27.9 C
Alger
mercredi 19 juin 2024

Ligue 1 de football (2021-2022): La succession du CRB est ouverte

Dix-huit clubs de la Ligue 1 de football seront sur la grille de départ de la saison 2021-2022, avec cette entame prévue le vendredi. Deux mois après la fin d’une saison 2020-2021 très complexe, les joueurs vont devoir rechausser les crampons et chaque club tentera de réussir l’objectif qu’il s’est tracé.

Par Mahfoud M. 

Avec un calendrier à 34 journées, les équipes du palier supérieur vont devoir de nouveau puiser dans leurs ressources, notamment physiques, pour pouvoir terminer une autre saison qui s’annonce longue et épuisante.
Les favoris en puissance pour le sacre final sont les mêmes, ceux qui se sont bien renforcés durant l’intersaison. Si le CR Belouizdad, tenant du titre, l’ES Sétif, l’USM Alger, ou encore le MC Alger, présentent des arguments valables, aussi bien sur le plan de l’effectif que des moyens financiers et matériels, d’autres formations pourraient jouer les trouble-fête. Le CR Belouizdad, qui a réussi à préserver son titre, aura certainement du mal à rééditer son exploit et confirmer sa suprématie, d’autant que la concurrence sera chaude. Privé des services de son maître à jouer Amir Sayoud, parti rejoindre cet été la formation saoudienne d’Al-Ta’ee, le Chabab semble déjà en difficulté avant même le début du championnat, en témoigne les deux défaites concédées jusque-là en Ligue des champions, dont la dernière essuyée samedi à Abidjan face à l’ASEC Mimosas (3-1), dans le cadre du 2e tour préliminaire (aller) de l’épreuve reine. Contrairement au Chabab, l’ES Sétif, vice-champion d’Algérie, avec toujours le technicien tunisien Nabil Kouki aux commandes, abordera cette saison avec l’intention de reconquérir un titre qui fuit son palmarès depuis 2017. La JS Saoura, qui s’est de nouveau invitée sur le podium la saison dernière (3e), figure parmi les favoris, alors que le club phare de Béchar a réussi à préserver l’ossature de son effectif, en confiant la barre technique à l’entraîneur tunisien Kaïs Yaâkoubi. D’autres clubs sont pressentis également pour disputer le leadership, tels que le MC Alger et le CS Constantine, qui ont enregistré l’arrivée à la barre technique respectivement de Chérif Hadjar et du Tunisien Khaled Ben Yahia. L’USM Alger n’est pas en reste, puisqu’elle se présente dans la peau d’un favori, d’autant que l’actionnaire majoritaire Serport n’a pas lésiné sur les moyens. La direction du club algérois a tenu d’abord à apporter des changements sur le plan administratif avec la nomination de l’ancien joueur du club, Hocine Achiou, en tant que nouveau directeur sportif, et de confier le secrétariat général à Sid Ali Yahiaoui (ex-FAF et LFP, ndlr). Sur le plan technique, l’entraîneur français Denis Lavagne, auteur d’une saison presque sans fautes sur le banc de la JS Kabylie, a rejoint les «Rouge et Noir» dans l’objectif de jouer le titre. Pour leur part, le MC Oran, l’Olympique Médéa, ou encore la JS Kabylie, voudront jouer les trouble-fête et tenter d’aller bousculer les ténors.

Les promus pour se frayer un chemin
Les deux promus, le HB Chelghoum-Laïd et le RC Arbaâ, auront à cœur de se frayer un chemin parmi les «grands», même si leur tâche s’annonce difficile. «El-Hilal», qui a fait appel aux services du doyen des entraîneurs algériens Meziane Ighil, a fait son marché des transferts dans les divisions inférieures, échouant en même temps à préserver son buteur maison Ismaïl Yadadène, parti au MC Oran. L’apprentissage du HBCL parmi l’élite s’annonce dur, eu égard au manque d’expérience de ses joueurs, appelés à puiser dans leurs ressources pour faire face aux cadors. Le RCA, qui a retrouvé la Ligue 1 cinq saisons après sa relégation, fera en sorte d’éviter les erreurs du passé, sous la conduite de l’entraîneur Hakim Boufenara. Les deux promus, qui ont assuré l’accession au terme d’un tournoi des barrages, aborderont la nouvelle saison avec comme principal objectif de jouer pour le maintien. Le Paradou AC, toujours dirigé sur le banc par l’entraîneur Si Tahar Chérif El-Ouezzani, reste capable du meilleur comme du pire, idem pour l’ASO Chlef, qui a opté pour la stabilité en renouvelant sa collaboration avec le technicien Samir Zaoui. Par ailleurs, parmi les 18 entraîneurs sur la grille de départ, 7 sont étrangers (4 Tunisiens, 2 Français, et 1 Brésilien, ndlr). Même si les forces en présence s’annoncent déséquilibrées entre les 18 clubs de Ligue 1, rien n’indique à première vue que la logique sera respectée, tant le championnat national a souvent réservé son lot de surprises.

M. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img