22.9 C
Alger
jeudi 13 juin 2024

Saihi appelle au développement de la recherche scientifique: Le dépistage précoce du cancer permet de sauver des vies

La médecine avance à toute vitesse. On sait aujourd’hui traiter le cancer avec des thérapies qui apportent des améliorations spectaculaires de l’état de santé des patients, qui prolongent ou assurent leur survie. Cependant, une prise en charge précoce permet d’élever le taux de guérison et sauver des vies. En effet, lorsque les cancers sont détectés à temps, les traitements ont plus de chances de réussir. Dans ce sens, le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, a plaidé au développement de la recherche scientifique pour le dépistage des facteurs de risque du cancer. «S’il y a des facteurs environnementaux et alimentaires qui augmentent le risque de développer un cancer, cela ne peut être établi que par le développement de la recherche scientifique afin d’identifier les véritables causes d’atteinte par cette maladie qui a pris de l’ampleur ces dernières années», a fait savoir le ministre lors de l’ouverture des travaux du congrès de la Société algérienne de formation et de recherche en oncologie (SAFRO). Soulignant l’engagement de l’Etat à «fournir tous les types de traitement pour les cancéreux», le ministre a affirmé que «le seul moyen de mettre un terme à la propagation de la maladie est le développement de la recherche pour identifier les facteurs de risque du cancer». Il a appelé, dans ce cadre, les spécialistes à mettre en place «une cellule de recherche au niveau des Centres anti-cancer (CAC) répartis à travers le pays». Mettant l’accent sur les volets préventifs qui restent liés, a-t-il dit, au développement de la recherche scientifique, M. Saihi a estimé que l’identification des facteurs de risque du cancer contribuera à la mise en place de plans de prévention pour lutter contre cette maladie. Concernant les traitements, le ministre a rappelé «les protocoles consensuels» adoptés par les équipes médicales au profit du patient, outre «les soins palliatifs et à domicile» pour la prise en charge des patients dans le cadre de la santé de proximité, insistant sur l’impératif de les généraliser dans tous les établissements hospitaliers spécialisés dans la prise en charge des cancéreux. Pour sa part, le président de la SAFRO, qui organise cette rencontre scientifique, Pr Adda Bounedjar, a mis en avant l’importance de la prévention et du dépistage précoce et la nécessité de fournir des thérapies innovantes pour réduire le taux d’atteinte du cancer. Par ailleurs, le ministre de la Santé a affirmé que les établissements de santé spécialisés en oncologie dans la wilaya d’Oran avaient été dotés de nouveaux accélérateurs linéaires en vue d’une prise en charge optimale des patients. Le ministre a rappelé la «programmation de la dotation de la wilaya d’Oran par de nouveaux accélérateurs linéaires en acquérant deux accélérateurs au profit de l’Etablissement hospitalier spécialisé en oncologie (Emir Abdelkader) à Misserghine, en sus de l’acquisition de deux autres pour le CHU (Dr Benzerdjeb) et de 3 accélérateurs destinés à l’Institut du cancer à Oran dont les travaux ont atteint 90 %». S’agissant de la création de nouveaux hôpitaux à Oran, notamment à Gdyel, à Oued Tlélat et à El Kerma, il a fait savoir que «ces structures sanitaires importantes seront mises en service dans les plus brefs délais», ajoutant qu’«il sera procédé également à l’accélération des procédures de leur équipement et de leur renforcement en main-d’œuvre nécessaire, dont les équipes médicales et paramédicales, tout en les créant en vertu de décrets exécutifs pour leur permettre de bénéficier de leur propre budget».
Meriem Benchaouia

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img