14.9 C
Alger
samedi 22 juin 2024

La responsable de la communication d’EMA : «Aucune hausse des prix des tickets de métro envisagée»

«Contrairement aux rumeurs colportées, l’entreprise du Métro d’Alger n’a reçu aucune instruction du ministère des Transports ou des autorités supérieures pour modifier le prix
de transport via le métro», a assuré, hier, la responsable de la communication
et de marketing de l’Entreprise du Métro d’Alger (EMA).

Par Thinhinene Khouchi

Même si l’entreprise du métro d’Alger n’a, à ce jour, pas encore donné de date précise pour la reprise de ses activités, vu que «c’est aux hautes autorités publiques que revient cette décision», l’entreprise se dit «prête à reprendre le service et n’attend que le feu vert des autorités». En effet, dans une déclaration à une chaîne algérienne arabophone, la responsable de la communication et de marketing de l’entreprise du Métro d’Alger (EMA), Amal Barech Guermat, a révélé que «le métro a mis au point des mesures de sécurité en direction des usagers et des employés, afin d’éviter la propagation de la pandémie et ce, au niveau des différentes stations ou à l’intérieur même des moyens de transport». Selon elle, le métro est fin prêt pour recevoir ses usagers tout en adoptant un protocole sanitaire strict pour faire face au coronavirus mais attend, toujours, le feu vert des autorités publiques pour reprendre ses activités. Concernant l’augmentation des prix des tickets de métro, l’intervenante a confirmé hier qu’aucune augmentation n’est envisagée. «À ce jour, l’entreprise n’a reçu aucune instruction du ministère les Transports ou des autorités supérieures pour modifier le prix du transport via le métro», a-t-elle assuré. La même porte-parole a expliqué que le prix d’un ticket de métro avant la suspension de ses services était estimé à 50 Da et restera toujours le même. Cela s’applique également aux abonnements. De son côté, le président-directeur général de Transtev Spa, Mokhtar Rezzoug, a estimé, dans un entretien accordé à la Radio algérienne Chaîne 1, que les pertes matérielles que le groupe a subies se montent à 15 milliards de dinars depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19, «dont 13 milliards pour le métro et le tramway, ainsi que le transport via les téléférique et télécabine». Il a assuré qu’après la reprise des autres moyens de transport, le métro et le transport via les téléférique et télécabine est fin prêt pour reprendre le service et n’attend que le feu vert des autorités. «Après avoir levé le gel sur les transports inter-wilayas, nous avons constaté un respect total du protocole sanitaire par les voyageurs, les professionnels et les concessionnaires, ce qui facilite le travail des gestionnaires des 75 gares de transport au niveau national», a indiqué M. Rezzoug, ajoutant que «ces données sont jugées encourageantes pour la reprise du métro, le téléférique et télécabine, d’autant plus que toutes les dispositions ont été prises par les autorités pour reprendre le travail avec ces moyens conformément au protocole sanitaire». Enfin, M. Rezzoug a également appelé à la nécessité d’une coopération entre les concessionnaires publics et privés pour développer une nouvelle stratégie de modernisation du système du secteur des Transports et de lutte contre la concurrence aléatoire, étant donné que le transport est l’artère vitale du développement économique.

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img