Accueil

25/05/2017
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 


Cinéma
Projection en avant-première du film «Benbadis»


  Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a salué mardi soir l'effort de tout le staff de travail du long métrage «Benbadis» soulignant que «la créativité est sans frontières et sans nationalité». Intervenant en marge de la projection en avant-première du film «Benbadis», le ministre de la Culture a déclaré que «ce film réalisé avec un grand degré de professionnalisme ouvre la voie pour des productions cinématographiques qui contribuent grandement à l'enrichissement et à la valorisation de notre patrimoine culturel et historique».

Par Par Abla Selles

Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a affirmé mardi soir à Constantine que le long métrage, «Benbadis», était un prélude pour le cinéma algérien pour mettre la lumière sur d'autres personnalités algériennes.
Animant une conférence de presse, à l'issue de l'avant-première du film «Benbadis», du réalisateur syrien Bassil Al-Khatib, le ministre a précisé que «le film réalisé avec un grand degré de professionnalisme ouvre la voie pour des productions cinématographiques qui contribuent grandement à l'enrichissement et à la valorisation de notre patrimoine culturel et historique». Il a, à ce propos, ajouté que tous les moyens ont été mobilisés par l'Etat pour réussir le film en associant des équipes de professionnels dans les différentes étapes de réalisation de ce long métrage.
Affirmant que «la créativité est sans frontières et sans nationalité», le ministre a salué les efforts de tous les intervenants et a félicité le réalisateur «pour sa persévérance dans ce pertinent travail». M. Mihoubi a ajouté que la ville cinématographique d'El-Achour, construite pour le tournage du film «Benbadis» et réalisée par «des professionnels qui ont mis tout leur savoir-faire», sera suivie par d'autres villes cinématographiques devant permettre aux réalisateurs, producteurs et professionnels du cinéma de créer et concrétiser leurs productions dans des conditions favorables qui répondent aux normes internationales. «Benbadis», le long métrage de deux heures rend hommage au cheikh réformiste Abdelhamid Benbadis (1889-1940) et retrace les moments phares de sa vie, ses voyages en Orient et sa vision vis-à-vis du colonialisme français et son grand projet de société.
Le film, réalisé à partir d'un scénario de l'écrivain Rabah Drif, et une musique de Salim Dada sera à l'affiche ce mercredi à la grande salle de l'Opéra d'Alger et le jeudi, au cinéma «Maghreb» d'Oran.
Le personnage de Benbadis est campé par le jeune acteur algérien Youcef Sehaïri qui a interprété également le rôle principal du film sur le colonel Lotfi. Le long métrage sera diffusé à travers les wilayas par l'Office national de la culture et de l'information (Onci).

A.S.




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Festival culturel européen d'Algérie
Le pouvoir des mots


  Retour sur la conférence autour des mots et leurs maux, leur puissance et une situation peu reluisante. Ceci dans le cadre du festival culturel européen d'Algérie, dont la clôture s'est déroulée hier. Le festival en était à sa 18e édition proposant diverses activités culturelles (cinéma, théâtre, conférences) et animations artistiques (musique, spectacles). Activités plurielles, à l'instar de la conférence qui s'est tenue mercredi 17 mai au cercle Frantz-Fanon de Riadh el Feth, et qui était animée par Pierre-Yves Roubert, sous le thème «le pouvoir des mots : dépossession et réappropriation».
Pour rappel, le conférencier a suivi un cursus universitaire en sciences politiques et s'est «converti» en écrivain public en 1995, publiant également des polars et animant des ateliers d'écriture pour jeunes et adultes. Il faut dire qu'il est un passionné du mots, un vrai mordu de la let-tre. D'ailleurs son choix du thème de la conférence n'est pas fortuit, puisque il avait déclaré au début de ses propos qu'il est temps de reconnaitre aux mots leur pouvoir. L'écriture est une belle chose pour vivre sa vie de façon complète.

Roubert a commencé sa communication par poser quelques éléments de constat : la réduction du nombre des mots utilisés par rapport à celui contenu dans un dictionnaire d'une langue donnée. En référence au contexte français (qui peut très bien être repris ailleurs), 25 % des jeunes utilisent le langage des cités et 20 % des élèves ne maîtrisent pas les bases de la langue ; indiquant du doigt le phénomène grandissant d'illettrisme (les gens vont à l'école mais ne possèdent pas les base de la langue), à ne pas confondre avec l'analphabétisme. Dépourvu de vocabulaire ; le message ne passe pas : on perd ce vocabulaire signifiant, au profit de la langue de bois insipide ; pour ne rien dire au final.

Le conférencier est revenu sur les causes de cet état de fait, de la déferlante des outils technologiques à la profusion d'une nouvelle façon d'écrire (mdr, lol, omg). Il a insisté par ailleurs sur la démission parentale face à une addiction soutenue des enfants et jeunes aux réseaux sociaux entre autres, qui a tué les discussions familiales : plus d'interactions, ni de dialogue. En somme : plus de mots. Face à la gravité de la situation ; Pierre-Yves Roubert ne manquera pas d'attirer l'attention sur le pouvoir des mots : les mots nous civilisent, nous singularisent, nous renforcent. Les mots sont une thérapie, ils peuvent nous soigner, nous guérir. En citant son expérience de travail avec des personnes ayant vécu des traumatismes qu'ils ont réussi à dépasser, un tant soit peu à travers l'écriture salvatrice. A la fin de son intervention, il a présenté quelques propositions de solution. A savoir replacer le langage à la base de la société, mobiliser et outiller les parents. Ainsi que revoir les méthodes d'enseignement de la langue aux écoles et simplifier la grammaire et la syntaxe. Promouvoir la lecture est un axe majeur également pour l'apprentissage et l'enrichissement, voir même raconter des histoires pour permettre à l'enfant de se construire et de se projeter. Et comme dernière «recommandation» : chercher les mots justes et supprimer le superflu.

C. Nassima.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Salon international des professionnels des patrimoines d'Arles
Le ministre de la Culture visite le stand de l'Algérie   

  Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a visité mardi le stand de l'Algérie au Salon international des professionnels des patrimoines (SIPPA) qui se tient à Arles (France), a indiqué un communiqué du ministère.

Accompagné du consul général d'Algérie à Marseille Boudjemaa Rouibah, du maire d'Arles Hervé Schiavetti, du député socialiste Michel Vauzelle et de l'expert international algérien, Mounir Bouchenaki, M. Mihoubi a visité le stand de l'Algérie, invitée d'honneur de cette édition.

La participation de l'Algérie comme invitée d'honneur «n'a pas uniquement pour objectif d'exposer ou de faire connaître le patrimoine culturel, mais vise également à rechercher les solutions et les moyens d'intégrer le patrimoine culturel à la dynamique économique», a indiqué le ministre de la Culture dans son allocution. Après avoir appelé à la «promotion de la coopération bilatérale entre les institutions culturelles et l'échange entre les professionnels des deux pays», le ministre a mis en avant l'importance de «la qualification et de la formation des spécialistes et des professionnels dans la restauration des biens culturels», précise le communiqué.

Pour sa part, le député Michel Vauzelle a salué «l'importance accordée par le gouvernement algérien à la protection du patrimoine culturel, et ses efforts pour la paix dans la monde, la promotion du dialogue entre les civilisations, le rejet de la haine et la lutte contre la violence et le terrorisme».
Le maire d'Arles a indiqué, quant à lui, que «la conjoncture actuelle est plus favorable pour renforcer la concertation et la coopération entre les deux pays».

L.B.

 


Partagez sur Facebook Twitter Google


DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png