30.9 C
Alger
mercredi 19 juin 2024

Hydraulique à Mostaganem: Un bassin hydrographique à protéger

La sensibilisation des industriels pour la protection du bassin hydrographique a été le thème principal de la rencontre tenue ce lundi 26 décembre 2022 à la salle de conférences de la wilaya de Mostaganem. Une manifestation type journée d’informations organisée par la Direction de l’industrie a réuni fellahs, industriels et autres utilisateurs des eaux de la région. Une rencontre débat sur la situation des sols et des nappes phréatiques a été animée par Charef Menad, directeur du ABHOCC (Agence du bassin hydrographique – Oranie Chott Chergui) et M. Bouziane, directeur de l’hydraulique de la wilaya. Au début de la rencontre, Mme Belhadj, chef de service du secteur de l’hydraulique, a présenté à l’assistance un exposé sur la mise en œuvre du contrat de la nappe du plateau de Mostaganem et la plaine de Bordjia, en guise d’évaluation de la charge polluante industrielle. En effet, l’objectif était d’avoir un aperçu sur la pression exercée sur la ressource en eau par l’évaluation de la charge polluante générée par les industriels sur le territoire de la wilaya. Au cours de la communication, le passage le plus remarquable est l’alerte donnée sur la menace manifeste de pollution des nappes phréatiques engendrée par les rejets. Les résultats de l’enquête exhaustive menée par les techniciens du secteur a révélé que les eaux résiduaires industrielles sont variables. Elle rapporte que les risques varient selon chaque branche d’activité ou même pour chaque établissement industriel classé. L’intervenante a assuré, par ailleurs, qu’il existe des procédés et des instruments spécifiques pour l’évacuation et l’épuration de la diversité des rejets, de leur volume et de leur composition, qui mènent à la valorisation des rejets à des fins utiles. Les industriels et les fellahs doivent être sensibilisés sur la dangerosité des rejets et des engrais utilisés. Ils sont potentiellement dangereux car contenant certains sels en concentration élevée, des substances fortement toxiques, des huiles et des graisses, des germes pathogènes ou quelques fois des substances radioactives. A travers la communication, il a été démontré aussi que les rejets industriels polluants sont relativement très variables selon le type de l’activité.
C’est ainsi que la quantité de matières premières, la quantité produite et les procédés de fabrication définissent les charges de pollution. Le danger est donc évalué sur la zone d’activité de Souk Ellil qui ne possède de réseau d’assainissement donc raccordée, en majorité, aux fosses sceptiques. Le cas de Fornaka, située sur la plaine de Bordjia, est identique. En fin de séance, des recommandations ont été faites pour mener à bien les opérations de protection du bassin hydrographique de la wilaya.

Lotfi Abdelmadjid

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img