23.9 C
Alger
mardi 18 juin 2024

Scrutin présidentiel du 7 Louisa Hanoune annonce sa candidature

Alors que la majorité des formations politiques hésitent encore à se prononcer sur leur candidature à la présidentielle anticipée du 7 septembre prochain et continuent de sillonner le pays en prévision de cette échéance électorale, le Parti des travailleurs (PT) lève le voile sur la désignation de son candidat à ce scrutin présidentiel, en la personne de sa secrétaire générale, Louisa Hanoune.

Par Lynda Naili

Hier, lors du Comité central du Parti des travailleurs, durant la session ordinaire, le Conseil national du parti a porté, à la majorité, la secrétaire du parti, Louisa Hanoune, comme candidate à l’élection présidentielle du 7 septembre 2024. Elle sera, ainsi, la deuxième femme après Zoubida Assoul, présidente de l’Union pour le changement et le progrès (UCP), à briguer le poste de la magistrature suprême du pays.
Suite à quoi, dans une allocution prononcée à cette occasion lors d’une conférence de presse animée hier au niveau du siège de son parti, Louisa Hanoune a déclaré : « Nous avons décidé de participer aux élections afin de préserver la continuité et la souveraineté de l’Etat ». Indiquant que sa désignation a été décidée lors de la dernière réunion de son parti, où il été « jugé de la nécessité de participer aux élections présidentielles », elle a affirmé que « notre participation à
l’élection présidentielle du 7 septembre diffère des participations précédentes ». Et pour cause, a-t-elle argumenté, « grâce à notre participation, nous fournirons une plateforme de propositions pour imposer des solutions politiques aux problèmes qui préoccupent la société algérienne ». « Nous aurons le courage de rompre avec toutes les politiques régressives et les institutions dépassées résultant du système à parti unique », a-t-elle lancé à ce propos. En outre, évoquant la stratégie tracée par son parti en vue de mener cette échéance électorale, elle a souligné « la nécessité de déployer et d’intensifier le dialogue avec toutes les tranches et catégories populaires afin de raviver la dynamique ouvrière, notamment auprès des jeunes, qui eux sont susceptibles de ressusciter le pouls de la nation et de la libérer de la peur, de la déception et du désespoir ». Par ailleurs, à l’instar de plusieurs chefs de partis politiques qui hier ont effectué des virées dans bon nombre de wilayas afin d’y tenir leurs meetings populaires, le premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS), Youcef Aouchiche, lors d’un rassemblement populaire au théâtre régional « Kateb- Yassine », a fait savoir que la « position de sa formation politique à la prochaine élection présidentielle sera sans aucun doute une position motivée par notre profond attachement aux intérêts supérieurs de notre pays et de notre peuple ». Quant au Front El Moustakbal, son président Fateh Boutbig a choisi le Centre de conventions « Mohamed-Benahmed » d’Oran pour rencontrer sa base populaire. En outre, le président du parti Voix du Peuple, Lamine Osmani, qui a annoncé la participation de sa formation à la joute présidentielle du 7 septembre prochain fin avril dernier, c’est au Centre culturel islamique de Chlef qu’il a regroupé ses cadres et ses militants d’El Bahia.
Enfin, Abdelkader Bengrina, président du parti Mouvement El-Bina, lui, s’est rendu dans le sud du pays, dans l’Oasis rouge précisément, afin d’animer au théâtre de plein air son meeting populaire. Notons que vendredi passé, à propos de ce rendez-vous électoral, Bengrina a indiqué que son parti participera « soit avec un candidat du Mouvement El-Bina, soit avec un autre candidat hors du Mouvement », affirmant que le Conseil consultatif de son parti tranchera sur cette question lors de sa réunion « vendredi prochain ». Concernant l’action de la société civile, le commandant général des Scouts musulmans algériens (SMA) a présidé, à la salle « Cheikh-Mohamed-Bachir-Ibrahimi » de Bordj Bou Arréridj, une conférence intitulée « Je participe pour la patrie », dédiée aux jeunes pour les sensibiliser quant à la nécessité de participer à la prochaine élection présidentielle.
Rappelons qu’avant-hier, le secrétaire général du parti de l’Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), Abderrahmane Salah, a annoncé la participation de sa formation politique à l’élection présidentielle du 7 septembre prochain. La formule de participation à la prochaine élection sera définie « lors du Conseil national qui tiendra sa session le 14 juin prochain, soit par un candidat du parti ou par le soutien d’un candidat hors parti », a-t-il expliqué. De ce fait, avec cette annonce du Parti des travailleurs, l’on retiendra que parmi les chefs de partis politiques qui ont déjà fait part de leur candidature au scrutin présidentiel du 7 septembre, outre Zoubida Assoul, il y a également Belkacem Sahli, président de l’Union nationale républicaine (UNR) qui s’est porté candidat au nom d’un groupe de partis appelé « Coalition pour la stabilité et la réforme ». L. N.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img