Retour a la page d'accueil

   

POINT chauds Par Fouzia Mahmoudi 20/01/2018

Négociations

 Angela Merkel ne semble pas près de pouvoir trouver le répit alors que ses alliés, de convenance politique du moment, sont déjà prêts à la lâcher. En effet,  Alors que les élites politiques allemandes semblaient être parvenues à un compromis qui permettra à terme la formation d’une nouvelle coalition gouvernementale, certains semblent déjà avoir changé d’avis. Dimanche, plusieurs responsables sociaux-démocrates (SPD) ont ainsi pris leurs distances avec l’accord gouvernemental négocié avec la CDU-CSU d’Angela Merkel. L’enjeu est pourtant majeur, l’Allemagne traversant une crise politique depuis les élections législatives du 24 septembre dernier. Le maire SPD de Berlin, Michael Müller, s’est dit «très critique» à l’idée d’une nouvelle coalition avec le centre droit, dans une interview au Tagesspiegel. Après le scrutin législatif de septembre, «refaire la même coalition avec la même politique ne constitue pas la réponse appropriée», a-t-il dit. Le SPD comme les conservateurs, déjà partenaires au sein du gouvernement de coalition sortant (2013-2017), ont enregistré de lourdes pertes lors de ces législatives. Un autre poids lourd du parti, la dirigeante de l’Etat de Rhénanie-Palatinat Malu Dreyer, a dénoncé la politique migratoire prévue par l’accord, qui fait la part belle aux demandes des conservateurs en plafonnant à environ 200 000 le nombre de demandeurs d’asile autorisés annuellement dans le pays. Ce point est «très difficile» pour le SPD, a-t-elle dit au groupe de presse régional Funke. Un troisième dirigeant du SPD, Ralf Stegner, a, lui, prévenu que son parti ne gouvernerait avec les conservateurs que si lecode du travail était durci pour empêcher les entreprises d’embaucher en CDD sans justification. Sans cela, «le SPD ne devrait pas entrer dans une coalition», a-t-il dit au quotidien Die Welt. Cet accord, qui doit permettre à l’Allemagne de sortir de plusieurs mois d’impasse politique, a été négocié et validé par la direction des sociaux-démocrates (SPD) et des conservateurs. Mais rien n’est encore inscrit dans le marbre. Un congrès des délégués du SPD doit encore se prononcer le 21 janvier pour approuver le principe de cette alliance, ce qui ouvrirait la voie à des négociations sur un contrat de coalition détaillé. Ou, au contraire, l’invalider, ce qui précipiterait probablement la convocation de nouvelles élections. Un nouveau scrutin qui pourrait voir la fin de la carrière politique de Merkel, tout du moins en tant que chancelière, et surtout replonger l’Allemagne dans la tourmente politique, le pays étant déjà sans gouvernement depuis septembre dernier. 
 

 

 

Partagez sur Facebook Twitter Google

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                              © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                   Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png