23.9 C
Alger
mardi 18 juin 2024

Journées nationales de la poésie populaire féminine à Sétif Des poétesses de plusieurs wilayas au rendez-vous

Le coup d’envoi des Journées nationales de la poésie populaire féminine, organisées sous le slogan «Patrimoine et créativité», a été donné jeudi après-midi à la maison de la culture Houari-Boumediene de Sétif, avec la participation de poétesses venues de plusieurs wilayas. Le public, constitué essentiellement de femmes, a rempli pour l’occasion la grande «Kheïma» dressée au centre du hall supérieur de la maison de la culture et qui a donné un «plus traditionnel» à cette manifestation culturelle. L’assistance a pu se délecter de déclamations poétiques puisées du terroir de plusieurs régions du pays comme Alger, Sétif, Sidi Bel-Abbès, Souk Ahras ou encore Tlemcen. Lors de l’ouverture de ces journées, la poétesse, Karima Mokhtari, venue de Sidi Bel-Abbès, a récité, de mémoire, un texte poétique intitulé «Chedda Mama», dédié à l’habit traditionnel dont se parent les femmes Belabessiennes dans les grandes occasions, comme le caftan et «El blousa el arbia» (robe arabe). Approchée par l’APS, Karima Mokhtari a indiqué que son poème, puisé du folklore propre à sa région natale, «délivre un message appelant à la préservation de nos habits traditionnels qui constituent une partie importante de l’identité nationale et un précieux héritage pour les jeunes générations». Le Dr Warda Zerguine, de Guelma, a animé, de son côté, une conférence dans laquelle elle a abordé «le chant révolutionnaire, les devinettes et les contes populaires qui sont, a-t-elle soutenu, partie intégrante de notre patrimoine». Elle a notamment souligné que le chant révolutionnaire «a une vraie place dans notre société, d’autant qu’aujourd’hui, et de plus en plus, des jeunes le composent et l’interprètent». Présidant la cérémonie d’ouverture, la commissaire de cette manifestation, Radia Adjimi, a affirmé que ces journées poétiques, organisées à l’initiative de l’association culturelle «Gardenia» de la commune de Sétif, «offrent l’opportunité de mettre en valeur la diversité culturelle de l’Algérie, ainsi que la poésie populaire féminine qui fait partie de notre patrimoine immatériel». L’événement, qui prendra fin aujourd’hui, «est aussi un espace de contacts et d’échanges entre poétesses de différents horizons qui sont appelées à débattre des moyens susceptibles de valoriser et de promouvoir la poésie féminine», a ajouté Mme Adjimi.

M. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img