Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 20/01/2018


La difficile fin de guerre en Syrie


 En Syrie, les zones de combat se sont réduites, ainsi d’ailleurs que le nombre de combattants, du moins du côté des forces opposées à l’armée syrienne et à ses alliés, qui eux sont toujours sur la brèche. On peut dire sans grand risque d’erreur que la guerre est entrée dans sa dernière phase. Mais ce que l’on aurait plus de mal à anticiper, c’est la fin des hostilités, qui reste quant à elle tributaire de bien des facteurs, dont les plus importants d’ailleurs ne sont peut-être pas à chercher sur le terrain militaire. Une victoire ou une défaite d’un camp n’est pas seulement celle de forces physiquement engagées dans ce qu’il reste de combats, mais tout autant celle des puissances régionales et non régionales qui ont pris fait et cause pour lui. Il ne peut en être autrement dans une guerre mondiale confinée dans un seul pays, une dimension indéniable en l’espèce. Une victoire de Damas sur la rébellion dans sa diversité serait une victoire de l’Iran contre l’Arabie saoudite et ses alliés dans la région. Ce pourrait même être une défaite pour Israël, si l’Iran et le Hezbollah parvenaient à consolider leurs positions dans le pays. Il ne faut pas se voiler la face : la Syrie de l’après-guerre ne sera probablement pas la même que celle d’avant 2011, même dans le cas d’une victoire, du reste en grande partie déjà acquise, de son régime actuel. Cette guerre n’est pas de celle dont on peut sortir indemne, qu’on l’ait gagnée ou perdue. Imaginer cette Syrie nouvelle n’est pas un exercice facile, à supposer qu’il soit possible.

Toujours est-il que les choses en sont arrivées au point où aucun des acteurs impliqués ne peut faire bouger une pièce de son dispositif sans une rude négociation préalable avec les autres parties prenantes. On peut le voir aujourd’hui avec les forces turques accumulées à la frontière est avec la Syrie, mais dont la mise en mouvement nécessite l’aboutissement de tractations compliquées avec plusieurs bords. Avant de les lancer sur Afrine et sur Menbej, comme projeté depuis un certain temps, pour déranger les calculs kurdes, les responsables turcs ont besoin du consentement aussi bien des Américains que des Russes, dont pour le moins les intérêts ne sont pas convergents. Or ce n’est pas tout, il leur faut obtenir la neutralisation d’autres protagonistes, dont au premier chef l’armée syrienne, pour qui tout franchissement de ses frontières est une violation de son territoire appelant de sa part une réaction adaptée. Il semble bien toutefois que ce dont Damas ne veut surtout pas venant de la Turquie, ce n’est pas que ses chars passent la frontière, mais que ses avions opèrent dans son ciel. La défense anti-aérienne syrienne n’étant plus cette passoire qu’elle était, ainsi que tout le monde a pu s’en rendre compte dernièrement, à l’occasion de ses raids israéliens qui ont failli mal tourné, effectués du reste de l’extérieur du ciel syrien, l’autorisation de survoler son territoire est dé-sormais requise. Il est probable que ce soit cette autorisation que les émissaires turcs sont allés négocier à Moscou, et ailleurs peut-être, à Téhéran par exemple. Personne n’a plus les coudées franches en Syrie. Les grandes puissances autant que les autres. Il faut tout négocier avant de rien entreprendre. Ainsi des Etats-Unis qui n’ont pas plutôt annoncé la formation d’une armée frontalière à dominance kurde qu’ils se sont dédits, au vu de la promesse aussitôt faite par le président turc de prendre soin de l’écraser dans l’œuf.


 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png