Accueil 

22/01/2020
 
 

Caricature


Archives


Automobile

 
Actualité────────●

Au nom des étudiants
Des citoyens exigent le changement et la libération des prisonniers d’opinion

  Pour le deuxième mardi consécutif, les étudiants n'étaient pas nombreux à leur propre marche, et pour cause, la majorité des universités du pays sont en période d'examen, mais la marche d'hier a bien eu lieu car un nombre très important de citoyens sont venus effectuer la marche pour exiger le changement et la libération des détenus d'opinion.

Par Thinhinene Khouchi

Pour ce 48e mardi, les participants à cette nouvelle marche étaient majoritairement des citoyens venus apporter leur soutien aux étudiants et maintenir la pression en attendant le retour massif des universitaires qui sont depuis une semaine en période d’examen et de révision. Les marcheurs qui ont effectué pacifiquement leur marche habituelle qui consiste à marcher de la place des Martyrs vers la Grande poste, passant par plusieurs rues, ont appelé à la libération de tous les prisonniers d’opinion incarcérés à cause de leur engagement dans les marches populaires, à l’instar de Boumala, Tabbou, et Belarbi, et de l’étudiante Nour El Houda et d’autres qui sont emprisonnés depuis plusieurs mois. Ils ont appelé aussi à l’instauration d’un Etat civil. Les manifestants ont appelé à une période de transition, qui redonnera le pouvoir au peuple, selon les articles 07 et 08 de la Constitution tout en demandant le départ de «toute la bande». Les manifestants ont aussi arboré le drapeau national, drapeau amazigh, et une immense banderole sur laquelle on pouvait lire 14 revendications dont : la transition démocratique négociée. Réalisation de l’ouverture politique et de l’information. La séparation des pouvoirs. Réduction des prérogatives du président de la République. L’amendement de la loi électorale ainsi que l’instance indépendante de l’organisation de l’élection. La révision de toutes les lois adoptées durant l’année 2019 par le gouvernement intérimaire. La poursuite de la lutte et le jugement des têtes de la corruption. Par ailleurs, ils ont aussi demandé de libérer l’Algérie et la justice et la presse et le respect des droits des citoyens, notamment pour la manifestation et l’expression. Les participants à cette 48e marche ont scandé des slogans à travers lesquels ils ont réaffirmé leur «attachement à l’unité nationale», «à leur mouvement» scandant «makanch marche-arrière hata yetnahaw gaà» (pas de marche-arrière jusqu’au départ de tous). En outre, à Bouira, des étudiants soutenus par des citoyens, ont manifesté pour appeler au changement du système politique en Algérie et réaffirmer leur détermination à maintenir la mobilisation intacte. La même mobilisation a été ob-servée à Béjaïa où comme chaque mardi depuis plus de 11 mois, la communauté universitaire et l’ensemble de la société civile, sont sortis battre le pavé pour ce 48e mardi du hirak des étudiants. La manifestation a été entamée par un rassemblement à l’intérieur du campus universitaire Abderrahmane-Mira, puis a pris l’itinéraire habituel du hirak à travers les rues de la ville, où d’autres manifestants ont rejoint la marche. Les slogans de l’institution d’un «Etat civil», de «l’unité nationale» et du «maintien de la révolution» ont été scandés lors de cette manifestation.

T. K.

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>
 

 Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png