Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 22/09/15


L’ultimatum posé par Bernardino Leon

Bernardino Leon, l’émissaire onusien pour la crise libyenne, avait averti que le 20 septembre serait la date limite de ses efforts visant à obtenir le consentement des factions libyennes quant au plan de sortie de crise adopté en grande pompe en juillet dernier à Skhirat au Maroc, mais néanmoins en l’absence d’une partie essentielle, en l’occurrence le gouvernement non reconnu par la communauté internationale de Tripoli. Il jetterait l’éponge si toutes les parties concernées ne s’engageaient pas dans le processus de Skhirat, d’autant que celui-ci avait reçu l’aval du Conseil de sécurité, et si les violences se poursuivaient. Cette date butoir du 20 septembre est maintenant passée sans qu’apparaisse le moindre signe que la rencontre de la dernière chance se déroulant actuellement à Skhirat va dans le sens voulu par Bernardino Leon. Comme par un fait exprès, c’est ce même jour que le général Hafter a choisi pour lancer des opérations d’envergure à Benghazi contre les groupes terroristes qui s’y trouvent encore, en vue de nettoyer complètement de leur présence la deuxième grande ville du pays. Impossible de signifier plus clairement qu’il n’a cure de l’espèce d’ultimatum posé par l’émissaire onusien. Il a transpiré par ailleurs que la délégation du Congrès général, dont on ne sait d’ailleurs pas si à tout le moins elle a fait acte de présence à Skhirat, n’a pas daigné remettre la liste de ses représentants devant faire partie du gouvernement d’unité nationale, censé prendre la direction du pays pendant la période de transition. Ainsi donc, rien ne semble jusque-là se passer selon les vœux de Bernardino Leon, dont on attend par conséquent qu’il demande à être déchargé de sa mission. S’il le fait, il sera sans doute aussitôt remplacé par un autre émissaire onusien, qui selon toute vraisemblance n’aura pas plus de chance que lui de réussir dans la même tâche. Or qu’a-t-il fait ces derniers temps sinon imposer aux protagonistes un processus de sortie de crise en dépit de leur répugnance manifeste à s’y inscrire ? Son remplaçant, si remplaçant il y a, se lancera dans le même pari, et sans doute échouera-t-il à son tour, si entre-temps le Conseil de sécurité ne change pas de politique envers la crise libyenne, à l’ombre de quoi prospère le terrorisme, incarné par Daech notamment, qui déjà contrôle Syrte, et le trafic humain vers les côtes européennes. Mais il ne faut pas trop se faire d’illusion sur la réactivité du Conseil de sécurité en l’espèce, à une époque où le regard des grandes puissances est concentré sur un conflit de bien plus grande intensité, et qui, circonstance aggravante si l’on peut dire, se trouve en ce moment même à un tournant peut-être décisif : la guerre en Syrie. Cela sans même parler de la vague actuelle de réfugiés déferlant sur l’Europe et venant en particulier de ce pays ravagé par la guerre. Pour que la Libye se place au même plan des préoccupations des grandes puissances, et non plus seulement de celles des pays de la région, il faut que l’Etat islamique élargisse son domaine, et arrive soit aux portes de la Libye, soit de Benghazi, soit des deux à la fois. Aussi longtemps qu’il ne paraîtra pas en capacité de prendre militairement le dessus sur les forces relevant de Tripoli et sur celles de Tobrouk, c’est la démarche mise en œuvre par Bernardino Leon qui aura la préférence de la communauté internationale. Elle a échoué une première fois ? Qu’à cela ne tienne : la situation en Libye n’est pas encore telle qu’elle ne puisse être tentée une deuxième fois, quand bien même ce serait pour échouer de nouveau.
M. H.


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
 

DIRECTION - ADMINISTRATION

2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre
Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr
SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20

Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                                                                                                   © Copyright 2003-2015. Le jour d'Algérie                                                                                          Suivez nous sur .... Facebook Twitter Google