22.9 C
Alger
jeudi 13 juin 2024

Oran: Le programme de distribution d’eau maintenu malgré l’insuffisance de la ressource hydrique

Le programme de distribution habituel d’eau potable sera maintenu à Oran au cours des prochains jours malgré plusieurs problèmes techniques et arrêts pour maintenance affectant le niveau de production, a affirmé le vice-directeur de la Société de l’eau et de l’assainissement d’Oran (SEOR), Houari Khodja.

Par Lyes B.

Le programme consiste à approvisionner 88 % de la population un jour sur deux et les 12 % restants un jour sur trois et plus, a rappelé M. Khodja lors d’un point de presse organisé au niveau du siège de la direction de la SEOR.
Plusieurs problèmes techniques ont été annoncés pour les prochains jours par la SEOR, dont l’arrêt de la station de dessalement de l’eau de mer (SDEM) d’El Mactaa depuis la nuit de samedi, des travaux de maintenance au niveau du couloir «Tafna» prévus à partir du 9 novembre en cours et un arrêt de la SDEM de «Chatt El Hilal» le 14 novembre. La SDEM d’El Mactaa, qui avait déjà baissé sa production depuis la fin de la semaine passée, est carrément à l’arrêt depuis samedi soir à cause d’une mer agitée et de la densité des matières en suspens, a expliqué le même responsable, faisant savoir que l’apport a ainsi diminué de 180 000 m3 par jour. Ce déficit a été comblé grâce à un apport supplémentaire de 200 000 m3 par jour accordé à la SEOR à partir du couloir «Mostaganem-Arzew-Oran» (MAO) du barrage de Chellif, ce qui permettra de maintenir le programme de distribution habituel malgré l’arrêt de la SDEM d’El Mactaa.
Pour l’arrêt du couloir Tafna qui alimente la partie-ouest de la wilaya d’Oran prévu pour le 9 novembre, la SEOR compte sur une reprise de la SDEM d’El Mactaa pour combler le déficit, a noté M. Khodja, ajoutant que l’arrêt serait différé au 14 novembre pour coïncider avec l’arrêt programmé de la SDEM de Chatt El Hilal si, toutefois, la SDEM d’El Mactaa ne reprend pas rapidement la production.
La situation de la distribution d’eau à Oran est caractérisée, depuis quelque temps, par une grande instabilité en raison de la rareté de la ressource due à une faible pluviométrie, d’une part, et à des problèmes techniques dans les infrastructures hydrauliques, d’autre part.
Le directeur adjoint de la SEOR affirme faire des «acrobaties» en tentant de combler les déficits de production par différents moyens : les lâchers d’eau de barrages, les apports supplémentaires et l’adaptation du programme de distribution notamment, déclarant que «l’essentiel est de réussir à desservir la plus grande partie de la population et d’éviter des coupures trop longues».
L. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img