14.9 C
Alger
samedi 22 juin 2024

Investiture

Donald Trump n’a visiblement pas une seule seconde considéré une possible défaite à l’élection présidentielle du 3 novembre. Ainsi, après avoir épuisé tous les recours possibles et imaginables il s’est finalement résigné à accepter, très difficilement, sa défaite il y a seulement quelques jours, tout en se refusant à assister à la passation de pouvoir au nouveau président américain Joe Biden. Toutefois, le vice-président américain Mike Pence a lui, bel et bien l’intention de se rendre à la cérémonie d’investiture du président élu Joe Biden. L’information a été rapportée samedi par plusieurs médias. L’annonce survient dans un contexte de dégradation des relations entre Mike Pence et Donald Trump, le vice-président ayant confirmé jeudi la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle de novembre, devant les deux chambres réunies dans la nuit pour une session extraordinaire après une journée d’une violence inimaginable à Washington. Une foule de partisans de Donald Trump avait envahi le Capitole, interrompant les débats. Cinq personnes sont mortes dans ces violences que le président républicain sortant est accusé d’avoir encouragées par ses déclarations. Le président élu a déclaré vendredi que Mike Pence est «le bienvenu» à la cérémonie, se réjouissant de l’annonce sur Twitter par Trump de sa propre absence dans un dernier tweet avant que son compte ne soit fermé. La prise de fonction de Joe Biden est prévue dans un format réduit en raison de la pandémie de coronavirus. Après les violences du 6 janvier, le président sortant pourrait se retrouver dès aujourd’hui sous le coup d’une deuxième procédure de destitution, un développement sans précédent historique. Au pouvoir depuis 2017, Donald Trump a déjà été visé au Congrès par une infamante procédure de destitution, ouverte par la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, fin 2019 sous l’accusation d’avoir demandé à un pays étranger, l’Ukraine, d’enquêter sur son rival Joe Biden. Il avait été acquitté au Sénat, à majorité républicaine, début 2020. Nancy Pelosi a promis d’agir si le président républicain ne démissionnait pas immédiatement. Les dirigeants démocrates ont exhorté Mike Pence à déclarer, avec une majorité du gouvernement, que Donald Trump était «inapte» à remplir ses fonctions, sur la base du 25e amendement de la Constitution. Le vice-président ne s’est pas exprimé publiquement sur le sujet, mais le quotidien «The New York Times» a rapporté jeudi, citant l’un de ses proches, qu’il n’y était pas favorable parce qu’il craint d’aggraver les tensions. Il serait en effet assez ridicule d’engager une procédure aujourd’hui alors même qu’il ne reste plus que 10 jours à la Maison-Blanche à Donald Trump. Mais les dsémocrates semblent obsédés et ce, depuis l’élection du président milliardaire en 2016, de l’empêcher à tout prix, surtout pour la symbolique, de mener à terme son mandat présidentiel. Mais ces combines politiciennes ne font que mettre de l’huile sur le feu alors qu’aujourd’hui démocrates comme républicains devraient veiller à apaiser la situation à Washington pour calmer les esprits dans le reste du pays.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img