23.9 C
Alger
mercredi 19 juin 2024

Hommage à Fadila Hachemaoui et Bahia Rachedi au TNA: Communion festive pour saluer deux grands talents

C’est à des moments de joie intense, de fête, de chants, de danse et de communion festive auxquels a eu droit le public, venu très nombreux au TNA pour rendre hommage à deux grandes artistes, Bahia Rachedi et Fadila Hachemaoui.

Par Nadjib Stambouli

L’une et l’autre, ainsi que l’a rappelé l’animateur, ont eu des parcours différents mais le même amour du métier d’actrice qui leur a valu le succès auprès du large public et estime de la critique. Bahia Rachedi, qui n’est plus à présenter, a décliné son talent de jeu surtout à la télévision, dans des feuilletons très appréciés, ce qui l’a érigée en qualité de permanente du petit écran et des premiers rôles. Fadila Hachemaoui, pour sa part, a fait ses classes au TRO, d’abord dans deux pièces pour enfants qui ont eu un énorme succès, ensuite en étant distribuée dans presque toutes les pièces du grand Alloula. C’est sous la direction du maître algérien du théâtre, lâchement assassiné, qu’elle a été formée puis distribuée, aux côtés des regrettés Sirat et Amina Ghassoul, ainsi que d’autres grosses pointures de la scène, les Haimour, Adar, Belkaid, Brahim Hachemaoui (son époux) et d’autres. Sa maîtrise sur scène lui a permis de se faire remarquer et apprécier et c’est tout naturellement qu’elle a franchi le pas pour devenir l’une des vedettes des feuilletons télévisés qui font le bonheur des téléphiles. C’est dire que l’hommage qui a été rendu à ces deux célébrités de l’univers des arts était largement mérité et ni les chanteurs participants, ni le public qui a afflué vers la salle de l’ex-Opéra n’ont économisé leur énergie pour leur marquer estime et respect. Tour à tour, les chanteurs Polyphène (variété), Abdelkader Khaldi (raï authentique), Izorane (kabyle), Samir Toumi (hawzi assimi) et enfin Karima Essaghira dont l’anniversaire a été fêté sur les lieux, ont enflammé la salle, accompagnés par un excellent orchestre de musiciens qui réagissaient en virtuoses au quart de tour dans des styles totalement différents, selon tel ou tel interprète. Dans la salle, après des essais timides de danse où se distinguait d’abord l’homme à l’habit traditionnel algérois qui a ouvert le bal, et à mesure que la soirée avançait, le virus de la danse a touché de plus en plus de personnes qui se sont mises à se trémousser sur des rythmes endiablés. Il faut dire que sur scène, sans exception, les chanteurs qui se sont relayés ont opté pour des chansonnettes qui prêtent au mouvement, et c’est ainsi que les travées de la salle du TNA se sont transformées en piste de danse. Dans cette atmosphère chaleureuse de communion avec la scène et avec les deux artistes honorées, femmes, hommes et même enfants s’en sont donnés à corps joie, devenant ainsi partie prenante de l’hommage. Hormis quelques écarts d’organisation, comme la détestable habitude de séparer par un cordon le public, réflexe colonial des deux collèges, alors que tout le monde était invité, la mention répétée jusqu’à l’overdose du nom de la ministre de la Culture et d’autres responsables, le faux raccord entre la cravate rouge de l’animateur et son habit traditionnel, ou encore l’éternel problème de l’usage du téléphone portable et d’autres lumières pour filmer, en plein spectacle, hormis donc ces entorses, ce qui est à retenir est que la soirée a été excellente. En somme, Fadila Hachemaoui et Bahia Rachedi ont reçu un hommage digne de leur talent et de l’amour que leur porte le public, le tout à l’image du cœur de ces deux artistes d’exception.
N. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img