Accueil 

22/09/2019
 
 

Caricature


Archives


Automobile

 
Actualité────────●

Marche et rassemblement à Chemini et Béjaïa
La libération des détenus, un préalable impérieusement exigé  

  Une marche populaire ayant réuni des milliers de personnes a été organisée hier à Chemini, dans la région de Sidi-Aïch. Cette marche a été ponctuée par une grève générale qui a paralysé totalement la commune. Les manifestants ont répondu à l’appel de la coordination des comités des villages et du mouvement associatif local dont le mot d’ordre est de réclamer «la libération de Bachir Arhab, un manifestant de la commune arrêté à Alger lors de la dernière marche et exiger en même temps la libération de tous les détenus d’opinion, détenus politiques du Hirak et tous les activistes». Les manifestants ont scandé des slogans anti-régime, en faveur de la libération des détenus et du changement radical de régime. Ils ont marché depuis la stèle Massinissa vers la placette du 19- Mai-198, brandissant l’emblème national, l’emblème amazigh, et tiré à boulets rouges sur les tenants du pouvoir, réaffirmant leur rejet des élections du 12 décembre prochain. «Ulac l’vot ulac» «Système dégage», «Libérez les otages», «Libérez les détenus», « Assa azeka anelhou alema yeghli udavu», «Libérez l’Algérie», «Djazaïr houra démocratia». Les manifestants ont repris l’ensemble des slogans et revendications du Hirak et assuré de la poursuite du mouvement. Au cours d’un sit-in, plusieurs intervenants ont pris la parole pour exiger la libération des détenus et appelé à la mobilisation pour rejeter les élections. Hocine Boumedjane estime qu’«il n’y a aucun article dans la Constitution qui interdise le port de l’emblème amazigh et cette langue est nationale et officielle». M. Boumedjane a rappelé qu’un comité d’accompagnement du mouvement a appelé à une grève générale demain (mardi) à Béjaïa. Cette grève sera ponctuée par une marche avec la communauté universitaire. Le comité est composé de partis politiques, d’associations de la société civile, de syndicats, d’activistes etc. «Le pouvoir panique, il fait tout pour que la population soit induite en erreur pour justifier la violence», lance M. Boumedjane. Et d’ajouter : «Il ne faut pas lui donner cette chance, car notre combat est pacifique, en faveur de l’instauration d’une nouvelle République basée sur la justice, le droit et la démocratie». M. Boumedjane appelle à la mobilisation pour faire avancer cette cause juste. Devant le palais de justice à Béjaïa, un grand rassemblement de protestation et de soutien au jeune Djilali Aounit de la commune de Timezrit, qui devait comparaître hier pour avoir marché avec son baudet vendredi dernier dans les rues de Béjaïa, a été improvisé hier. Des dizaines de citoyens, militants des droits de l’homme, activistes du Hirak, ont pris part à ce sit-in pour exiger sa libération et la libération de tous les détenus du Hirak. Notons aussi qu’une marche a eu lieu avant-hier à Amizour et Kherrata. Des milliers de citoyens ont manifesté contre le régime et en faveur du changement par une transition exprimant leur méfiance vis-à-vis du pouvoir et réitérant les revendications du Hirak populaire.


Hocine Cherfa

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>
 

 Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png