19.7 C
Alger
mardi 25 juin 2024

Toujours à 100 da le kilo: Où est passée la pomme de terre déstockée ?

Le ministère de l’Agriculture a lancé, il y a presque une semaine, une opération de déstockage de la pomme de terre pour stabiliser l’approvisionnement du marché mais malheureusement, au niveau des marché, les commerçants continuent de la vendre à 100 da le kilo ! Ce qui irrite les consommateurs qui e demandent où sont passées les centaines
de tonnes de pomme de terre déstockées ?

Par Thinhinene Khouchi

«On ne comprend plus rien. A la télévision on montre des centaines de tonnes de pomme de terre déstockées quotidiennement et dans différentes régions du pays mais au niveau de nos marchés, rien n’a changé, on l’achète toujours à 100 da le kilo», nous confie un père de famille rencontré hier au Marché Clauzel. En effet, si les opérations de déstockage ainsi que de saisie de la pomme de terre destinées à la spéculation se multiplient, le résultat de ces opérations tarde à se faire ressentir chez les consommateurs. Décidément, les commerçants ont décidé de tenir tête au ministère du commerce en maintenant la hausse du prix de la pomme de terre. Pour cause, depuis des mois, ces derniers la proposent entre 90 da à 110 da le kilo. Cette situation est insupportable vu l’importance de ce légume pour les algériens  » après le poulet qui est toujours proposé a 470da le kilo , la pomme de terre risque de garder ce même prix encore des mois  » , nous dira Abdalilah , un retraité rencontré hier devant un commerçant de légumes qui nous assure que  » c’est une pratique qui existe depuis des années. Quand les commerçants décident d’augmenter le prix d’un aliment, ça dure durant des mois et malheureusement ça ne baisse plus. C’est le même cas pour la pomme de terre, elle va gardée ce prix là encore un moment « . Par ailleurs , Pour les services de contrôle et de répression de la fraude au ministère du Commerce ont procédé, la hausse du prix de pomme de terre est due essentiellement à la spéculation, et  » les spéculateurs encourent des sanctions fermes  » assure le Directeur général du contrôle et de la répression de la fraude, Mohamed Louhaidia. En effet,  » des amendements seront introduits dans la loi 04-02 de 2004 fixant les règles applicables aux pratiques commerciales afin de définir avec précision l’acte spéculatif et de durcir les sanctions à caractère commercial contre les spéculateurs allant jusqu’à la radiation définitive du registre de commerce, l’interdiction d’exercer à vie, la fermeture du commerce et la confiscation de la marchandise. Quant au volet pénal lié à la privation de liberté et des droits civiques, le responsable a fait savoir que le ministère de la Justice l’intègrera dans le code pénal. En outre, afin de contrer la hausse excessive du prix de la pomme de terre, plusieurs opérations ont été lancées. Le ministère de l’Agriculture et du développement rural, à travers l’Office national interprofessionnel des Légumes et Viandes, avait procédé jeudi 7 octobre au déstockage de la pomme de terre stockée dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation, et ce, dans le cadre de la régulation du marché pendant la période de soudure « . La première opération s’est effectuée au niveau de la wilaya de Mila et se poursuivra au fur et à mesure pour toucher d’autres wilayas afin d’alimenter les marchés de gros, avait affirmé le ministère. Il a, par ailleurs, souligné que  » l’entrée sur le marché de la pomme de terre d’arrière saison débutera fin novembre et se poursuivra jusqu’au moi d’avril « .
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img