Retour a la page d'accueil

   

Commentaire Par Fouzia Mahmoudi 22/01/2020

Attention

 Il y a quelques jours Ségolène Royal faisait sensation en France en publiant sur Facebook une lettre qui lui a été envoyée de l’Élysée et dans laquelle son prochain licenciement lui était annoncé. Plutôt que de s’en émouvoir, la socialiste a profité de l’occasion pour se présenter comme une figure d’opposition au gouvernement et à Emmanuel Macron. Pourtant, en 2017 elle le soutenait fermement et n’avait pas assez de bonnes choses à dire à son endroit. Mais trois ans plus tard et alors que le président français la mise au placard, Royal profite du mouvement de grève des transports pour attaquer brutalement le gouvernement, qu’elle avait déjà bien égratigné dès le début du mouvement des «gilets jaunes». Ces attaques répétées sur les plateaux de télévisions et de radios, visant directement Emmanuel Macron, ont fini par motiver une réponse sèche de la part de l’Élysée. Et si du côté de La République En Marche et du gouvernement l’on estime que l’ancienne ministre de l’Environnement a récolté ce qu’elle a semé, certains de ses camarades de combat, ont fait entendre leurs voix pour la soutenir. Parmi ceux-ci, son ancien compagnon et ancien président français, François Hollande. En effet, il a estimé qu’on avait manqué à son égard d’«élégance» et de «reconnaissance». Ségolène Royal «mérite de la reconnaissance pour ce qu’elle a fait d’abord dans les gouvernements auxquels elle a participé. Elle a été plusieurs fois ministre de l’Environnement, de l’Écologie : c’est une femme qui a toujours eu ses opinions, qui les a toujours exprimées», a estimé l’ancien locataire de l’Élysée. «Elle s’était consacrée aux pôles parce qu’on lui avait demandé de le faire. Je pense qu’elle aurait mérité de pouvoir poursuivre sa mission d’ambassadrice des pôles. Je pense qu’on a manqué d’élégance, et surtout de reconnaissance», a ajouté l’ancien chef d’État (2012-2017). L’ancienne ministre socialiste, visée par une enquête préliminaire sur l’usage fait des moyens mis à sa disposition en tant qu’ambassadrice des pôles, et mise en cause par le gouvernement pour ses critiques de la politique menée, notamment la réforme de retraites, a dit jeudi avoir déjà quitté son poste d’ambassadrice. Elle avait été nommée à ce poste par Emmanuel Macron en 2017. Néanmoins, Ségolène Royal peut remercier Macron pour cette missive qui ayant fait grand bruit, remet aujourd’hui l’ancienne candidate à l’élection présidentielle de 2007 au centre de l’attention médiatique, ce qui lui permet en chemin de se positionner en candidate possible pour la présidentielle de 2022. Reste à savoir si elle saura user de l’attention actuelle pour la cultiver jusqu’au début de la campagne présidentielle ou si elle retombera encore une fois dans la case des figures politiques oubliées.
 

 

 

Partagez sur Facebook Twitter Google

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                              © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                   Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png