22.9 C
Alger
jeudi 13 juin 2024

Suspendue à cause du taux élevé de turbidité à Béjaïa: La station de traitement d’eau potable reprend son activité

Suspendue pendant plusieurs jours suite aux intempéries qui ont affecté la wilaya de Béjaïa la semaine dernière, la distribution d’eau potable sur les 25 communes alimentées depuis le barrage Tichi-Haf, situé près du village Mahfoudha, municipalité de Bouhamza,
a été progressivement rétablie hier.

Par Hocine Cherfa

La reprise de la production en eau potable a débuté hier matin à partir de la station de traitement d’eau potable de Tichi-Haf et la distribution de cette denrée vitale sur les communes concernées a été entamée progressivement hier également pour atteindre la ville de Béjaïa vers 21h. Ainsi, la distribution devrait reprendre son cours normal dès aujourd’hui sur l’ensemble des communes alimentées depuis le barrage Tichi-Haf, si l’on en croit la déclaration publiée hier matin par l’Algérienne des eaux. Pour rappel, la direction de l’Algérienne des eaux (ADE) de la wilaya Béjaïa avait temporairement suspendue la chaîne de production et de distribution d’eau potable, en raison du taux très élevé de turbidité généré par le dernier épisode pluviométrique qui a affecté la wilaya de Béjaïa et les autres wilayas du pays. La valeur de la turbidité néphélométrique (NTU) a dépassé les 9 000 unités. Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la région en sont à l’origine. Elles ont charrié d’énormes quantités de boue et autres détritus jusqu’au barrage, ce qui a contraint les gestionnaires de la station de traitement d’eau du barrage de suspendre, provisoirement, la production et l’alimentation en eau potable vers les foyers. Une décision qui a également été prise suite aux résultats des analyses effectuées au niveau du barrage Tichi-Haf (Mahfoudha, commune de Bouhamza), lesquels ont donné lieu à des valeurs de turbidité très élevées. La reprise de l’activité de la station de traitement d’eau est intervenue dès que le taux de turbidité est revenu au seuil admis. «La distribution d’eau potable a été ramenée à un jour sur trois depuis les sources et forages dont la source bleue, les autres sources situées à l’est de Béjaïa». Selon la directeur de l’Algérienne des eaux, Sahraoui Abdenour, «la distribution et la commercialisation de l’eau potable sera maintenue à 55 000 mètres cubes par jour comme avant, car les pluies qui se sont abattues sur la région n’étaient pas conséquentes. Donc l’apport en eau qui en a résulté reste faible pour le moment, il est d’un million de mètres cubes». Une légère hausse du niveau d’eau du barrage est observée, mais elle ne pourra pas influencer positivement le cours de la production. Le taux de remplissage du barrage est actuellement de 12 % de sa capacité totale qui est, rappelons-le, de plus de 81 millions de mètres cubes, une hausse de 02 % de plus par rapport aux semaines précédentes, soit avant le dernier épisode pluviométrique. Les réserves hydriques étaient alors de 10 % seulement, soit environ 8 millions de mètres cubes d’eau emmagasinés, le taux le plus bas depuis sa mise en service il y a plus de dix années. De ces 8 millions, il faut défalquer 5 millions de mètres cubes qui ne sont pas exploitables, étant donné qu’ils représentent le volume mort de la retenue, destiné principalement à la restauration des écosystèmes aquatiques et aussi à cause de la vase qui pourrait être charriée dès que le niveau d’eau atteint un seuil très bas. Pour rappel, la production d’eau potable des années précédentes était de 120 000 et 125 000 m3 par jour et parfois 130 000 m3 avant de baisser à 65 000 puis 60 000 et enfin à 55 000 m3. Ce qui a contraint l’ADE de réduire la distribution d’eau aux foyers, au moins dès le début du mois de juin dernier.

H. C.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img