23.9 C
Alger
mercredi 19 juin 2024

Pétrole: TotalEnergies estime nécessaire de mettre en production de nouveaux champs

Le P-DG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, a affirmé vendredi qu’il était «nécessaire» de mettre en production «de nouveaux champs» pétroliers, assurant que la demande de pétrole continuera de croître comme la population mondiale.

Par Farid M.
Le patron de TotalEnergies s’était exprimé lors de l’assemblée générale des actionnaires au siège du Groupe à Paris. «La question n’est pas tant de savoir quand la demande de pétrole commencera à baisser que quand elle baissera de plus de 4 % par an», a estimé M. Pouyanné. «A ce stade, la demande de pétrole continue de croître comme la population mondiale», a-t-il ajouté. Le patron de TotalEnergies a mis en garde contre les effets d’une orientation contraire, qui aurait pour conséquence une augmentation des prix du pétrole qui atteindrait «des niveaux trop élevés qui deviendraient rapidement insupportables pour les populations des pays émergents, mais aussi pour celles de nos pays développés».
Récemment, il fustigeait «une nouvelle bible» à propos des préconisations de l’Agence internationale de l’énergie qui met au ban tout nouveau projet pétrogazier.
Installé P-DG depuis dix ans, Patrick Pouyanné devait être renouvelé pour un mandat de trois ans lors de cette réunion à son siège de la Défense.
A cette occasion, il a promis de «garder le cap», une façon de se démarquer de ses concurrentes BP et Shell, qui ont annoncé un ralentissement du rythme de leur transition énergétique.
«Je vous confirme, nul besoin de le dire, mais si certains en doutent que nous garderons le cap de cette stratégie équilibrée, entre pétrole et gaz, d’une part, et énergies bas carbone, d’autre part», a déclaré le P-DG.

Le Brent clôture à 82,12 dollars
Les cours du pétrole ont mis un terme vendredi à une série de quatre séances négatives de suite, à la faveur d’un rebond technique et de positionnements avant un long week-end férié aux Etats-Unis. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en juillet, s’est élevé de 0,93 %, pour clôturer à 82,12 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain de même échéance s’est lui apprécié de 1,10 %, à 77,72 dollars.
Plus tôt, le Brent était tombé à son plus bas niveau depuis début février et le WTI à un plancher de près de trois mois.
Mais les deux variétés de référence du marché se sont redressées avant la clôture, grâce à des achats techniques.
F. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img