziz Bouteflika et le Serviteur des Lieux saints, le roi Salmane ben Abdelaziz Al-Saoud, qui se traduit, a-t-il dit, par le haut niveau de la concertation et de la coopération entre Alger et Riyadh dans divers domaines. Une relation qui sera hissée à «un plus haut niveau» à la faveur de la réunion de la commission mixte, prévue demain, a-t-il estimé. Concernant le Sommet arabe, M. Messahel a souligné qu’ «il intervient dans une conjoncture ‘’très sensible’’, au sens, a-t-il précisé, où notre nation arabe n’a jamais été confrontée à des défis aussi grands et aussi graves qu’aujourd’hui. Les crises et les conflits qui secouent les pays arabes se sont aggravés en raison de l’ingérence étrangère dans nos affaires intérieures», a-t-il déploré. Estimant nécessaire d’œuvrer, au niveau arabe, à trouver les solutions idoines, M. Messahel a indiqué que les pays arabes doivent «conjuguer leurs efforts, dépasser les différends et placer les intérêts arabes au-dessus de toute autre considération». A une question sur la participation de l’Algérie et son attachement à l’unité arabe, le ministre a réitéré que «l’Algérie a de tout temps été soucieuse de l’unité arabe et cette ligne de conduite a été maintenue sous la conduite éclairée du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika». «Dans toutes ses démarches en direction des frères et des autres partenaires, l’Algérie demeure convaincue que les solutions aux crises qui secouent notre nation ne sauraient être que pacifiques, loin de toute ingérence étrangère», a soutenu M. Messahel. L’Algérie n’a eu de cesse d’appeler à des réformes profondes de notre organisation panarabe afin de lui permettre de s’adapter à la situation actuelle aux plans régional et international et de trouver des solutions arabes aux différends et aux crises qui secouent la nation afin qu’aucune solution ne soit imposée de l’extérieur, a affirmé le chef de la diplomatie algérienne. Sur les résultats attendus de ce sommet, M. Messahel a indiqué que la situation arabe a connu une détérioration continue ces dernières années, notamment en ce qui concerne notre cause centrale, en l’occurrence la cause palestinienne avec ses dramatiques développements, sans que l’on puisse traiter cette situation avec le sérieux et la détermination requis. «Nous souhaitons que ce sommet soit un nouveau tournant dans la façon de traiter les crises qui entravent le processus de notre action commune pour faire face aux périls et défis auxquels est confrontée notre nation, notamment la montée de l’extrémisme violent et du terrorisme et prendre des décisions cruciales qui soient à la mesure des ambitions de nos peuples». «L’Algérie mesure l’ampleur de la responsabilité qui pèse aujourd’hui sur le royaume d’Arabie saoudite frère qui accueille ce sommet dans une conjoncture arabe, régionale et internationale difficile. Une grande responsabilité que partagent tous les pays arabes. Nous espérons que notre sommet aboutisse, sous la direction saoudienne éclairée, à des résultats à même de consolider l’action arabe commune et les liens de cohésion entre nos pays et nos peuples», a ajouté M. Messahel. Réitérant à la fin la nécessité que la Ligue des Etats arabes revoit sa méthode de travail, le chef de la diplomatie algérienne a précisé que «cela ne peut se réaliser qu’à travers une réforme de fond de tous les mécanismes de son fonctionnement et de sa gestion, ainsi que son appréhension des questions arabes». A ce titre, M. Messahel a rappelé que l’Algérie avait déjà apporté sa contribution pour la réforme de l’organisation panarabe à travers des idées et des propositions qui devront conférer davantage d’efficacité et d’efficience à l’action de la Ligue.

I. Ch./APS

 

Retour a la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



Arabie saoudite
Ouverture des travaux du 29e Sommet arabe à Dhahran


  Les travaux du 29e Sommet arabe se sont ouverts hier après-midi à Dhahran (Arabie saoudite) sous la présidence du serviteur des Lieux saints, le roi Salmane ben Abdelaziz Al-Saoud. Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, participe à ces travaux en qualité de représentant du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Les travaux du Sommet arabe ont débuté au Centre du roi Abdelaziz pour la connaissance et la culture «Ithra» et devraient être sanctionnés par la «Déclaration de Dhahran» qui servira de feuille de route à l’action arabe commune en vue de trouver des solutions à plusieurs dossiers, notamment l’escalade israélienne contre le peuple palestinien, les retombées de la crise syrienne, la crise libyenne et la situation au Yémen et en Irak. Les ministres arabes des Affaires étrangères avaient soumis aux dirigeants arabes les projets de décisions découlant de leur réunion et dans lesquels ils ont insisté sur l’identité arabe d’El-Qods, capitale de l’Etat palestinien, et le droit du peuple palestinien à exercer sa souveraineté sur ses territoires aux frontières de 1967 conformément aux décisions de la légalité internationale. Les ministres arabes des Affaires étrangères ont également souligné leur attachement à l’option de paix comme solution stratégique dans le règlement politique et durable des crises auxquelles sont confrontés certains Etats arabes. La séance d’ouverture du Sommet arabe sera suivie de deux séances de travail à huis clos avant la séance de clôture à l’issue de laquelle sera rendu public «la Déclaration de Dhahran».


L. M.


 


 

Retour a la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Ecole supérieure d'économie d'Oran
Ouverture d'un nouveau master en économie numérique   
 

  L’Ecole supérieure d’économie (ESE) d’Oran compte ouvrir un nouveau master spécialisé en économie numérique pour la rentrée universitaire 2018/2019, a-t-on appris hier du directeur de l’établissement. Le lancement de ce nouveau master vient en réponse à une forte demande en personnels formés en économie numérique, notamment avec la modernisation de l’administration du pays et toutes les avancées acquises en matière de nouvelles technologies, a souligné à l’APS Houari Benchikh. L’école tente de répondre aux besoins du marché du travail de manière concrète, conformément à la politique du ministère de l’Enseignement supérieur, a noté le même responsable, ajoutant que le besoin en matière d’économie numérique est «si important» que son établissement «n’y peut pas répondre seul». La formation pratique des étudiants en master d’économie numérique se fera avec des partenaires économiques. Une première convention a été signée avec l’usine d’assemblage des PC Alfatron, une filiale de l’Enie. D’autres partenariats viendront au fur et à mesure, a fait savoir le même responsable. Un autre master est en cours de préparation pour la rentrée 2019/2020. Il s’agit d’un master en économie publique, destiné à former des cadres dans l’administration publique (wilayas, daïras, APC etc.). L’ESE d’Oran propose des formations de pointe dans diverses spécialités répondant aux besoins actuels et futurs du marché national du travail, a souligné M. Benchikh, ajoutant qu’un master d’économie d’énergie a été lancé il y a deux ans pour répondre aux besoins des entreprises spécialisées dans la gestion de l’énergie.

Nadir G.


 



 

Retour a la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Véhicules
Nette hausse de la facture d’importation des CKD/SKD   


 La facture d'importation des collections CKD/SKD destinées à l'industrie de montage des véhicules (toutes catégories) a connu une nette augmentation sur les deux premiers mois de 2018 par rapport à la même période 2017, selon les Douanes algériennes.

Par Younès F.

Les importations des CKD/SKD, destinées à l’industrie de montage des véhicules de tourisme et ceux de transport de personnes et de marchandises, se sont chiffrées à 449,1 millions de dollars entre début janvier et fin février 2018, contre 219,5 millions de dollars sur la même période de 2017, en hausse de près de 230 millions de dollars (+104%). Quant à la facture d’importation des véhicules finis (véhicules de tourisme et ceux de transport de personnes et de marchandises), elle est passée à 20,5 millions de dollars sur les deux premiers mois 2018 contre 136,8 millions de dollars à la même période 2017. Le nombre global des véhicules finis importés (toutes catégories) a été de 536 unités en janvier-février 2018 contre 10 327 unités sur la même période de 2017. Ainsi, la facture globale d’importation des collections CKD/SKD et des véhicules finis (toutes catégories) a augmenté à 469,6 millions de dollars sur les deux premiers mois de 2018 contre 356,3 millions de dollars sur la même période 2017, avec une prédominance des CKD/SKD (95% de la facture globale).

Véhicules de tourisme: Les CKD/SKD importés pour près de 400 millions de dollars
Concernant la facture d’importation des collections CKD/SKD servant au montage des véhicules de tourisme, elle a bondi à 398,29 millions de dollars sur les deux premiers mois de 2018, contre 187,63 millions de dollars à la même période de 2017, en hausse de 210,66 millions de dollars (+112%). Quant aux véhicules de tourisme finis importés, la facture a été de 4,85 millions de dollars contre 42,6 millions de dollars. Le nombre des véhicules de tourisme finis importés a été de 102 voitures en janvier-février 2018 contre 3 596 voitures sur la même période de 2017. A noter que ces Véhicules de Tourisme importés représentent le reliquat de ceux qui avaient été commandés dans le cadre des licences 2016, sachant qu’aucune licence d’importation n’a été octroyée en 2017 et 2018. Ainsi, la facture d’importation globale des véhicules de tourisme finis et des collections CKD destinées à l’industrie de montage de ce type de véhicules a grimpé à 403,14 millions de dollars sur les deux premiers mois de 2018, contre 230,2 millions de dollars à la même période de 2017, en hausse de près de 173 millions de dollars (+75%), détaille la même source.

Véhicules de transport : Hausse des importations des CKD
Pour la facture d’importation des collections CKD des véhicules de transport de personnes et de marchandises, elle a augmenté à 50,81 millions de dollars sur les deux premiers mois de 2018 contre 31,86 millions de dollars à la même période de 2017, en hausse de près de 19 millions de dollars (+60%). Quant aux véhicules de transport de personnes et de marchandises finis importés, leur facture d’importation a été de 15,65 millions de dollars contre 94,22 millions de dollars. Le nombre des Véhicules de Transport de Personnes et de Marchandises finis importés a été de 434 unités en janvier-février 2018 contre 6 731 unités sur la même période de 2017. Ainsi, la facture d’importation globale des véhicules de transport de personnes et de marchandises finis et des collections CKD de cette catégorie de véhicules, s’est chiffrée à 66,46 millions de dollars contre 126,08 millions de dollars. Par ailleurs, les importations des parties et accessoires des véhicules automobiles (pièces détachées pour les automobiles finies...) ont diminué à 52,46 millions de dollars contre 61,28 millions de dollars (-14,4%). Pour rappel, en 2017, la facture d’importation des véhicules finis (toutes catégories) et des collections CKD/SKD destinées à l’industrie de montage des véhicules avait augmenté à 2,13 milliards de dollars contre 2,12 milliards de dollars en 2016. Ayant représenté 84% de cette facture, les importations des CKD/SKD avaient grimpé à plus de 1,8 milliard de dollars en 2017 contre 897,35 millions de dollars en 2016 (+101%).


Retour a la page d'accueil




 
Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png