Accueil

30/03/2017
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 


Festival «Lire en fête» de Constantine
Les enfants plongent dans une bulle de lecture bariolée


  La 7e édition du festival culturel «Lire en fête», organisée à la bibliothèque principale de lecture publique située dans la banlieue-ouest de Constantine, a été l'occasion pour les enfants de plonger dans une bulle de lecture en couleurs.

Par Adéla S.

Ouverte lundi, cette manifestation culturelle, organisée à l'initiative de la direction locale de la culture et du commissariat du festival culturel local, avec la participation des Scouts musulmans algériens (SMA), a été placée cette année sous le slogan «Colore ta vie par la lecture» et propose un riche programme coïncidant avec les vacances scolaires, comportant des spectacles de magie, des divertissements animés par des clowns, des projections de courts métrages pour enfants au niveau de la salle des conférences de la bibliothèque, ainsi que des ateliers de lecture, de dessin et de calligraphie.
Des ouvrages de littérature arabe, sur la guerre d'Algérie et des bandes dessinées sont également proposés aux plus âgés parmi les jeunes visiteurs de cette manifestation, à travers une bibliothèque itinérante où les férus de lecture peuvent s'adonner à leur passion en «dévorant» des livres sur place.
Selon les organisateurs, cette manifestation vise à «inciter les enfants à découvrir les joies de la lecture et de la découverte» pour développer leur imagination et les éloigner un peu de l'attrait des réseaux sociaux lesquels ont pris le dessus ces dernières années sur des occupations saines et enrichissantes comme la lecture.
Souriant et appliqué à finaliser son dessin avec lequel il veut participer au concours de dessin prévu au programme, Racim, 6 ans, a affirmé à l'APS apprécier cette «immersion» dans le monde coloré des livres et des contes pour enfants, même si, précise-t-il, il ne peut lire pour l'instant que «des petites histoires pas trop longues».
Parmi les activités proposées aux enfants, l'atelier dédié à la calligraphie arabe a également attiré de nombreux collégiens qui ont bénéficié de certaines techniques de base concernant cet art de l'écriture arabe, conjuguant forme et esthétique, à l'instar de Ritaj, 12 ans, qui a exprimé le souhait que ce type d'activités soit «plus fréquemment proposé».
Razika Zeghdoud artiste peintre, calligraphe, enseignante à l'Institut des beaux-arts de Constantine et animatrice de l'atelier de calligraphie au sein de la bibliothèque principale de lecture publique, a affirmé que cette discipline a suscité «un engouement certain» chez les jeunes et constitue un «paramètre important dans l'apprentissage de l'enfant», dès le plus jeune âge, car elle favorise, selon elle, «une meilleure assimilation des connaissances».
Approchés par l'APS, certains parents ont déploré, pour leur part, que cette édition ait été organisée cette année dans la bibliothèque principale de lecture publique de la cité Boussouf, située sur la RN 5 Ain Smara- Alger, dont «l'accès difficile» a rebuté les citoyens pour s'y rendre.
La 7e édition de la manifestation «Lire en fête» sera clôturée aujourd’hui par une remise de prix aux enfants ayant participé aux différents ateliers, notamment celui du dessin, en plus d'une remise d'attestations aux participants, a-t-on indiqué.

A. S./APS .




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Théâtre
Ouverture de la 8e édition du printemps théâtral


  La 8e édition du printemps théâtral de Constantine a été ouverte lundi soir au théâtre régional (TRC), en présence d'un public nombreux de professionnels et amateurs du 4e art.
A l'initiative de l'Office communal pour la promotion des activités culturelles et artistiques (Ocpaca), le printemps théâtral de Constantine, qui revient après trois ans d'éclipse, a proposé aux présents un documentaire signé Ali Aissaoui, à travers lequel le metteur en scène a résumé en 15 minutes l'histoire du 4e art en Algérie et a présenté les «monstres sacrés» des planches des théâtres du pays.
Le documentaire a retracé le parcours des femmes et des hommes qui ont donné, sans complexe, libre cours à leur passion, et écrit durant des années et des années des pages de l'histoire du 4e art en Algérie, renvoyant à des succès retentissants qui brocardaient société et dirigeants et parvenaient non seulement à faire rire le public mais à ouvrir également les voies de la réflexion.
Selon Hacene Belikaz, directeur de l'Ocpaca, le retour du printemps théâtral de Constantine est «l'aboutissement d'un grand effort de l'équipe de l'Ocpaca soutenu par le chef de l'exécutif local, Kamel Abbes». Il a ajouté que l'organisme qu'il représente œuvrera à perpétuer ce traditionnel rendez-vous du théâtre dans une ville qui a de tout temps incarné l'effervescence et le dynamisme du 4e art au pays.
Neuf soirées durant, le printemps théâtral de Constantine propose une pièce théâtrale primée à plusieurs occasions qui sera dédiée aux figures locales et nationales qui ont marqué l'histoire du théâtre en Algérie.

Les présentations théâtrales ont débuté mardi avec la pièce «Nissa'e El Madina» (Les Femmes de la ville), une production du TRC, signée Chahinez Meghouache, dans une soirée dédiée à la mémoire de Salim Mérabia, homme de théâtre et ancien directeur du TR Constantine.
La journée d’hier était dédiée aux mémoires d'Abdelkader Alloula, Boumediene Sirat, Azzedine Medjoubi, Mohamed Djelid et Ouled Ali Kaki avec la pièce «Ana oua marcha» (Moi et le Marchal) de Said Bouabdallah de l'association El Bahia du théâtre et des arts d'Oran.
Aux «bêtes de scène» du TR Constantine, Amar Mohcen, Dehimi, Rachid Zeghimi, Aissa Reddaf, Abdelhamid Habbati, Hamlaoui, Antar Hellal, Alloua Zermani, Zoubir Izem, Hassen Benzerari, notamment la soirée d’aujourd’hui jeudi est dédiée, avec la pièce «Douroubou dhajij» (Les voies bruyantes) de Abderrahamne Dakhmi de l'association Rouad El Fen de Tamanrasset.
Devant se poursuivre jusqu'au 4 avril prochain, la 8e édition propose «Dhouyouf sinateur» (Les invités du sénateur) d'Abdelhamid Khoudja pour le défunt M'hamed Benguettaf, «Al Isakafia» (La cordonnière) du TR Skikda mise en scène par Aissa Djakati dédiée à feu Chaâbane Zerouk. Le TR D'El Eulma (Sétif) sera présent avec «Al Karab ou Salihine» de Nabil benseka alors que l'association El Bellini de Constantine propose «Tabib» de Ouahid Achour dans une soirée dédiée à Cherif Chouaib, Mohamed Ouchen, L'hacene Bencheikh Lefegoune et Moahmed Touache.

Le théâtre expérimental offre à l'artiste un espace ouvert sur toutes les écoles de théâtre
Le théâtre expérimental offre à l'artiste, qu'il soit metteur en scène, auteur ou acteur, l'occasion de disposer d'un espace exempt de toute attache à une école théâtrale précise et ouvert sur toutes les écoles, a affirmé, lundi, à El Eulma (Sétif) l'homme de théâtre, Farès Boussaâda.
En marge de la présentation de la pièce théâtrale tunisienne «La révolution des morts», dans le cadre des journées nationales du théâtre expérimental d'El Eulma, M. Boussaâda a soutenu que cette orientation du théâtre permet d'utiliser les techniques modernes offrant divertissement et éblouissement en même temps.

Il a ajouté que l'Algérie a fait «des pas géants dans le domaine du théâtre expérimental», notamment dans le volet relatif à l'exploitation des techniques modernes, à l'instar de l'éclairage.
M. Boussaâda a, dans ce contexte, fait référence à la pièce théâtrale «Ethel'th El Khali», présentée en ouverture de cette manifestation, au sein de laquelle il a exercé en tant qu'assistant de la réalisatrice Tounès Ait Ali qui a fait appel à de nouvelles techniques modernes, à savoir l'ascension des actrices avec des cordes au-dessus des planches, donnant lieu à un spectacle de haute facture.
Abordant la nécessaire présence de l'intellectuel au cœur de la bataille menée par le monde contre le terrorisme sous ses différentes formes, la pièce théâtrale «La révolution des morts», présentée au deuxième jour de la manifestation du théâtre expérimental, a ébloui les amoureux du 4e art venus en nombre à la salle de spectacles du théâtre régional d'El Eulma.

Racim C.

 



 

 


Partagez sur Facebook Twitter Google


DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png