Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 28/08/2016


Nouria Benghebrit : un symbole malgré elle


 Nouria Benghebrit se dit s’attendre, contre elle-même et son secteur, à plus d’attaques que d’habitude de la part de ses détracteurs, et ce à partir de la prochaine rentrée scolaire, prévue pour le 4 septembre, en raison des échéances électorales de 2017. L’obligation de réserve qu’elle est tenue d’observer dans la position qui est la sienne l’a évidemment empêchée d’appeler par son nom le camp dont elle est la cible constante sinon unique dans l’équipe gouvernementale actuelle. Mais tout le monde aura compris que c’est des islamistes qu’il s’agit, qui ont en effet presque tout tenté pour la faire évincer mais sans y parvenir. Si ce courant politique lui en veut tout particulièrement, s’il travaille sans désemparer à sa déstabilisation, ne reculant devant rien pour ce faire, c’est moins pour sa politique scolaire, qui est celle de tout le gouvernement, que pour ce qu’elle représente aux yeux de ses militants et sympathisants. Une femme comme Nouria Benghebrit incarnant l’Education nationale, c’est pour eux l’image même de leur échec politique. Elle constitue pour eux la preuve vivante qu’ils ont perdu sur toute la ligne, c’est-à-dire jusqu’au domaine de l’Education d’où il y a maintenant des décennies ils sont partis à l’assaut du ciel. Celui-ci du moins aurait dû rester le bastion où ils auraient pu se retrancher à nouveau en attendant que le balancier de l’histoire en train de se faire reparte pour eux dans la bonne direction.

L’espèce de guérilla qu’ils mènent sans discontinuer contre la ministre de l’Education, qui à leurs yeux cumule deux fautes, l’une aggravant l’autre, d’être une femme et de ne pas être des leurs, va en effet s’exacerber à l’approche d’échéances électorales s’annonçant mal pour eux. Passe encore si elle n’était que femme, mais qu’elle soit femme sans être des leurs, une islamiste, voilà qu’ils jugent tout à fait intolérable. Ce n’est pas pour ce qu’elle est qu’ils travaillent à sa perte, mais pour ce qu’elle symbolise: leur faillite politique. Pour bien comprendre leur état d’esprit, il faut peut-être imaginer que ce soit un courant de gauche qui ait mené une offensive pour s’emparer du pouvoir, comme ce fut le cas des islamistes à partir des années 1980, et qu’il n’y soit pas parvenu lui non plus. Son premier réflexe aurait été lui aussi dans la phase de reflux de conserver du moins certaines positions fortes, dans le domaine syndical entre autres, d’où il aurait amorcé sa montée en puissance, et d’où il pourrait un jour repartir à l’offensive. On comprend aisément que l’idée que même dans le monde du travail il a été détrôné par d’autres forces politiques lui soit un cauchemar, et qu’il veuille la démentir, en menant par exemple campagne contre le ou les courants politiques qui se sont substitués à lui dans un domaine où il avait régné en maître. C’est exactement l’état d’esprit dans lequel se trouvent aujourd’hui les islamistes dans la diversité de leurs tendances. La rumeur qu’ils font circuler suivant laquelle la ministre médite de faire sauter l’éducation islamique des épreuves du baccalauréat vise deux buts à la fois : à mobiliser de larges secteurs de la société contre elle d’une part, dans la perspective notamment des élections de 2017, mais de l’autre à empêcher que ce cauchemar se réalise, et que du même coup c’en soit définitivement fini d’eux. Mobiliser contre Benghebrit, c’est là en fait tout ce qu’il leur reste, le seul combat qu’ils puissent encore mener avec des chances de l’emporter. Ils continuent d’espérer que le gouvernement finisse par la leur sacrifier sur l’autel du «front intérieur», qu’il faudrait renforcer par ces temps incertains. Ainsi donc, leur fixation de mauvais aloi sur Nouria Benghebrit ne peut que s’envenimer à l’approche des élections de 2017.



 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png