Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 19/11/2018


Non-assistance à personne en danger


 Quelques heures seulement après qu’il fut devenu clair que Jamal Khashoggi n’allait pas sortir vivant du consulat saoudien d’Istanbul, on apprenait qu’en fait la CIA savait que les plus hautes autorités de son pays étaient très désireuses de lui mettre la main dessus. Ce qu’on ignorait alors, c’était qu’elle l’avait appris, entre autres, de la bouche même du prince héritier, Mohammed Ben Salmane, qu’elle écoutait régulièrement. Le fait qu’elle ait détenu cette information capitale implique deux choses. D’une part que l’assassinat de Khashoggi n’a pas dû constituer une surprise pour elle, et de l’autre, qu’elle aurait pu l’empêcher si elle l’avait voulu. Il aurait suffi pour cela qu’elle le mette en garde contre le danger qui alors le guettait. Elle aurait fait cela, il n’aurait jamais mis les pieds dans le consulat. L’affaire Khashoggi n’aurait pas eu lieu. Le prince héritier saoudien ne serait pas aujourd’hui accusé par elle d’être le commanditaire d’un assassinat. Le président américain ne serait pas aujourd’hui dans l’embarras, ne sachant trop quel parti prendre, entre défendre un allié de premier plan ou s’en démarquer par mesure d’hygiène. Tout alors aurait été bien mieux pour tout le monde que ce n’est le cas aujourd’hui. La CIA fait dire aux journaux américains qu’elle a mis au parfum qu’en fait elle savait sans savoir. Elle a bien assez d’enregistrements à l’appui de ce qu’elle affirme maintenant, seulement voilà, elle n’en avait pas pris connaissance suffisamment à temps pour sauver le journaliste.
 

Les journaux américains qui rapportent cette explication semblent y ajouter foi. La CIA serait tellement habituée à enregistrer les dirigeants saoudiens qu’elle ne s’avise de les écouter qu’après coup, que lorsqu’il est trop tard pour les empêcher de commettre quelque bévue retentissante. En l’espèce, ce n’est qu’une fois que les Turcs avaient dévoilé le pot aux roses que revenant à ses archives elle a découvert qu’en effet une horreur avait été commise dans le consulat un certain 2 octobre. La CIA a dans ses archives ce qui lui permettait à la fois d’empêcher un crime et de venir en aide à un allié, rien qu’en révélant à celui-ci qu’elle savait quel mauvais coup il était en train de tramer. Elle n’aurait d’ailleurs pas été obligée pour cela de le faire elle-même, elle aurait pu en informer le président des Etats-Unis, c’est-à-dire son employeur, qui lui avait tout intérêt à ce que l’abomination ne se produise pas. Et qui sans doute aurait fait le nécessaire pour cela. Le plus vraisemblable cependant est que si la CIA n’est pas intervenue à temps, c’est parce qu’au moment des faits, elle ne savait pas tout. Elle ne savait pas par exemple que les Turcs étaient aux premières loges dès le moment où Khashoggi avait franchi l’entrée du consulat, non d’ailleurs sans avoir beaucoup hésité. Lui aussi donc savait sans savoir. Mais ce qu’on a dit de la CIA, ne s’applique-t-il donc pas aux Turcs, à savoir qu’eux-mêmes auraient pu empêcher le
crime ? Oui mais eux n’avaient aucun intérêt à le faire, c’est-à-dire à sauver le prince héritier. Ce n’est pas un allié pour eux, ce serait plutôt le contraire. Ils auraient été certains qu’il allait commettre l’erreur de sa vie qu’ils se seraient gardés d’intervenir. Maintenant, on peut penser qu’eux aussi en fait enregistraient mais n’écoutaient pas. Qu’eux aussi ne sont revenus à leurs archives qu’une fois alertés par la fiancée de Khashoggi. Alors seulement ils ont couru à leur enregistrement pour se rendre compte que c’était trop tard, qu’ils ne pouvaient rien pour lui.



 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png