Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 16/04/2018


La nécessaire culpabilité de Damas


 Invité par le président russe à lui faire part de la preuve qu’il dit détenir quant à la culpabilité de Damas dans la présumée attaque chimique de Douma, le président français s’est dérobé en alléguant le secret du renseignement. Nul doute que sa réponse aurait été la même si la même demande avait émané d’un autre bord, y compris d’un allié. Une preuve qu’on prétend avoir mais qu’on ne peut pas révéler, ni à Poutine ni à qui que ce soit d’autre, ça ne peut pas être autre chose qu’un mensonge, quand bien même on serait par ailleurs persuadé d’être dans le vrai. En fait, Macron base sa conviction sur les images que tout le monde a pu voir, et dont rien ne dit encore qu’elles sont vraies. Le secrétaire d’Etat à la défense, James Mattis, la veille même de l’agression tripartite affirmait que l’armée américaine n’avait encore de preuve sur rien : ni sur l’attaque, ni sur ses auteurs. Cela ne l’a pas empêché de se montrer quelques heures plus tard aussi affirmatif que le président français. Il existe toutefois une différence entre les deux hommes : James Mattis était obligé de se dédire une fois que l’ordre d’attaquer a été donné par son supérieur hiérarchique. Le seul autre choix qu’il avait, c’est de démissionner, ce qu’il lui aurait de toute façon pu difficilement faire compte tenu des circonstances. Emmanuel Macron n’avait pas cette excuse. Pour autant, lui aussi était, quoique à sa manière, obligé de paraître n’entretenir aucun doute sur l’identité de l’auteur de l’attaque en question.

Obligé non pas parce qu’il a un chef direct et qu’il doit le suivre dans ses choix, mais parce qu’il appartient à une coalition, pour laquelle la culpabilité du pouvoir syrien va toujours de soi. Une attaque chimique se produit-elle en Syrie ? Son auteur, pour les Occidentaux, est nécessairement le pouvoir syrien, avec la complicité de ses alliés bien sûr. La France est sur cette ligne depuis le début de la guerre en Syrie. Il n’est pas concevable qu’elle s’en écarte jamais sans nuire considérablement tant à elle-même qu’à ses alliés. L’honnêteté est un luxe que ses dirigeants ne peuvent pas se permettre en l’occurrence. On peut d’ailleurs en dire autant de la Grande-Bretagne. Mais pas des Etats-Unis, qui sont grandement tentés de se retirer du marécage syrien. Si au lieu de l’administration actuelle, une administration Clinton par exemple, l’Amérique aurait été beaucoup plus en phase avec ses alliés, occidentaux et non occidentaux. Les nécessités de cette guerre particulière commandent du point de vue de ce camp d’accuser le pouvoir syrien en toutes circonstances. Et davantage encore si les arguments plaidant pour son innocents sont plus convaincants que ceux qui l’accusent. L’armée syrienne n’ayant aucun motif rationnel d’employer une arme interdite à Douma, qu’elle était en train de reprendre, ses accusateurs en sont réduits à se montrer aucun plus convaincus que d’habitude que c’est elle qui une fois de plus s’en est servie . Le moindre doute qu’ils trahiraient est susceptible de se retourner contre eux. Non pas parce qu’ils les désigneraient comme amis des coupables, mais parce que la guerre en Syrie n’est pas encore terminée, et qu’il leur faut penser à la suite des événements. Bientôt une autre bataille perdue d’avance pour la rébellion commencerait ailleurs en Syrie, à Idlib probablement, où une ou plusieurs attaques chimiques, selon un scénario maintenant bien connu, seraient à l’ordre du jour. Quand elles surviendraient, ce qui semble à peu près certain, il faudrait alors aux Occidentaux et à leurs alliés dans la région pouvoir l’imputer avec vraisemblance au régime syrien. Passage obligé pour pouvoir dans un deuxième temps l’attaquer de nouveau.


 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png