Accueil

22/09/2015
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

QR Code

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 



Afin de promouvoir le tourisme culturel dans notre pays
L’Orchestre symphonique d’Autriche en spectacle dans plusieurs villes

Après sa participation au Festival international de musique symphonique d’Alger, l’Orchestre symphonique d’Autriche a animé des spectacles respectivement vendredi et dimanche à Tipaza et Tamanrasset. Cet orchestre, connu par le haut niveau technique de ses membres, a gratifié les mélomanes de la musique classique avec les plus beaux morceaux du monde.
Par Abla Selles

Les relations culturelles entre l’Algérie et l’Autriche se renforcent avec une série de spectacles artistiques animée par l’Orchestre symphonique de ce pays européen. En effet, après avoir participé au Festival international de musique symphonique d’Alger, cet orchestre à animé deux soirées dans notre pays.
La première soirée a été animée vendredi soir au niveau du site archéologique, la ville romaine, du centre-ville de Tipasa, par l’orchestre autrichien de musique classique et Dar El Gharnatia de musique andalouse.
L’orchestre autrichien de musique classique et Dar El Gharnatia ont proposé au public un programme aussi riche que varié, alliant les sonorités internationales raffinées de la musique classique avec celles de la musique andalouse ancestrale.
Sous la houlette de son maestro, l’orchestre autrichien a inauguré la soirée en interprétant des œuvres célébrissimes, dont la 9e symphonie et des opérettes signées Mozart et Beethoven, devant un auditoire comblé et conquis.
L’organisation de ce genre d’initiatives contribue à la promotion du tourisme culturel, en faisant découvrir aux visiteurs le patrimoine culturel national, a estimé le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi.
Quant à la deuxième soirée, elle a été animée dimanche à la Maison de l’Imzad à Tamanrasset. Ce concert, qui s’est déroulé en présence notamment des autorités locales et de l’ambassadeur d’Autriche en Algérie, a permis à des musiciens de l’ensemble autrichien «Concilium Vienne» de jouer des morceaux de musique classique, accompagnés aussi de l’instrument traditionnel local, l’Imzad (vielle monocorde).
L’ambassadeur d’Autriche en Algérie, Mme Franziska Honsowitz Friessnigg, a indiqué, à cette occasion, que son pays montrait un intérêt au riche patrimoine culturel algérien, dont l’Imzad qui est classé parmi le patrimoine universel, ajoutant qu’il s’agit là d’une première expérience associant l’Imzad à la musique classique. Elle a, en outre, appelé à préserver ce patrimoine culturel, notamment la musique Imzad, susceptible d’atteindre des dimensions internationales et d’attirer de nombreux touristes.
Ce concert est organisé dans le cadre d’une coopération entre l’association «Sauver l’Imzad» et l’ambassade d’Autriche en Algérie, a affirmé le secrétaire général de l’association précitée, Boudjemaâ Benhebirèche.
A.S.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Décès de l’écrivain Abdelouahab Haki
Des intellectuels algériens saluent le parcours du défunt

Le parcours littéraire de l’écrivain Abdelouahab Haki a été particulièrement mis en exergue samedi à Alger par des intellectuels et écrivains algériens qui ont rendu hommage à cet homme de culture décédé vendredi soir à Alger à l’âge de 82 ans. Surnommé «Djedou Haki» par les mem-bres de l’association, notamment Tahar Ouatar en raison de ses écrits pour enfants, Abdelouahab Haki était imprégné de poésie avant de se tourner vers la littérature pour enfants, a souligné le président de l’association El Djahidia et ami du défunt, Mohamed Tin, dans une déclaration à la presse.
L’écrivain est probablement le seul de sa génération à s’être spécialisé dans la littérature pour enfant comme l’atteste son recueil de contes pour enfants, a indiqué l’intervenant. Pour sa part, le président de l’association «Parole à la culture et à l’information», Abdelghali Mezghiche, a estimé que le défunt avait toujours la nostalgie du pays, et était très préoccupé par les évènements qui marquaient le monde arabe, notamment son pays la Syrie. Il a de ce fait écrit un recueil de poésie sarcastique sur ce qui se passait dans la région arabe, a t-il rappelé.
Le poète Zoubir Derdoukh a quant à lui rappelé l’apport de Abdelouahab Haki à la littérature algérienne, saluant la bonté et la générosité de cet homme qui était l’ami de l’Algérie. L’écrivain Abdelouahab Haki est décédé vendredi soir à Alger à l’âge de 82 ans suite à la dégradation de son état de santé. Originaire de Syrie, le défunt est né en 1933 à Dir Ezzour (Syrie) dans une famille déjà imprégnée d’âme littéraire, son père Ismail Haki était poète.
Le défunt a commencé l’écriture très jeune et son apport n’a pas cessé malgré son âge avancé. Il compte à son actif plus de soixante-dix ouvrages dans différents styles littéraires, (roman, conte pour enfants, articles de presse, pièces théâtrales ainsi que des feuilletons radiophoniques).
Installé depuis très longtemps en Algérie, il a obtenu la nationalité algérienne et travaillée à la Radio nationale. Il fut également membre de l’Union des écrivains algériens. Abdelouahab Haki a été inhumé samedi après-midi au cimetière de Garidi (Kouba).
L.B.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Festival international du conte à Sharjah
Le conteur Seddik Mahi représente l’Algérie

Le conteur professionnel et écrivain Seddik Mahi prendra part au Festival international du conte à Sharjah (Emirats arabes), prévu du 27 septembre au 1er octobre, a-t-on appris dimanche auprès du conteur.
Habitué des rondes populaires et du théâtre de la «halqa», Seddik Mahi présentera durant cette manifestation des contes puisés du patrimoine oral populaire algérien, notamment les contes et légendes du Sud algérien dont «el moula el moula» qui a fait le tour de plusieurs festivals internationaux.
L’artiste présentera également des contes de nos aïeux intitulés «wach kalet nas ezman».
Originaire de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, Seddik Mahi œuvre depuis des années à la réhabilitation de la tradition disparue des «gouals».
Issu d’une formation théâtrale, l’artiste anime ces dernières années des espaces et ateliers dédiés aux contes populaires dans le cadre de festivals à travers le pays. Il œuvre aussi à la collecte des contes et légendes pour les produire sous forme de pièces théâtrales.
Outre l’animation de festivals et rencontres, l’artiste a également encadré des sessions de formation en Tunisie et aux Emirats arabes unis.
M.K.




Partagez sur Facebook Twitter Google

 
 

DIRECTION - ADMINISTRATION

2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre
Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr
SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20

Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                                                                                                   © Copyright 2003-2015. Le jour d'Algérie                                                                                          Suivez nous sur .... Facebook Twitter Google